Avec le groupe de Lagny-sur-Marne

Le groupe de Lagny (Seine-et-Marne) donne ses impressions sur les journées vécues aux JMJ ( Présence Mariste N° 270, janvier 2012)

Nous, jeunes maristes réunis à l’occasion de la Rencontre internationale de Buitrago, nous voulons adresser des remerciements pour la chance d’avoir vécu cette expérience où nous avons ressenti un même esprit, un même charisme mariste.
Que chantent les couleurs maristes !
Que chantent les couleurs maristes !

Nous sommes très reconnaissants envers l’Institut mariste de nous accompagner, de nous montrer tout ce que Jésus, Marie et Marcellin Champagnat peuvent apporter à nos vies, de miser sur nous comme acteurs maristes, de croire en nous comme des personnes ayant de multiples capacités. Nous rendons grâce pour la mission de l’Institut et pour le modèle qu’il vit et transmet ; merci d’être lumière et espérance dans les réalités de chaque Province, et de nous donner un modèle dans nos vies, qui nous aide à devenir des personnes et à améliorer notre monde, pas à pas.

Merci d’être une institution ouverte : l’esprit de famille, l’accueil à toute heure et à tout moment font que nous nous sentons vraiment partie de cette famille. Cet esprit a fait que, lors de cette rencontre, nous avons pu mieux découvrir et partager le même charisme mariste. Merci de nous permettre de pouvoir partager la foi avec d’autres jeunes, car c’est l’espérance de transformer le monde selon le projet de Jésus qui nous fait aller de l’avant.

Visages de joie pour un monde meilleur
Visages de joie pour un monde meilleur

Attentifs à la réalité du monde

Nous faisons partie du monde et, donc, nous voulons cheminer vers un monde nouveau, vers une terre nouvelle. Une terre qui puisse être en paix et où les plus défavorisés aient les mêmes chances que les autres, où l’on puisse se comprendre à travers des relations plus saines, empreintes de compréhension.

Nous croyons qu’il est important de connaître la réalité qui est la nôtre et ses besoins pour trouver des réponses adéquates au monde actuel.

Nous croyons que la solidarité est la manière d’exprimer la présence de Dieu dans le monde ; Marcellin Champagnat a su regarder les situations de son temps et y répondre.

Actuellement nous sommes devant une réalité marquée par la crise de la foi, l’injustice et la dégradation de l’environnement ; nous maristes, nous devons être prêts à affronter ces situations par le biais de l’éducation. Nous tenons à favoriser un changement des structures – du monde, de l’Église, de l’Institut mariste – pour qu’elles soient au service de la société, spécialement des plus défavorisés, matériellement et spirituellement.

Jeunes maristes aujourd’hui

Nous, jeunes maristes, nous nous sentons en coresponsabilité avec les Frères et les laïcs dans la mission mariste. Nous voulons transmettre la vie, où que nous soyons, car c’est ce que nous savons faire de mieux. Nous voulons un monde vivant, un monde en éveil, un monde qui aime : tout ce que nous ferons avec un amour sincère sera bon pour tous.

Place à la réconciliation
Place à la réconciliation

Nous voulons vivre et célébrer la foi sans complexes, en étant porteurs de la bonne nouvelle avec courage et persévérance.

Ce que nous pouvons offrir au monde, c’est notre témoignage, notre amour, notre engagement et nos personnes. Nous voulons cultiver un regard global, mais sans jamais perdre de vue qu’il nous faut travailler au niveau local. Nous voulons mener à bien cette tâche en étant acteurs dans chacun de nos pays, dans tous nos mouvements, les écoles, les universités… car c’est ainsi que nous incarnerons l’expérience de l’Hermitage dans le monde d’aujourd’hui.

Aux Frères

En tant que jeunes, il nous faut aussi voir quelques changements pour nous sentir plus proches de vous. Ne restez pas enfermés dans la sphère « mariste » ; aidez-nous à nous ouvrir à l’Église dans son ensemble, dans le monde. Cherchez avec nous un équilibre dans la mission partagée entre Frères et Laïcs, mais ne perdez pas votre identité de Frères ; il est important pour nous que vous actualisiez l’intuition de Marcellin d’une manière proche et humble.

Il importe pour nous, jeunes, que vous, les Frères, n’ayez pas peur de nous dire la Parole de Dieu, le message de Jésus et le témoignage de votre vie mariste. Il est vraiment de toute importance, il est essentiel que vous soyez « révolutionnaires » et courageux à cet égard dans les sociétés où nous vivons. Notre identité mariste nous semble très claire, mais nous avons besoin aussi de nous sentir Église, de pouvoir être le visage marial de l’Église de nos jours, de sentir que nous faisons partie de l’Église d’aujourd’hui, que nous en sommes la force, ouverts aux divers charismes qu’il y a en son sein.

Nous partageons votre souci de l’avenir à cause du vieillissement des Frères dans certaines parties du monde, ce qui pourrait mener à un éloignement de la Mission. Encouragez la présence des Frères parmi les enfants et les jeunes. Veillez à la formation de l’esprit mariste et à la proximité des Frères afin de favoriser les vocations maristes, qu’elles soient de Laïcs ou de Frères.

Propositions concrètes

Témoins de l'amitié partagée
Témoins de l’amitié partagée

Facilitons la création de commissions de jeunes maristes au niveau local, provincial, régional et international, afin de continuer à susciter des propositions et des questionnements relatifs à la vie des jeunes et de l’Institut Mariste (possibilité de participer à la prochaine Assemblée de la Mission Mariste).
Engageons-nous dans la défense des droits de la jeunesse à travers la participation au sein d’institutions politiques.

Sentons-nous proches pour partager, proposer des réponses à la situation des jeunes dans le monde grâce aux nouvelles technologies qui nous offrent une bonne occasion de nous sentir en réseau et qui facilitent le contact entre nous (Chat, blog, réseau social…).

Ayons comme référence de notre travail le document « Évangélisateurs parmi les jeunes ».

Et proposons de favoriser les échanges culturels entre Provinces et au niveau des Régions pour que nous restions conscients que la réalité que nous vivons dans nos communautés est très différente de celle qui se vit dans d’autres lieux. Il faut des rencontres de jeunes pour partager des expériences de vie ; favorisons des échanges pour faire de la pastorale des jeunes dans une réalité différente de la nôtre, car cela encourage la croissance personnelle et, en même temps, c’est un travail mariste.

Connaître d’autres réalités nous ouvre à un engagement envers les autres et nous apporte une vision globale au moment de travailler à la dure tâche de changer le monde : telle est la BONNE NOUVELLE de cette Rencontre.

Les participants à la rencontre de Buitrago
(Publié dans Présence Mariste N° 270, janvier 2012)