La rencontre des religions, levier de la cohésion sociale

PM 290 logo Depuis près de cinq ans, un dialogue interreligieux intense s’est noué dans Bussy-Saint-Georges, ville de 25 000 habitants et proche de Lagny. Ce qui est vécu à Bussy, se vit ailleurs comme par exemple à l’institution Saint-Laurent de Lagny où les appartenances religieuses des jeunes collégiens et lycéens sont nombreuses. (Présence Mariste n°291, avril 2017)

F Bernard Vial
F Bernard Vial

La rencontre, meilleure façon de faire tomber les préjugés et sel pour faire avancer le vivre ensemble.

Si vous allez à l’est de Paris, à Bussy-Saint-Georges, ville de 25 000 habitants et proche de Lagny, ne ratez pas un espace étonnant unique en France, certains disent même : unique au monde : l’esplanade des religions. Vous y verrez côte à côte :

  • Un temple bouddhiste taïwanais imposant, l’un des plus grands d’Europe. Il est tenu par une communauté de moniales chinoises ;
  • Une pagode laotienne construite dans le style du pays ;
  • Un centre islamique moderne et accueillant et bientôt
  • Une synagogue.
Un dialogue interreligieux intense

Depuis près de cinq ans, un dialogue interreligieux intense s’est noué dans cette ville. Des rencontres interconfessionnelles sont organisées, qui rassemblent des représentants de ces religions, sans oublier la communauté catholique et sa grande église Notre-Dame du Val, située à quelques centaines de mètres. Se joignent également à ces rencontres les pasteurs des églises protestantes voisines. Bientôt verra le jour un centre pastoral pour les jeunes financé par l’Église catholique et l’Église protestante unie.

Dialogue interreligieux intense
Dialogue interreligieux intense

Rencontres d’information, de méditation, repas partagés, cérémonies inter-religieuses, visites, concerts et même voyage de solidarité lors du drame de Saint-Étienne-du-Rouvray où une délégation de l’espace des religions s’est rendue. Au mois de juillet, musulmans, juifs, protestants et bouddhistes sont venus à la messe et ont vécu un grand moment de recueillement en se donnant la main, avant de chanter ensemble « l’Hymne à la joie », qui est l’hymne européen.

Solidarité avec Saint-Étienne-du-Rouvray

C’est Farid, le responsable de la mosquée qui a suggéré l’idée qu’une délégation aille se recueillir à Saint-Étienne-du-Rouvray pour exprimer la solidarité de tous, aux paroissiens et aux musulmans de là-bas. À un moment où la haine semble gagner du terrain, il est bon de rappeler que Bussy-Saint-Georges a construit cet espace voulu dans l’année 2000 par l’ancien maire de la ville, Hugues Rondeau. Là, les mots « Bouddhisme, Christianisme, Islam et Judaïsme » peuvent se côtoyer fraternellement ailleurs que sur une étagère de bibliothèque consacrée aux religions. Ce lieu, primé par l’Unesco, montre qu’il n’y a pas de fatalité à ce que les lieux de culte soient incendiés ou profanés. Un lieu qui ne devrait plus être seulement la vitrine de Bussy mais celle de l’avenir des religions !

Se cotoyer fraternellement…
Se cotoyer fraternellement…

Certains rêveurs, voudraient même qu’un jour cet espace reçoive le Prix Nobel de la Paix. Les rêves deviennent souvent réalité si l’on y croit vraiment !
Ce qui est vécu à Bussy, se vit ailleurs comme par exemple à l’institution Saint-Laurent de Lagny où les appartenances religieuses des jeunes collégiens et lycéens sont nombreuses. Ils ne rechignent pas d’ailleurs à les faire connaître autour d’eux quand l’occasion se présente, dans une atmosphère d’accueil et d’écoute mutuelles. Ils portent en eux une dimension spirituelle qu’il faut leur apprendre à découvrir, à cultiver et les aider à en parler. Le vivre ensemble est à ce prix.

F. Bernard Vial

bandeau interreligieux

A visiter les sites et les liens : www.notredameduval.fr et www.esplanade des religions.fr

(Publié dans « Présence Mariste » n°291, avril 2017)