JMJ, nouveaux témoignages

En janvier 2012, est paru le n° 270 de Présence Mariste avec le dossier sur les JMJ, intitulé « Des jeunes au cœur du monde ». Dans le n° 271 ; il y a eu la page intitulée « les JMJ, six moix après ». Aujourd’hui, voici de nouveau quelques témoignages afin de signifier que le temps fort des JMJ se prolonge dans le quotidien de beaucoup de participants. L’Esprit continuer à souffler !

Sur ce thème, j’aurais des pages et des pages à dire, mais je vais essayer de résumer :

Au quotidien, cela se traduit pas plus de rencontres

Je n’ai pas gardé contact avec toutes les personnes que j’ai rencontrées à Madrid ou à Barcelone, mais le peu de contacts que j’ai encore, je sais que je vais les garder parce que ce sont des liens sincères et réels.
Même six mois plus tard, les liens qui se sont créés au sein de notre aumônerie restent, inchangés, et c’est rassurant de pouvoir reparler de tout ce que nous avons vécu là-bas avec des gens qui l’ont vécu eux aussi, qui étaient là, pour s’assurer que ce n’était pas un rêve.
C’est difficile de vivre en chrétien, chaque jour, mais ce que l’on apprend ne s’oublie pas. À Madrid, j’ai appris à ne pas baisser les bras, j’ai appris que je n’étais pas seule, que je pouvais compter sur d’autres personnes qui partagent ma foi. Et, sans ces JMJ, je ne sais pas vraiment où en serait ma vie de chrétienne aujourd’hui… !

Lucie (Le Cheylard)

Les JMJ donnent une autre ampleur à notre vie de chrétien. Comme le pape Benoît XVI nous l’a demandé, nous osons être catholiques. Grâce aux JMJ nous avons raffermi notre foi en Jésus Christ et en Marie, ce qui nous permet de la partager avec les autres. Avec les JMJ, on prend conscience que nous représentons l’Église et que nous devons la rendre visible : nous sommes les témoins du Christ.

Rappel du n°270 de « Présence Mariste »

Au quotidien, cela se traduit par davantage de rencontres avec les autres ; on se trouve plus à leur écoute et réceptif à leurs joies et peines.
Quant à la messe dominicale qui peut sembler parfois répétitive, on a envie d’y être plus assidu, et même de l’animer avec d’autres jeunes comme cela m’est arrivé !
J’encourage aussi ma sœur à participer au Frat de Lourdes où elle se rendra compte qu’elle partage sa foi avec des milliers d’autres jeunes. Après les JMJ, on demande toujours à Dieu de nous guider dans nos choix, de nous aider à accepter le changement en étant moins égoïste, et, comme dans la prière commune du 20 janvier 2012 du pape Jean-Paul II, on demande à Marie de : “veiller” sur les jeunes, espérance de l’avenir, qu’ils répondent généreusement à l’appel de Jésus.

Lucie Bertrand (Lagny)

Se tourner avec confiance vers l'avenir…

Les JMJ ont été pour moi une expérience pour l’instant unique et inoubliable qui a changé une part de ma personnalité. Avant je ne parlais pas beaucoup de ma religion ni de ma position, alors qu’aujourd’hui ce complexe a quasiment disparu. Cela est devenu possible grâce au soutien que m’ont apporté les 2 millions de jeunes et accompagnateurs.
J’ai déjà hâte de m’envoler vers Rio pour les prochaines JMJ avec mon groupe d’aumônerie. Depuis les JMJ, je me sens de plus en plus concerné par les actions de mon aumônerie et me sens plus présent au sein de ma paroisse, un exemple d’enracinement dans la foi.
Un autre exemple de motivation est mon aumônerie qui m’a permis et me permet toujours de fréquenter de très bons amis, un autre point qui me lance vers l’avant et me pousse à devenir de plus en plus présent dans la vie paroissiale. Et maintenant, direction Rio de Janeiro !

François-Xavier (Le Cheylard)

(Publié dans « Présence Mariste » n°273, octobre 2012)