Étape à Auckland sur la route des JMJ de Sydney

Un accueil chaleureux pour un groupe stéphanois. (« Présence Mariste » 257, octobre 2008)

Notre groupe des « JMJistes » du diocèse de Saint Etienne s’est préparé depuis plusieurs mois pour ce pèlerinage en Australie. Alors bien sûr, nous avons vécu des moments formidables sur la terre des kangourous et des koalas. Des temps très forts aussi de partage, de joie, de prière en communion avec les jeunes du monde entier à Sydney.
Mais ceux qui ont déjà participé à des JMJ savent que ce rassemblement est aussi une histoire de rencontres : rencontre de peuples, rencontre de chrétiens… rencontre de Dieu.
Et cette histoire, nous l’avons tous vécue d’abord là où on ne l’attendait peut-être pas : en Nouvelle-Zélande…

Histoires de rencontres…

Partis de St Etienne le 8 juillet 2008, nous voilà à l’aéroport Charles De Gaulle après avoir rejoint le groupe de la province de Lyon. Notre groupe se retrouve pour ce moment tant attendu. Cette fois, c’est parti ! On rêve déjà de l’Australie, des kangourous, de Sydney et de son opéra. Et puis, nous allons rencontrer Benoît XVI !

À l’arrivée à Auckland, nous sommes attendus par Bob ; il sera notre guide tout au long de la semaine. Dans le car nous conduisant à l’église de la paroisse de Ponsonby, un quartier d’Auckland, les chants de louange reprennent de plus belle. Malgré la fatigue, nous sommes heureux d’être arrivés.

C’est là, dès la descente du car, devant l’église de Ponsonby, que nous rencontrons les paroissiens. Nous l’apprendrons plus tard, ils avaient préparé notre arrivée et notre séjour depuis de longs mois déjà.

La Nouvelle-Zélande, … terre d’accueil

L’accueil de l’étranger est une longue tradition en Nouvelle-Zélande. D’ailleurs, les personnes qui nous ont hébergés étaient d’origine Irlandaise, Tongienne, Samoane, de toutes les îles d’Océanie et d’au-delà.

L’accueil fut si chaleureux que nous l’avons encore tous en mémoire. Rencontre de gens « vrais », dotés d’une générosité et d’un sens du partage incroyables. Et une foi solide, ancrée dans la prière. Les signes chrétiens sont omniprésents dans les maisons. L’Église est un lieu de retrouvailles et de partage. Ce séjour en paroisse a bousculé nos habitudes. Nous savions que nous trouverions des choses différentes, un peu « exotiques ». Mais nous y avons trouvé des chrétiens. Finalement les mêmes que partout ailleurs… mais qui vivent leur foi au quotidien, en toute simplicité.

… terre de missionnaires

La Nouvelle-Zélande a été une terre d’accueil des missionnaires, envoyés pour évangéliser l’Océanie. L’Église de Nouvelle-Zélande est assez jeune. Le souvenir des premiers missionnaires y est toujours très présent et leur vie garde valeur d’exemple. Beaucoup de Français furent envoyés en Nouvelle-Zélande, notamment de la région de Lyon et de St Etienne. Surprise pour nous de découvrir l’histoire de femmes et d’hommes, qui ont construit l’Église en Nouvelle-Zélande, nés à quelques kilomètres de chez nous … Mgr Pompallier : il fut évêque à Auckland au 19e siècle et pionnier dans l’évangélisation de l’île. Suzanne Aubert, fondatrice des Sœurs de la Compassion. Elle a contribué à enraciner la foi dans la vie des Néozélandais, mettant toute sa vie au service des Maoris.
Si loin, nous découvrons notre propre histoire. C’est bien plus qu’une anecdote.

… terre mariste

Si chacun d’entre nous est revenu avec une multitude de souvenirs et d’étonnements personnels, nous avons tous pu constater l’importance des Maristes dans l’histoire de l’Église locale. Aujourd’hui comme hier, ils jouent un rôle important dans la vie laïque et religieuse d’Auckland et du pays. Ainsi, Marcellin Champagnat est un personnage bien connu de l’autre côté de la planète et les noms de lieux maristes de notre région sont familiers à bien des paroissiens que nous avons rencontrés.

Vers un nouveau départ

Une semaine pour partager le quotidien de nos hôtes, visiter leur région, prendre part ensemble aux prières et aux célébrations. Une semaine préparatoire aux JMJ en Australie qui pouvait paraître longue avant le départ et qui fut si courte. Et si riche !

Le groupe du diocèse de St Étienne et leurs hôtes à Auckland
Le groupe du diocèse de St Étienne et leurs hôtes à Auckland

Notre passage en Nouvelle-Zélande n’était qu’une étape. Elle reste dans nos mémoires un voyage à part entière. Un voyage à l’autre bout du monde, au cœur de notre foi.

Bertrand CHARLES
(paru dans Présence Mariste N°257, octobre 2008)