Contruction de l’Europe : contribution des jumelages

Les jumelages de « Ste-Marie » de Chagny et des « Maristes » de Bourg-de-Péage. (« Présence Mariste » n°245, octobre 2005)

Le jumelage qui rapproche.

L’une est française, l’autre allemande ou anglaise ; elles se ressemblent sans être identiques ; et pourtant, elles sont ‘jumelles’. C’est le cas d’environ 13 000 communes d’Europe. Dans le contexte de la réconciliation d’après-guerre, le jumelage tendait à construire l’Europe à partir de ce qui constitue la cellule de base : la commune.

Le jumelage, c’est la rencontre de deux communes qui entendent proclamer qu’elles s’associent pour agir dans une perspective européenne, pour confronter leurs problèmes et pour développer entre elles des liens d’amitié de plus en plus étroits.

Etablir des jumelages a constitué une idée originale et féconde. Ils se sont développés à l’époque où le tourisme de masse prenait son essor.

Les débuts de ces jumelages sont souvent modestes et tiennent à l’initiative de quelques personnes. L’idée paraît intéressante, des comités se mettent en place et bientôt s’étoffent.

Pas de doute que ces lignes évoqueront de multiples souvenirs chez les lecteurs de Présence Mariste. On voudrait pouvoir leur raconter l’histoire de tous ces jumelages qui se sont développés dans nos écoles maristes.

Bourg de Péage et Mindelheim.

Prenons, l’exemple de celui de la ville de Bourg-de-Péage (Drôme) avec Mindelheim en Bavière. Dans ces deux villes les écoles maristes ont été à l’origine d’un jumelage particulièrement réussi.

Dès 1960, les contacts, qui étaient restés au niveau spontané et personnel, se transformèrent en contact officiel. A ce moment, les Français et les Allemands faisaient un grand pas vers la réconciliation et aboutissaient à une entente cordiale d’intérêt et de paix.
C’est alors que M. Henri Durand, membre de l’Assemblée Nationale, profita de cette bonne ambiance pour élargir cette amitié en créant un jumelage effectif : l’humour des Bavarois correspondant si bien à la bonne humeur des Français du Midi. Puis ce furent de grandioses festivités pour célébrer la naissance de ce jumelage, à Mindelheim puis à Bourg-de-Péage. Ces contacts officiels, furent suivis par des échanges entre les sociétés culturelles et sportives, entre des groupes de jeunes des deux villes organisés par les municipalités. N’oublions pas non plus les liens d’amitié plus spontanés et plus étroits entre de nombreuses familles.

-→ Pour en savoir plus sur le jumelage de Bourg-de-Péage avec Mindelheim :

Chagny en Bourgogne

On pourrait aussi parler du jumelage entre les villes de Chagny (Bourgogne) et Birken-Honigessen (Rhénanie Westphalie). Les activités multiples de ce jumelage, dont le collège Ste Marie a sa large part dans les échanges et les développements, ont permis pendant de longues années à de nombreux jeunes de découvrir ce coin d’Allemagne ou de France. De très forts liens d’amitié se sont créés au fil des ans entre les familles, les écoles et les municipalités.

Difficile de mesurer tout ce que ces jumelages ont apporté à la construction de l’Europe. Grâce à la multitude de ces « micro réalisations » les mentalités vont peu à peu évoluer. Avec le recul on est impressionné par le résultat de ce travail de fourmi.

Frère Bernard MEHA


(Publié dans « Présence Mariste » n°245, octobre 2005)