« Si Fabine m’était contée … »

Jumelage entre les élèves de Montalembert-Notre Dame et de Fambine (Sénégal) - Création de l’association « SED France » (« Présence Mariste » n°236, juin 2003)

Fabine est une île du Sénégal à environ 150 km au sud de Dakar, très isolée, située au milieu du fleuve Saloum, habitée par 406 Fambinois.

En novembre 1998, après cinq années de grandes difficultés, un jeune instituteur, Keba THIAM, animé d’une volonté de lutter contre l’analphabétisme, fait le choix de s’y installer et ouvre officiellement l’école de Fambine.

Entre les élèves de Montalembert-Notre Dame
et de Fambine, une solide amitié naît

C’est alors que notre école Montalembert décide de se jumeler avec l’école de Fambine.

Dès 1999, diverses actions sont lancées. Une solide amitié naît. Entre les élèves de Montalembert-Notre Dame et de Fambine, une correspondance riche et régulière s’instaure ; des envois de fournitures scolaires et de vêtements s’organisent.

En 2000-2001, nos élèves du primaire, de 6e et les Fambinois écrivent et illustrent un livre de contes "Contes sans frontières" dont la vente permet la construction d’une seconde classe. Actuellement, 150 élèves sont scolarisés, deux instituteurs ont été nommés, à la grande joie des parents qui étaient réticents au projet.

En 2002, pour nous remercier, l’état sénégalais a financé la 3e classe qui servira de bibliothèque. Nous nous sommes mobilisés pour aménager cette pièce : livres divers, armoires, sièges…

Cette année, les élèves internes aidés de leurs surveillants ont proposé un lavage de voitures. La recette est entièrement versée à Fambine. Comme année trimestre, au 1er trimestre les élèves de 6e ont fait connaissance avec ceux de Fambine par des échanges (lettres, cartes, dessins, photos…) et se sont mobilisés pour le Marché de Noël.

Deux points forts ont marqué septembre 2001 et 2002.

L’instituteur Keba Thiam est venu parmi nous. Il nous a parlé de ses jeunes élèves qui apprennent avec passion le français depuis 4 ans. Pour les petits Toulousains, les petits Fambinois sont leurs frères de « cœur » et pour eux, si la géographie n’est pas toujours très précise, ils sont incollables sur Fambine et le Saloum ! Les liens sont forts… tant sur le plan de l’ouverture humaine que dans le domaine pédagogique.

Un souhait personnel à cette aventure humaine vécue par nos élèves et ceux de Fambine : longue vie à cette exceptionnelle amitié.

Poulette MANDELBAUM

CREATION DE LA SED EN FRANCE A TOULOUSE

Depuis l’année 2001, l’association (type 1901) « SED France » a été créée au Collège-Lycée Montalembert-Notre Dame de Toulouse.

Origine de la SED

L’idée est née pendant les Rencontres Européennes pour la Formation Mariste des Laïcs qui se sont déroulées trois années consécutives. A ces formations étaient invitées des personnes ayant un lien avec les Frères Maristes (enseignants, Fraternité,…) ; elles venaient d’Irlande, de Belgique, d’Allemagne, d’Espagne, du Portugal, de France, d’Italie, de Grèce, du Liban et de Syrie.

Ces rencontres très riches en échanges d’expériences ont donné l’idée à trois représentants du Lycée Montalembert, présents à la dernière rencontre, de créer la SED. En effet, en Espagne, il existe une ONG fondée par les Frères Maristes, qui s’appelle la "Solidaridad, Educaciôn, Desarrollo " (la SED veut dire soif en espagnol, soif à insuffler aux jeunes) et qui fait un travail magnifique dans plusieurs pays d’Amérique Latine ou d’Afrique. Nous avons demandé l’autorisation d’utiliser l’abréviation, et nous l’avons traduite en Français : Solidarité, Education, Développement.

Quels sont les objectifs pour la SED France ?

Tout d’abord celui de fédérer les projets existants et nombreux à Montalembert. C’est ce que nous faisons depuis 2001 ; nous entérinons les différents projets, nous nous concertons sur les actions à mener pour que chaque niveau de classe puisse être associé à un projet de type « Solidarité ».

Cette année, à titre d’exemple, la SED soutient plusieurs projets, en Collège :

  • l’Opération Fambine (Sénégal), ainsi que
  • le Lycée St. Charles à Ziguinchor (Sénégal), et
  • pour le Lycée un parrainage d’élèves à Arequipa (Pérou),

mais nous avons aussi des actions plus « d’actualité » comme le Cross des 6e, 5e, 4e pour envoyer des dons aux sinistrés du Gard.

Les élèves ont conçu un dessin

avec lequel nous avons fait des autocollants ; ainsi la SED pourra soutenir encore d’autres projets.

C’est un démarrage modeste de notre association, car nous voulons ancrer la solidarité dans la culture de notre établissement et donner un moyen pour que tous puissent organiser des projets et mobiliser la communauté éducative sur du long terme.

Quel sera l’avenir de la SED France ?

Notre association pourrait s’agrandir et intégrer les projets très nombreux des autres établissements du Réseau Mariste et, à la veille d’une nouvelle Province, pourquoi ne pas collaborer avec la SED Catalunya ?

La porte est grande ouverte !

Joël LEBER

(Publié dans « Présence Mariste » n°236, juin 2003)