« Maison Familiale St Marcellin Champagnat » à Quevedo (Equateur)

Equateur : Projet de « Maisons Familiales » pour enfants et jeunes en difficultés. (Présence Mariste n°241, octobre 2004)

L’an dernier, un appel était lancé au niveau du Réseau mariste de France, pour soutenir un projet des Frères maristes, à Quevedo, en Equateur. Les établissements de Valbenoîte à St Etienne et de Bourg-de-Péage y ont répondu. Le responsable du projet, Frère Patricio Gâlvez, a adressé une lettre de remerciement. En voici quelques extraits.

Chers amis,

Comme responsable du projet, je vous remercie de l’aide que vous avez apportée pour faire face financièrement à quelques aspects de cette œuvre.

Notre projet concerne la création de « Maisons Familiales » ou foyers où sont accueillis des enfants et des jeunes. Notre objectif fondamental est de les sortir de situations à risques dans lesquelles ils se trouvent et de leur donner la sécurité d’un foyer. Dans ces « maisons » ils peuvent vivre comme des enfants normaux et faire face aux manques multiples accumulés dans leur passé.

Nous travaillons de deux façons en aidant une quinzaine d’enfants qui restent dans leur propre famille. Et aussi en accueillant les enfants dans des Maisons familiales. Au total, 24 jeunes dans trois foyers à raison de 8 jeunes chacun ; ils ont de 3 à 17 ans.

Dans chaque "Maison Familiale", les enfants vivent avec une éducatrice à temps complet, qui joue le rôle de mère. Elle est aidée par une équipe technique qui accompagne ce processus et en coordonne toutes les activités.

Maison familiale Marcellin Champagnat

A leur arrivée, les enfants sont souvent en mauvaise santé à cause des infections caractéristiques de la région et des séquelles de leur genre de vie précédent. Un suivi médical important est nécessaire. Il faut s’occuper aussi de leur alimentation, tant au niveau du rythme des repas que pour le choix de la nourriture. Nous sommes très attentifs à cet aspect ; c’est le plus palpable, le plus négligé et sans doute la cause de bien des ennuis de santé chez les enfants. Nous y consacrons beaucoup de nos ressources.

A partir du 3e mois, avec les lieux de récréation, nous lançons quelques activités pour préparer les enfants à leur nouvelle expérience de l’école. En effet, même s’ils ont déjà 14-15 ans, ils vont juste commencer l’école. C’est dire la difficulté du choix de l’école et de leur adaptation à cette nouvelle expérience. C’est là un élément important du processus de réhabilitation de ces jeunes. Une partie non négligeable de notre budget est ainsi consacré à la scolarisation de ces jeunes : transports, habillement, uniformes, matériel scolaire et autres.

Parallèlement à tout ce travail éducatif, nous initions des démarches auprès des familles : aspect du projet très exigeant parce qu’il n’est pas toujours facile de rencontrer les familles, souvent peu disposées ou convaincues de ce type de démarche avec elles.

Nous devons également nous occuper de faire inscrire ces jeunes accueillis sur les registres d’état civil. En effet, bien souvent ni leurs parents ni eux ne sont ni citoyens ni inscrits sur un quelconque registre du pays. Ces démarches coûteuses font aussi partie du processus de réintégration des enfants, car elles touchent à l’essentiel : avoir un nom, une nationalité, une reconnaissance du droit d’être une personne dans un pays donné.

Nous sommes en train de chercher une 4e maison à louer. Nous ferons tout pour qu’elle puisse commencer à fonctionner en mars de cette année. Pour cela, il faut se procurer tout l’équipement nécessaire : lits, cuisine, frigo, téléviseur, magnétophone, couvertures, vaisselle…

Nous vous encourageons à continuer à soutenir ce projet "Maison familiale Saint Marcellin Champagnat". Grâce à vous, nous pourrons remettre à flot ces enfants et tant d’autres qui sont encore à la rue et qui frappent à notre porte. Aidez-nous à leur trouver un foyer qui adoucisse la dure réalité qu’ils ont à vivre, victimes des abus, de la pauvreté, d’une vie dépourvue de sens.

Merci encore de votre aide précieuse.

Frère Patricio Galvez

(Publié dans « Présence Mariste » n°241, octobre 2004)