Devenir garçons de café

A Barcelone, le centre « Compartir » propose des activités éducatives pour l’insertion des jeunes

[bleu]

Le « Barrio Gótico », quartier « chaud » de Barcelone, situé de part et d’autre des « Ramblas », près du port a subi ces dernières années une grande transformation. Conséquence de la spéculation sur les édifices et les espaces, plusieurs des résidents habituels du quartier sont partis ; il s’en est suivi un vieillissement de la population ; les poches de pauvreté se radicalisent ; de graves problèmes ont été suscités par la drogue, la prostitution, la violence et la délinquance, et de nombreux groupes d’immigrants se sont établis dans le quartier : Maghrébins, Pakistanais, Latino-américains, Chinois, Roumains.

Dans une situation difficile

Nous voyons, de plus en plus, dans les rues, de nombreux adolescents et jeunes (la plupart des immigrants) ; ils ont abandonné les études, ne sont pas intégrés dans un parcours de formation et n’ont pas de travail stable.


Ils passent des heures sans rien faire, sans enthousiasme ni espérance. Ce genre de vie, dans un environnement dégradé les expose à toute sorte de problèmes.

Une réponse originale

Les Frères maristes ont créé en 1986, l’association « Gabella », ayant pour but de promouvoir des programmes à caractère social. Cette association gère le centre ouvert « Compartir » (partager). L’une des dernières initiatives du Centre a consisté à organiser un cours de garçons de café pour favoriser l’insertion par le travail.

Quelques jeunes au travail
Quelques jeunes au travail

En effet, pour lutter contre cette situation, nous avons mis en route un processus de formation initiale en lien avec le métier de la restauration. Nous voulons que les jeunes puissent acquérir des connaissances de base et des habitudes propres à un(e) serveur/serveuse de café. Nous avons choisi de préférence ce métier parce que, dans le quartier et aux alentours il y a de nombreux restaurants et donc, avec des possibilités d’embauche. Nous savons que la conjoncture actuelle n’est pas la plus favorable pour trouver un emploi, mais une certaine « utopie » fait aussi partie de nos rêves.

Pour mener à bien ce processus de formation nous comptons sur un professionnel de la restauration et sur une éducatrice. Le premier est chargé de leur donner l’instruction de base et les moyens indispensables pour commencer ce travail ; l’éducatrice, à son tour, doit accompagner les jeunes apprentis, contacter les différents établissements de restauration et se soucier de leur possible embauche. Nous venons de commencer le 1er cours avec 11 jeunes, et bientôt débuteront les exercices pratiques dans les bars et les restaurants.

Par un travail d’équipe

Quatre Frères Maristes travaillent au coude à coude avec trois éducateurs sociaux pendant la journée, en faisant un travail éducatif en coordination avec les services sociaux du quartier et avec les écoles.

Séance de formation avec l'éducatrice
Séance de formation avec l’éducatrice

Les activités sont basées sur une pédagogie de la prévention. Pour cela, le centre « Compartir » propose également d’autres activités éducatives : soutien scolaire, club de football, activités diverses adaptées aux différents âges. Marcellin Champagnat se reconnaîtrait sans doute dans ce projet !

(Paru dans Présence Mariste N° 264, Juillet 2010)

[/bleu]