Les Frères Maristes à Mataró

Les Frères Maristes de France et de Catalogne sont maintenant réunis en une seule Province. Nous avons pensé que les lecteurs de Présence Mariste aimeraient peu à peu faire connaissance avec le secteur de Catalogne.

Un peu d’histoire

Mataró reçut, de Philippe V, le titre de cité en 1702. Dès lors, des familles de la bourgeoisie catalane vinrent s’y installer. Au XIXe siècle, la révolution industrielle se développe dans la ville. Des filatures s’installent pour travailler le coton. Le premier réseau de chemin de fer espagnol entre Mataró et Barcelone est construit en 1848. Mataró devient peu à peu la plus importante ville de Catalogne après Barcelone.

C’est en 1887 que les Frères Hermile, Hyppolite, Pierre Victor et Abile acceptèrent d’ouvrir le premier collège de la ville : le Collège Saint Joseph. Le fonctionnement du collège devait servir de modèle pour d’autres écoles dans cette grande province d’Espagne.

Entrée principale du Collège de Valdemia

Depuis 1852, il y avait dans les faubourgs de la ville un centre éducatif appelé « Collège de Catalogne » qui, avec le temps, prit le nom de l’un des trois fondateurs associés Don Hemenegildo Coll de Valldemia. C’était un centre prestigieux qui pratiquait une pédagogie éducative particulière selon les modèles observés et analysés dans les meilleurs centres de divers pays. Les enfants des émigrants d’Amérique, surtout de Cuba et plus tard d’Espagne, accouraient en nombre à ce centre. Il a participé aux concours d’expositions pédagogiques de Paris en 1878 et 1900 ; il a obtenu dans les deux cas la médaille d’or. Le 25 juillet 1888, les Frères louent le collège en réservant une option d’achat.

Les débuts furent difficiles et compliqués. Certaines familles se méfiaient de ces éducateurs. Les résultats scolaires de la première année surprirent même la commission des examinateurs. Le nombre d’élèves fut doublé et il fallut acquérir du mobilier supplémentaire tandis que le nouveau centre s’équipait d’un musée et de bons laboratoires de physique et chimie.

Pendant les premières années, de 1889 à 1893, le collège connut un essor spectaculaire, mais c’est à la première guerre mondiale et pendant la dictature de Primo de Rivera qu’il atteignit l’effectif de 277 élèves internes.

De nombreux candidats à la vie mariste

A cette même époque, l’Institution Mariste a connu un essor remarquable, si bien que quatre ans après l’arrivée des premiers Frères, il y avait 45 candidats et, quinze ans plus tard, il y avait plus de 200 élèves en formation. C’est pourquoi un juvénat s’ouvrit à la maison Miralpeix (premier bâtiment du Collège Catalogne) près du Collège de Valldemia. Les retraites annuelles des Frères furent l’un des plus importants moyens de recyclage au début du siècle. Valldemia semblait très bien convenir pour ces retraites en raison des bâtiments, des cours, de l’environnement, des chambres et des salles à manger des internes pendant les vacances.

Le Frère Louis Adjuteur, qui fut un des grands directeurs du Collège, est arrivé à Valldemia en 1905 pour prendre en charge les cours de mathématiques, de sciences et organiser l’enseignement de la langue française. Sous sa direction, le deuxième étage a été construit, les laboratoires et le Musée de sciences se sont enrichis d’exemplaires particuliers de cristallographie. Des appareils météorologiques avant-gardistes ont été installés dans les jardins.

Les dimanches après-midi, après la promenade, les internes avaient une séance de cinéma, pratiquaient le cyclisme et, dès 1911, il y avait des matches de football. On pratiquait même l’équitation dans les immenses terrains de jeux.

Le rôle de Frère Adjuteur au moment de la guerre civile

La chute de la Monarchie et l’arrivée de la Seconde République pouvaient faire craindre la fermeture du Collège. Pendant la période révolutionnaire, de nombreux couvents et domaines religieux ont été brûlés et saccagés. Dans les premiers jours de la Révolution, plus de mille ouvriers se rassemblèrent aux portes du Collège de Valldemia ; certains portaient des bidons d’essence. Nous sentions bien que ce centre éducatif si performant pouvait être anéanti par les flammes.

Le Frère Adjuteur se présente et expose ses arguments aux dirigeants dont certains avaient bénéficié de ses services. Le chef syndicaliste tranche la situation et dit : « Ne touchez pas à ces bâtiments parce qu’ils pourront plus tard servir à de nombreuses familles en difficulté. »

Ainsi fut sauvé Valldemia qui fut pendant la République déclaré « Association scolaire », de même que le Collège Saint Joseph. Plusieurs Frères moururent martyrs. Il y en eut 176 dans toute l’Espagne.

Cette guerre civile espagnole aurait pu signifier la fin de Valldemia s’il n’était devenu hôpital. Le matériel scientifique et les laboratoires ont été soigneusement préservés par M. Estray, à qui Valldemia doit une reconnaissance éternelle.

Gymnase du Collège de Valdemia

En 1939, le calme et la normalité reviennent, les cours reprennent. Les laboratoires de physique et de chimie connaissent de nouveaux développements, on fait l’acquisition de nouvelles pièces de collection de Sciences naturelles, de Biologie, de Botanique et de Minéralogie et de nouvelles salles sont créées. Le jardin botanique et les ateliers de technologie complètent les innovations pédagogiques.

De grands changements à la période récente

Les grands changements dans le collège se sont produits à la fermeture de l’internat quand nous avons accueilli les élèves et les professeurs du « Sacré Cœur »  ; il n’y eut alors qu’un établissement mariste en ville. La fermeture de l’internat a permis au centre de s’ouvrir aux populations plus proches des alentours. Le changement n’a été ni précipité, ni improvisé. Le départ des internes était une conséquence logique de l’élévation du niveau de vie du pays. La mise en place de la mixité découle de l’adaptation aux innovations pédagogiques. Le Collège s’est enrichi d’un magnifique centre omnisports.

Le Collège Valldemia maintient l’esprit des fondateurs et de leurs successeurs ; c’est une institution au service des jeunes de Mataró et des environs. On y reçoit les garçons et filles de trois à dix huit ans jusqu’à la fin de leur cycle scolaire.

L’Association des Anciens Elèves, le Club Sportif « Valldemia Maristes », le Groupe des Scouts « La Soca », l’Association des jeunes « Mains Ouvertes », accueillent et éduquent en extra scolaire, fidèles aux objectifs d’éducation « former de bons chrétiens et de vertueux citoyens ». La ville de Mataró a déjà connu, à ce jour, 116 ans de Présence mariste.

Frère Arturo FERNANDEZ
(traduction Frère Aimé MAILLET)

 Présence Mariste » n°240, juin 2004)