Espagne : Communauté mariste de la Mariola (Lerida)

Trois Frères vivent dans un appartement situé dans un quartier populaire de la ville de Lleida (Espagne). Depuis le mois de janvier passé fonctionne le Centre Ouvert « Pas à Pas ».

On a demandé à un jeune chanteur d’opéra de résumer en une seule phrase l’expérience de sa vie. Il a répondu :
"Lorsque je marche, je tombe, je me relève, je tombe, je me relève, je marche, je tombe… je me relève toujours".

Cette réponse m’aide à décrire l’expérience de ma communauté actuelle. Nous sommes trois Frères et nous vivons dans un appartement situé dans un quartier populaire de la ville de Lleida, (Lerida) dans lequel cohabitent des personnes venues de diverses régions d’Espagne, des immigrés et un bon groupe de gitans.

Auprès des plus défavorisés…

Deux Frères travaillent le matin au Collège Mariste et le soir, de 17 à 21 heures, ils animent le Centre ouvert "Pas à Pas" dans lequel collaborent divers volontaires. Il s’agit d’un projet de pédagogie préventive qui propose du soutien scolaire et des activités de loisirs à une cinquantaine de garçons et filles de 6 à 16 ans. L’autre Frère est engagé à Caritas et auprès des immigrants.

Le centre de loisirs

Pour assumer cette présence apostolique, nous devons avoir fortement le sens du provisoire, de l’adaptation et du déplacement fréquent. Et nous ne pouvons le faire qu’à partir d’une lecture attentive de la réalité et avec un esprit de discernement.

Il y a quelques années, le Chapitre Provincial encourageait la présence communautaire dans des milieux populaires et les projets plus directement adressés aux enfants et aux jeunes en danger. De là sont nées sept communautés.

Le 13 février 1998, commençait la communauté de "Lleida Casc Antic", avec trois Frères, dans un vieil immeuble du quartier ancien de la ville. Le climat social était assez dégradé et le quartier n’avait pas la confiance des habitants de Lleida. Mais il y avait des enfants et l’absentéisme scolaire présentait un indice élevé, comme l’étaient la vente de drogue, le nombre de bars et les chiffres de la délinquance.

La dynamique du provisoire

Les Frères commencèrent par collaborer avec quelques institutions présentes sur le quartier. Mais, en seulement quatre ans, la réalité sociale a beaucoup évolué. A mesure qu’arrivaient les immigrants et que les contrôles de police réduisaient la vente de drogue, les habitants se déplacèrent dans d’autres quartiers. Cette situation nous obligea à explorer de nouveau la situation de la ville.

Bien que la communauté restât au même endroit, en 2001, deux Frères commencèrent, provisoirement, un centre de loisirs et de soutien scolaire, en lien avec la paroisse Saint Paul, située à la périphérie.

Se fit alors sentir la nécessité de trouver un autre emplacement communautaire et une mission plus stable. Mais on ne voyait pas clairement où aller.

La période 2001-2003 fut donc un temps de recherche, de réflexion et d’échange avec le Conseil Provincial, mais aussi de tensions face aux différentes possibilités. Ce fut un temps de purification et une occasion d’approfondir notre style de vie et la mission communautaire qui se cherchait. En septembre 2003, la communauté se déplaçait à La Mariola et depuis le mois de janvier passé, fonctionne le Centre Ouvert « Pas à Pas ».

Frère Benito ARBUÉS

(Publié dans « Présence Mariste » n°245, octobre 2005)