Roumanie : implantation dans un pays de l’Est

Arrivée des Frères à Bucarest en 1998. La vie mariste en Roumanie est naissante, avec quelques défis à relever.

Les Frères Maristes sont arrivés à Bucarest en 1998 : trois espagnols et un grec. Peu à peu, ils ont vu les problèmes concernant les enfants et les jeunes qui vivaient dans les rues. En 2003, ce fut un nouveau départ avec l’arrivée de trois nouveaux Frères espagnols. Eux aussi ont été fortement impressionnés par le problème de la pauvreté et de la misère sociale. En 2004, les Frères ont ouvert leur propre maison pour accueillir huit jeunes provenant de différents centres pour enfants abandonnés.

Une toute nouvelle construction pour les enfants de la rue

Au service des enfants de la rue

A partir de 2004, Caritas de Voralberg, Autriche, a voulu aider les Frères à construire une maison plus grande. De même, les Frères Maristes d’Espagne et de Grèce participèrent aux dépenses générales. Avec l’aide d’autres amis aussi, quatre petites maisons ont vu le jour pour recevoir des enfants abandonnés.

Le centre "St Marcellin Champagnat" était prêt en juillet 2006. Son inauguration officielle a eu lieu le 6 octobre 2006. L’archevêque catholique de Bucarest a béni l’ensemble des maisons en présence de Frère Emili Turú qui représentait le Frère Supérieur Général.

Les Frères de la communauté

Ainsi, les huit premiers enfants sont entrés au début du mois de juillet 2006. Aujourd’hui, ils sont 37, bien installés dans les quatre maisons, comme dans une famille. Les enfants sont heureux d’y vivre, car il existe une plus grande confiance, une certaine sécurité et un avenir meilleur pour chacun. On essaie de reconnaître la valeur de chaque enfant qui est aimé et accepté, tel qu’il est, comme s’il était dans sa famille.

Chaque jour, les enfants vont à l’école. L’après-midi, ils font leurs devoirs et apprennent leurs leçons, selon les possibilités de chacun. En même temps, ils ont quelques activités socioculturelles. Pendant les grandes vacances, ils vont pendant quelques jours à la mer ou à la montagne. Un groupe de jeunes italiens et actuellement des espagnols, des roumains,… viennent chaque année, apporter leur aide à l’animation.

Penser à l’avenir

La deuxième communauté comprend trois Frères aussi. Sa première mission est la pastorale vocationnelle, la collaboration avec d’autres religieux dans la préparation de matériels pour la catéchèse et l’organisation de rencontres et de retraites pour les jeunes ; en même temps, elle accueille certains enfants du quartier qui viennent chaque jour faire leurs devoirs, manger quelque chose et se laver une fois par semaine. Les Frères, avec une dame et un jeune étudiant, aident les enfants qui n’ont aucun soutien à la maison.

La fête ! Comme en famille

Comme vous pouvez le comprendre, les Frères sont disposés à entendre l’Esprit Saint pour affronter les situations de notre monde : injustice, pauvreté, isolement. Nous croyons tous que les enfants ont le droit d’être aimés comme s’ils étaient nos propres enfants. Nous ne pouvons que remercier le Père Champagnat de nous avoir envoyés ici.

Pourtant, la vie mariste en Roumanie est naissante et nous avons quelques défis à relever : inculturer le charisme de Saint Marcellin Champagnat dans ce milieu social et dans l’église locale, rendre visible le charisme de la fraternité au milieu de nos frères, les hommes et les femmes de Roumanie, ouvrir notre esprit, notre cœur et nos mains pour accueillir tous les enfants, particulièrement les enfants et les jeunes les plus pauvres.

Frère Georges VIDALIS

(Publié dans « Présence Mariste » n°253, octobre 2007)

Vos témoignages

  • stephane babeu 31 janvier 2012 05:00

    Message pour frère georges vidalis ou toute personne concerner .

    Je suis a la recherche d’un endroit en roumanie pour apprendre la langue mais aussi participer a la vie de tout les jours.Est ce que un laic pourais trouver une place dans ce merveilleux projet qui est d’aider les jeunes.

    merci d’avance