Une nouvelle œuvre mariste : le Centre « Cœur sans frontières »

Une implantation nouvelle en Grèce, une communauté de quatre frères s’est ouverte à Acharnès dans la périphérie d’Athènes, en septembre 2012 (Publié dans « Présence Mariste » n°278, janvier 2014)

Dans la dynamique du 21e Chapitre général demandant à « vivre une nouvelle manière d’être frères » et à être plus proche « des plus délaissés », une équipe de frères et de laïcs grecs a réfléchi sur la faisabilité d’une implantation nouvelle en Grèce. Cette réflexion a abouti à l’implantation d’une communauté de quatre frères à Acharnès dans la périphérie d’Athènes, en septembre 2012.
F. Gérard Cuinet
F. Gérard Cuinet

Une immersion concrète

La communauté est au cœur d’un ancien village devenu une ville de périphérie, au développement désordonné avec son lot de réfugiés, de gens en transit rêvant de se rendre dans un autre pays d’Europe, de chercheurs d’emploi et aussi de gens riches. Là, la présence catholique est peu visible : point de bâtiment pour l’Église catholique, ni de communautés religieuses ; seulement un noyau de familles catholiques issues de l’immigration (Albanie, Roumanie). De plus, ces familles sont immergées dans un environnement social et politique marqué fortement par la tradition orthodoxe. La communauté a choisi une vie communautaire simple et fraternelle et elle anime le Centre de soutien scolaire pour des enfants pauvres.

Le Centre « Cœur sans frontières »

Il fonctionne depuis le 1er octobre. Environ 25 enfants viennent chaque après-midi bénéficier d’un lieu de travail, d’une aide de la part des professeurs des établissements maristes de Patissia et de Nea Smyrni, et d’un goûter. Viennent aussi d’autres volontaires, anciens professeurs ou élèves et personnes du quartier, désireux de vivre une solidarité concrète. En cela, nous reconnaissons le vrai visage de ce pays qui fait face à la crise économique et financière avec courage et entraide loin de tout repli et égoïsme partisans. La Bénédiction de ce lieu par l’archevêque catholique d’Athènes, Mgr Nicolas Foscolos, le samedi 5 octobre, fut donc d’une grande importance, spécialement pour le petit nombre des catholiques du diocèse afin de raviver leur espérance en l’avenir.

F. Georges Vidalis, directeur du centre
F. Georges Vidalis, directeur du centre

Une présence mariste tournée vers l’avenir

Cette œuvre concrète est soutenue par une communauté mariste. Tout est nouveau : le style d’œuvre non-scolaire, une communauté de Frères vivant dans un appartement et non dans un monastère traditionnel, une ouverture aux professeurs des établissements maristes et aux jeunes du quartier (avec des randonnées au Mont Parnès voisin), un style de relations simples au quotidien, etc. Tout ceci concourt à témoigner d’un "visage marial de l’Eglise" et à manifester la tendresse de Dieu pour tous, particulièrement pour celles et ceux qui sont frappés de plein fouet par la crise financière.

Le Centre Cœur sans frontières
Le Centre Cœur sans frontières

La Communauté mariste désire être un lieu ouvert à la rencontre avec toutes les personnes qui frappent à sa porte, vivre la fraternité avec les grands jeunes désireux d’un port d’attache, épauler la vie chrétienne au sein de la Paroisse. Et que, malgré les incertitudes de l’avenir, cette présence mariste soit germes de vocations !

F. Gérard CUINET
(Publié dans « Présence Mariste » n°278, janvier 2014)