Trait d’union

Des liens entre des jeunes enfants du Pérou et des personnes âgées se sont tissés à travers le tricot. (« Présence Mariste » n°274, janvier 2013)

Des liens entre des jeunes enfants du Pérou et des personnes âgées se sont tissés à travers le tricot. Ces personnes âgées résident dans différentes maisons de retraite de la région stéphanoise, EHPAD Antoine Pinay, les Charmilles à Saint Chamond, Résidence « Ma Maison » des Petites Sœurs des Pauvres à Saint Etienne, Maison Domitis à Montrond-les-Bains ainsi que des personnes âgées handicapées résidant encore chez elles, comme Madame Rascle à Monistrol-sur-Loire ou un club de troisième âge de Saint Chamond…

Leydi, fière de montrer les créations des anciens de la région stéphanoise !
Leydi, fière de montrer les créations des anciens de la région stéphanoise !

Deux associations actives

Ces enfants, pour certains gravement brûlés ou abandonnés par leurs familles, sont recueillis par l’association « Peru Niñez » qui agit dans les bidonvilles de Lima et qui est partenaire de l’association stéphanoise « Pour les Enfants du Pérou ».

Ces associations s’occupent de recueillir, nourrir, soigner, loger et éduquer ces enfants, et pour certains comme la petite Leydi, essayer de trouver une solution médicale à leurs très graves brûlures en partenariat avec l’hôpital des grands brûlés, St Joseph - St Luc à Lyon. Cette enfant subira une première opération, en juin 2013 dont les frais se situent autour de 21 000 euros pour les associations puisqu’aucune prise en charge n’est possible pour les citoyens hors Schengen.

Des créateurs de liens par le tricot

Les responsables péruviens de cette association : Carmen Cortez et quelques membres actifs, accompagnés de Leydi, huit ans, et Valeria, dix ans, sont venus en octobre 2012 rencontrer et mettre des visages sur ces « créateurs de liens » par le tricot.

Quelques anciens des Charmilles et nos amis Péruviens
Quelques anciens des Charmilles et nos amis Péruviens

Ces différentes rencontres ont été d’une joie et d’une force exceptionnelles, la langue n’étant même pas une barrière, tant les yeux étaient expressifs : surprise, découverte, émerveillement, compassion, joie…

Nos « anciens », fiers d’avoir gardé en mémoire la géographie de leur enfance, se rappelaient très bien du lac Titicaca, du Machu Picchu, des Andes et des Incas….

Forts de ces différentes rencontres, tous avaient une conviction : « nous servons encore à quelque chose et nous continuerons donc tant que nous pourrons à participer à cette solidarité avec les enfants et avec les moyens qui sont les nôtres ».

Ces différents moments de partage illustrent bien, que dans notre monde d’aujourd’hui parfois indifférent ou égoïste, des petits gestes concrets de solidarité sont possibles. Nos anciens restent ouverts à tous les problèmes du monde.

Odile PALLANDRE et Marie-Françoise POUGHON
(Publié dans « Présence Mariste » n°274, janvier 2013)

Vous pouvez faire un don pour l’intervention
de Leydi, si vous le souhaitez :
"Pour les enfants du Pérou"
35 rue Gayet - 42000 St Etienne