Le Cheylard St-Louis : ’’Opération CentrAfrique’’

En 1983 un ancien élève, de retour de coopération à Berberati propose à l’Amicale des Anciens de se lancer dans une opération humanitaire. (Présence Mariste n°237, octobre 2003)

Le départ de cette initiative

En 1983 un ancien élève du collège effectue sa coopération dans une école Mariste à Berberati en Centrafrique en tant qu’enseignant. Il fait la connaissance de Sœur Bénédicte qui œuvre dans le Centre de Pédiatrie de l’hôpital régional de Berberati

Devant le dénuement de l’hôpital et le peu de moyen dont dispose la sœur, Marc s’engage à l’aider à son retour en France. Il propose à l’Amicale des Jeunes Anciens Elèves du Collège de se lancer dans une opération humanitaire : "Opération Centrafrique". Elle débute en 1985, renforcée par des amis du collège et les élèves des classes de 3e et 4e.

Entre temps, sœur Bénédicte devient le bras droit du Docteur Yabeta, médecin-chef de l’hôpital. Elle s’occupe des urgences, de la pédiatrie et effectue en moyenne 350 à 400 consultations par jour.

L’école St-Louis organise une collecte dans sa région

Sœur Bénédicte et le médecin-chef faisant part de leurs besoins les plus urgents, médicaments de toutes sortes, lait en poudre et aliments protéinés pour les enfants, produits d’hygiène et d’entretien, matériel médical, papier et petit matériel de bureau sont collectés par l’Opération Centrafrique sur les cantons de recrutement du collège.

Les médicaments sont triés, classés par catégorie par des pharmaciens amis ou parents d’élèves puis reconditionnés par les Jeunes Anciens Elèves.
S’ajoute la récupération du matériel médical de réforme auprès des hôpitaux régionaux et au-delà.

Une logistique de transport est mise en place par un parent d’élève spécialiste dans ce domaine. Avec le concours de transporteurs locaux est acheminé chaque année un container à Berbérati, suivi au jour le jour, à partir de Marseille ou de Gênes via Douala.
Cela dure depuis 1985, d’où la devise de l’association : « CONTINUER ET TENIR BON ».

Secourir, aider, soigner, guérir, former et éduquer

Ce soutien est nécessaire pour continuer à : secourir et aider, soigner et guérir, former et éduquer une population qui en a grand besoin.

Cette action est très importante. Sœur Bénédicte insiste sur la formation sur place d’infirmiers, d’où un besoin d’argent et de matériel audio-visuel. Aucun médecin de l’hôpital n’étant cardiologue, il est urgent d’en former un dans cette spécialité. Des contacts ont été pris avec le professeur Oberlin de la faculté de médecine Bichat et avec le Docteur FROGER de Beaufort sur Gervane sur Grenoble.

Un centre d’accueil soutenu par l’association

Devant un afflux d’enfants orphelins à cause du SIDA, Sœur Bénédicte a mis en place avec l’aide de « Mamie Jeanne », une centrafricaine, un centre d’accueil qui est soutenu par l’association. Nourrir, habiller, scolariser ces enfants par le parrainage de chacun revient à 4 € par mois. Pour eux, du petit matériel scolaire est collecté.

Le partenariat avec l’association « EBISOL »

La collecte de médicaments ne suffit pas, d’où la nécessité de se fournir à Pharmaciens Sans Frontières et auprès des Laboratoires et Usines pharmaceutiques.

Opération Centrafrique travaille avec l’association « EBISOL » de Paris (Etudiants, Bichat, Solidarité). Ces étudiants participent à la collecte et au conditionnement des médicaments. L’association ardéchoise achemine le matériel collecté par eux sur la Région parisienne.

S’inscrivant dans le cadre de la politique humanitaire en direction de l’Afrique et du Conseil Général de l’Ardèche, ce dernier apporte une petite aide financière.

Des fabricants de produits d’hygiène, un réseau local d’artisans, et de commerçants font des dons et contribuent gratuitement à remplir le container. Les entreprises locales de transport enlèvent gracieusement ces marchandises, à travers toute la France.

Sensibiliser les jeunes à la solidarité

’’A travers cette opération humanitaire créée en 1985, nous sensibilisons les jeunes impliqués dans cette action à la solidarité, au développement. Notre volonté est de former les jeunes pour eux-mêmes et pour les autres’’ (Statuts).

Contacts : Monique DELUBAC au Collège St Louis : 04 75 29 05 27 et 04 75 29 09 84
ou Frère Jean Reboul à la Communauté Mariste : 04 75 29 71 81. (Le matériel est aussi collecté par eux sur la Région parisienne).

Fr Léonce Fabregoule (d’après les statuts de l’Association)

(Publié dans Présence Mariste n°237, octobre 2003)

Sur le même sujet voir aussi l’article publié par le n°251