“Menez une vie nouvelle” (Angèle Merici)

PM 289 logo du numéro Ma mission correspond à un engagement, une vocation. Je me reconnais dans les valeurs du Secours Catholique. Les missions et les rencontres m’ont rapprochée du Christ. (Présence Mariste n°289, oct. 2016)

“Nul ne guérit de son enfance”, chantait Jean Ferrat. Quand on rencontre la dynamique Aurélie Farcy, au Secours Catholique à Villeurbanne, on se dit que le poète des montagnes d’Ardèche était dans le vrai. Aurélie a bien voulu confier à Présence Mariste ce qui nourrit le bel enthousiasme avec lequel elle se met au service des autres.

Présence Mariste : Aurélie, depuis début janvier 2015, vous avez rejoint la délégation du Rhône du Secours Catholique. Qu’y faites-vous ?

Aurélie Farcy  :
Je suis animatrice des réseaux de solidarité pour le territoire "Métropole Nord-Ouest" qui comprend six équipes. Mon objectif est de promouvoir l’action collective, de valoriser les équipes locales, de m’engager dans leurs projets et de lancer des actions en fonction des attentes et des besoins des personnes rencontrées.
Je suis aussi référente pour l’animation spirituelle. Avec neuf bénévoles, nous proposons des temps de partage, de fraternité, de découverte de soi et de l’autre, de relecture, dans le but de permettre à chacun de grandir humainement et spirituellement.

PM  : Le Secours Catholique ? Pourquoi ?

Aurélie au Sénégal
Aurélie au Sénégal

AF : Ma mission correspond à un engagement, une vocation. Je me reconnais dans les valeurs du Secours Catholique. J’ajouterai que jadis, quand j’étais enfant, mes parents s’y impliquaient déjà beaucoup. J’étais impressionnée par ce qui s’y faisait, par les valeurs qui s’y vivaient. J’ai été définitivement marquée. Dans ce que je vis ici, j’ai l’impression de me retrouver. Durant toute mon enfance, j’ai baigné dans un milieu où s’est développée ma foi chrétienne. Mais au moment de ma confirmation, je me suis posé beaucoup de questions, celle-ci notamment : “Comment rendre ma foi authentique ? Comment mettre l’évangile en actes dans ma vie ?”

PM  : Et alors, comment avez-vous répondu ?

AF  : Après avoir fait une Licence de Lettres, j’ai décidé de partir, en 2004, au Pérou et au Chili. Grâce aux Ursulines, une congrégation fondée en 1535 par Angèle Merici, j’ai passé huit mois dans une communauté au service des enfants pauvres. J’étais partie avec la volonté de donner, mais j’ai appris à recevoir. Ce fut une expérience très importante de laquelle j’ai retiré la conviction que ma vocation est de m’engager au service des plus pauvres.

PM  : Et de 2005 à 2015 ? On peut supposer que vous n’avez pas pris dix années sabbatiques ?

AF : Oh ! Non ! De 2005 à 2009, j’étais animatrice en pastorale à Avallon et de 2009 à 2014 à Lyon. Durant ces dix années, je me suis investie auprès de collégiens et lycéens, organisant des projets pour et avec eux, notamment des séjours solidaires en France ou ailleurs (Mexique, Haïti, Sénégal…).

PM : Ceux qui vous rencontrent sont frappés par le bel enthousiasme qui vous anime perpétuellement.

AF : Les missions et les rencontres m’ont rapprochée du Christ. J’aime en effet apporter de la joie et de la bonne humeur, créer une ambiance positive et percevoir Dieu à travers les personnes rencontrées.

PM : Merci beaucoup Aurélie et… que votre joie demeure !

Propos recueillis par Michel CATHELAND
(Publié dans « Présence Mariste » n°289, oct. 2016)