Rencontre avec un séminariste

Genèse et développement d’une vocation sacerdotale

Rémi-Gabriel PERCHOT, 25 ans, est né à Roche-la-Molière dans la Loire. Il est actuellement en formation théologique au séminaire à Ars (01) pour le diocèse de Saint-Etienne et en immersion pastorale, toutes les fins de semaine, dans la paroisse Saint-Ennemond-en-Gier à Saint-Chamond.
Dans la bibliothèque du séminaire
Dans la bibliothèque du séminaire

[rouge]Pourquoi avoir choisi la prêtrise en ce début de 21e siècle… ce n’est pas banal ![/rouge]

Issu d’une famille chrétienne, j’ai eu la chance de fréquenter le patronage tenu par les religieux de Saint-Vincent-de-Paul ; un prêtre, lors des « petites » formations que nous avions les après-midis, nous disait souvent : « Parmi vous, il y en aura qui seront appelés à devenir prêtres ! » ; et je me disais : très bien, c’est pour le voisin ! Et un beau jour, je me suis posé la question : pourquoi pas moi ? D’autre part, un copain protestant m’a beaucoup aidé à approfondir ma foi ; il me harcelait de questions et argumentait ; j’ai réalisé, alors, que je croyais, sans trop savoir pourquoi ! J’ai été ainsi poussé à approfondir et à découvrir des liens entre l’existence de Dieu, ma vie de tous les jours et la pratique religieuse ; puis, progressivement, j’ai fait l’expérience que Dieu est amour, qu’il m’aime personnellement et qu’il veut mon bonheur.

[rouge]Quand et comment as-tu fait cette découverte ?[/rouge]

En classe de seconde ; année très difficile tant au niveau scolaire qu’au plan spirituel ; ce fut une année de lutte au cours de laquelle je suis passé d’une foi individualiste à la découverte du Dieu-Amour ; j’ai alors pris conscience que ce que Dieu veut pour moi, c’est le meilleur ; donc s’il m’appelle à être prêtre, c’est ce qu’il y a de meilleur pour moi. Pas facile de parler de tout ça en famille et aux copains du lycée.

Lors d'une célébration avec Mgr Lebrun
Lors d’une célébration avec Mgr Lebrun

[rouge]Finalement quel baccalauréat as-tu présenté ?[/rouge]

J’ai passé un Bac scientifique et je n’ai pas voulu continuer d’études supérieures.
J’avais hâte d’avoir réponse à mes questions « essentielles » et je suis rentré au séminaire à 19 ans, avec l’idée de découvrir : non, ce n’est pas ça, ce n’est pas ma voie !… mais aussi avec le secret espoir que c’était peut-être ça, que c’était ma voie. Et je suis arrivé au bout de ma 1re année de séminaire en me disant : je suis sur le bon chemin ; c’est ce que je voulais ; j’ai alors ressenti une joie profonde, celle de répondre à l’appel du Seigneur.

[rouge]Peux-tu préciser en quoi consiste cette formation au séminaire ?[/rouge]

Elle repose sur 4 piliers : intellectuel, humain, spirituel et pastoral.
Des cours d’abord, avec des examens, comme dans n’importe quelle autre formation.
Formation humaine, ensuite : nous vivons en fraternités de 6 ou 8, avec un prêtre accompagnateur ; notre vie est rythmée par les temps de prière, les tâches communes, l’étude, les loisirs. Le vivre ensemble est une belle école de vie qui fait surgir des frictions, bien sûr, mais qui fait naître aussi de fortes amitiés. Puis, le pilier spirituel : dès la 1re année, nous faisons l’apprentissage de la prière, de l’oraison, du lien avec Dieu.
Les moments forts sont aussi la messe quotidienne et le bréviaire (prières des heures) qui nous mettent en relation avec l’Église universelle. Un père spirituel nous accompagne et nous guide plus personnellement. La formation pastorale enfin, qui se développe de plus en plus au cours des années. En fin de 1er cycle des années philo. Un stage de longue durée de 1 ou 2 ans. Je suis donc parti 2 ans dans un diocèse du Nord du Brésil, à l’orée de la forêt amazonienne. J’ai découvert un autre pays, une autre culture, une autre langue et des réalités bien différentes de celles que je connaissais dans la Région Rhône-Alpes. J’y ai découvert aussi l’universalité de l’Église.

Avec des enfants lors de son séjour au Brésil
Avec des enfants lors de son séjour au Brésil

[rouge]Comment es-tu arrivé dans la paroisse Saint-Ennemond-en-Gier ? Y trouves-tu ta place ?[/rouge]

Étant originaire du diocèse de Saint-Étienne, Mgr Lebrun m’a demandé de venir dans la paroisse Saint-Ennemond-en-Gier. Depuis l’automne 2010 je découvre la paroisse, son organisation et je vais là où on me demande ; j’ai déjà fait le tour de tous les clochers et de quelques groupes : servants de messe, catéchumènes, confirmands. En tout cas, pour moi, c’est une belle découverte et je peux déjà dire que les Couramiauds sont très accueillants.

[rouge]En conclusion, qu’as-tu envie de dire aux lecteurs de Présence Mariste ?[/rouge]

Spontanément : ayez confiance en Dieu ; n’oubliez jamais que Dieu vous aime et que vous avez du prix à ses yeux. Accrochez-vous à Lui.


Propos recueillis par Henri PACCALET
Paru dans Présence Mariste N° 268 Juillet 2011