Souvenir… souvenir : l’école mariste de Saint-Didier-sur-Rochefort (42)

Une école mariste qui devient maison de retraite

[bleu]

Dans une vidéo relatant la rénovation de l’Hermitage, le Père Champagnat était présenté comme « un homme d’échafaudage ».

De 1835 à 1893 : l’école des Frères

À son initiative, pour accueillir des Frères, certaines paroisses du Forez ont fait édifier des écoles. C’est le cas de mon village natal, Saint-Didier-sur-Rochefort dans le canton de Noirétable. J’y ai été scolarisé dans l’école catholique ; les anciens disaient encore « chez les Frères » bien qu’ils aient quitté la commune depuis plus de 100 ans.
Le bâtiment a été construit de 1835 à 1837. Pendant ces 2 années les Frères ont exercé dans une maison du bourg. En 1838, ils se sont installés dans l’école. Le Frère Apollinaire y a enseigné en 3 périodes dans les années 1840 à 1855. C’était un homme d’initiatives et de caractère, aussi à l’aise comme directeur, combattant contre un incendie ou joueur de boules. À l’Hermitage où il est resté, il a laissé un souvenir bien visible : le chemin à l’extrémité de la cour des platanes porte le nom de Passage Apollinaire.
En 1876, l’école de St-Didier avec un internat comptait 180 élèves.

Façade actuelle de la maison de retraite
Façade actuelle de la maison de retraite

En 1886, le Frère AVIT la décrivait ainsi :
« La maison est un rectangle de 42 mètres sur 8,50. Elle est bien orientée au sud-est… Le rez-de-chaussée contient 3 classes, assez bien, un grand réfectoire, la cuisine, la mairie et 2 escaliers en bois. La mairie dérange peu les Frères. Le premier étage comprend l’étude des Frères, leur dortoir, celui des élèves, pour 38 lits et 2 chambres… Un galetas, pouvant être transformé en dortoir, occupe le 2e étage.
La cour, de 42 m. sur 8, est abritée des vents froids, mais insuffisante pendant l’hiver. Le jardin à moitié planté de vignes, assez grand, bien abrité est suffisant. La terre, sujet de tant de contestations est présentement très bien cultivée par les Frères… Tout ce local est fortement incliné au sud-est, en très bon air, assez indépendant et près de l’église. »

De 1893 à 2009 : école et maison pour centres de vacances

Les Frères quittèrent vraisemblablement St-Didier en 1893 remplacés par un instituteur laïc, l’école étant devenue publique. Leur départ fut contesté et se passa avec un minimum d’incidents grâce à leur compréhension. Un comité de soutien s’était constitué. Après la construction d’une école publique au début des années 1900, le bâtiment redevint une école privée catholique, dirigée par des civils et pendant une courte période par des religieuses St-Joseph jusque dans les années 1980. Pendant l’été, il servit longtemps de colonie de vacances, pour les enfants de la paroisse Notre-Dame du Mas, de Firminy. Depuis, la maison était inoccupée.

2009 : Maison de retraite

Elle vient d’être magnifiquement transformée en maison de retraite médicalisée, gérée par une Association sous le vocable de Maison d’Accueil Saint Joseph. Les 26 chambres individuelles ont accueilli leurs premiers résidents courant juillet 2009. Le 19 septembre un après-midi : « Portes ouvertes » a permis à plus de 300 visiteurs d’apprécier cette magnifique réalisation.

M. Quérat au cours de son discours
M. Quérat au cours de son discours

Hommage aux Frères

J’ai eu le plaisir de relater, devant un auditoire nombreux, l’histoire des Frères à St-Didier, grâce à des documents que m’avait procurés Frère Gabriel Michel, mon ancien professeur à l’Hermitage de 1950 à 1952, il y aura bientôt 60 ans !!!
Voici la conclusion de mon exposé :
« Ainsi se terminait, pour les Frères maristes, une présence de près de 60 ans dans notre cité. Ils ont permis que 2 générations aient pu apprendre à lire, écrire et compter avant que l’État ne l’impose : c’était un énorme progrès. Ils ont également transmis l’éducation religieuse dans la tradition de la France catholique de cette époque. Il en est resté bien évidemment des traces plus ou moins profondes selon l’accueil de chacun des paroissiens. »

Joseph QUÉRAT
Ancien directeur et enseignant
de l’école St Louis à Saint Chamond de 1960 à 1993

[/bleu]