Des signes de vie à la maison du Montet à Saint-Genis-Laval

Des occupations pour entretenir la vie

Depuis quelques mois, la mission qui m’a été confiée dans la Province, me conduit dans les maisons de Frères aînés, à la fois en Catalogne et en France. J’y rencontre beaucoup de Frères bien plus âgés que moi.
En chacun, je sens le besoin de chercher la perle précieuse. Celle-ci est ternie par le temps, quelquefois empoussiérée et enveloppée dans une gangue qu’il faudrait dégager afin de mettre en valeur le trésor enfoui. Voici un flash porté sur quelques Frères qui m’ont particulièrement frappé au cours de mes passages.
F. Francis B. joue de l'orgue
F. Francis B. joue de l’orgue

[rouge]Frère Francis[/rouge] a toujours été passionné de musique classique. Au fil des années, il a collectionné un nombre impressionnant de disques et il a développé des compétences d’organiste. Mais il y a 4 ans, il a quitté sa communauté de Pélussin alors qu’il était très malade et il est venu se reposer à Saint-Genis. Petit à petit, sa santé s’est améliorée ; il a ainsi pu se remettre à l’orgue et maintenant, il accompagne les célébrations dans la chapelle avec cet instrument.

F. Maxime fait du vélo
F. Maxime fait du vélo

Ce que je voudrais surtout souligner, c’est ce qu’il m’a confié : « Je connais beaucoup de morceaux d’orgue, mais j’ai décidé de laisser de côté tout ce que je connais. Et je cherche par internet, de nouveaux morceaux, je les imprime et je les apprends. Je n’utilise pour les accompagnements, que des choses nouvelles que j’ai apprises récemment ». Quelle jeunesse d’esprit ! Quelle capacité à apprendre sans cesse ! Et cela à 91 ans !

[rouge]Frère Maxime[/rouge] a travaillé comme instituteur dans divers postes et se retrouve maintenant à Saint-Genis à cause d’une vue presque nulle. Maxime a été toute sa vie un grand bricoleur. Sa chambre est remplie d’objets qu’il a fabriqués lui-même. Il a réalisé de nombreux boomerangs, fabrique encore des chapelets bien plus solides que ceux que l’on peut trouver dans le commerce. Il a réaménagé un petit coin du jardin où il cultive des choses très variées. Il voudrait surtout développer le « ginkgo », seul arbre qui a résisté à la bombe atomique d’Hiroshima !

Sa vue très basse est compensée par ses extraordinaires capacités tactiles. Et chaque matin, il passe une demi-heure sur un vélo d’appartement au 2e étage de la maison, tout en fredonnant des chansons dont les voisins peuvent bénéficier !

Enfin, [rouge]Frère Jérôme[/rouge] est un grand adepte de la beauté. Sa passion, ce sont les fleurs qu’il plante, arrose, récolte pour en faire de beaux bouquets. Sa chambre est aussi un atelier où il travaille le canevas. Avec des bouts de laine multicolores, il réalise des tableaux qu’il peut offrir pour faire plaisir. Sa chambre est ornée d’une quinzaine d’entre eux. « Ce travail me fait vivre physiquement et moralement. La prière m’accompagne et cela m’apaise. Dieu, quand il donne, il invente la beauté » dit-il.
F. Jérôme s’approche des 94 ans !

F. Jérôme fait du canevas
F. Jérôme fait du canevas

Voici, pour terminer, une perle recueillie dans son carnet personnel :
« Je vieillis, Seigneur, et c’est dur de vieillir.
Je ne puis plus courir et même marcher vite.
Je ne puis plus porter de lourdes charges et monter rapidement l’escalier.
Ma mémoire faiblit et me cache des dates et des noms que pourtant elle connaît.
Seigneur, comment croire que le temps d’aujourd’hui est le même que le temps de jadis ?
Celui qui courait si vite, que je ne pouvais pas le rattraper
Et qui m’échappait avant que j’aie pu le remplir de vie ».

F. Jean RONZON
(Paru dans Présence Mariste N° 269, octobre 2011)