Les congrégations maristes aujourd’hui

PM 288 logo Brève présentation des congrégations maristes aujourd’hui : les Pères, les Frères, les Sœurs ainsi que les laïcs vivant de la même spiritualité. (Présence Mariste n°288, juillet 2016)

L’Institut des Frères

Avec Marcellin Champagnat, continuer la mission éducative
Avec Marcellin Champagnat, continuer la mission éducative

La promesse de Fourvière donne ses fruits dès 1816 ; le rêve de Marcellin Champagnat se réalise le 2 janvier 1817. En 1838, la Société de Marie s’ouvre aux missions d’Océanie, avec des Pères et des Frères : “Tous les diocèses du monde entrent dans nos vues ” écrit M. Champagnat.
Les années 1903-1905 favorisent, dans la douleur, l’éclatement de la Congrégation dans le monde : Amérique du Nord, Amérique du Sud…
Dans les années 1960, période conciliaire, l’Institut atteint une extension maximale.
Aujourd’hui, les communautés maristes sont dans 77 pays, avec écoles, collèges, centres sociaux pour les jeunes et leurs familles.
Depuis l’an 2000, il y a eu une plus grande ouverture pour l’accueil des enfants de la rue. Un grand effort missionnaire a été relancé dans les années 2000, après la canonisation du fondateur en 1999 : envoi de Frères et création de communautés en Asie, pour la mission "ad gentes" : Bengladesh, Cambodge, Pakistan, Thaïlande, Vietnam…
La mission éducative mariste se vit aujourd’hui dans une communion croissante Frères-Laïcs pour redonner toute sa force évangélisatrice à notre présence par l’école, et l’éducation.
Dans le monde il y a 3 550 Frères, 72 000 Laïcs Maristes, en charge de 65 4000 jeunes. Notre mission reste celle de conduire les jeunes à vivre une solide expérience de fraternité et d’amitié.

F. Maurice GOUTAGNY

Les Pères de la Société de Marie

Des hommes et des femmes prophètes
Des hommes et des femmes prophètes

En 2014, l’Océanie regroupe 36 % des Pères Maristes du monde : Nouvelle-Zélande, Australie, de nombreuses îles océaniennes qui ont été évangélisées par Pierre Chanel, ses compagnons. Maristes français, nous avons des liens avec nos confrères, français et étrangers, dans les 5 continents, parfois des rencontres à La Neylière, sessions de formation. Nous sommes moins nombreux mais nous restons ouverts à la mission universelle. Je suis témoin que les années vécues en Afrique, à Londres ont enrichi mon expérience d’Église et mon lien à la Société de Marie.

Le nombre de Pères dans les collèges en France a baissé. Collèges, lycées Maristes sont animés par les directeurs, cadres éducatifs, professeurs, aumôniers laïcs : membres de l’Association "Maristes en Éducation". Ils se retrouvent souvent à La Neylière, une centaine, pour 2 journées de partage spirituel et éducatif, avec des Pères Maristes. Le thème dernier était : “Sur les pas des premiers missionnaires maristes”.

Aujourd’hui, il existe deux lieux témoins de la vie Mariste. N-D de France à Londres, paroisse française confiée aux Maristes depuis 150 ans, est ouverte aux chrétiens anglophones et aux nombreux réfugiés de tous pays accueillis dans l’annexe de la paroisse. La Neylière, dans les Monts du Lyonnais, qui accueillit Jean-Claude Colin pour les 20 dernières années de sa vie, est la maison de famille des Maristes du monde, ainsi que des aumôneries, des paroisses, des habitants du Rhône et de la Loire.

P. Bernard BOISSEAU

Les Maristes Laïcs

Au 20e siècle, le Tiers Ordre Mariste s’est réformé, à l’instar de bien d’autres familles spirituelles, il devient les "Fraternités maristes". En 1992, des Laïcs prenaient conscience que beaucoup d’entre eux vivaient de la spiritualité mariste sans se rattacher pour autant au Tiers Ordre. C’est ainsi qu’avec l’encouragement des Pères Maristes, ils ont fondé une association dont l’objectif premier était d’offrir un lieu de rencontre et de partage pour tous les laïcs, qu’ils appartiennent ou non à un groupe. "Maristes Laïcs" œuvre aujourd’hui dans la perspective qui était celle du P. Colin en proposant à toute personne intéressée par la spiritualité Mariste de se former, se ressourcer, s’engager dans l’Église et dans le monde, en partenariat avec toute la famille Mariste. Elle se soucie de donner corps à la branche laïque tout en respectant les diversités, notamment celles héritées de l’histoire.

Ainsi elle n’oublie pas qu’un laïcat s’est développé auprès des Frères Maristes et, tout en respectant son autonomie et son organisation propres, cherche à créer des liens. En outre, le laïcat s’organise aujourd’hui de plus en plus au niveau européen et mondial.

Marie-Claude GRULIER

Les Sœurs Maristes

Présence auprès de petits et des pauvres
Présence auprès de petits et des pauvres

La Congrégation, aujourd’hui, continue à être présence de Marie là où elle est implantée, malgré sa grande dispersion géographique et ses effectifs réduits : 320 sœurs dans 16 pays des 5 continents. C’est auprès des pauvres et des exclus qu’on retrouve les Sœurs Maristes. À titre d’exemples : les personnes âgées, les malades et les prisonniers en France ; les enfants des rues aux Philippines ; les réfugiés en Angleterre et Italie ; les isolés des immensités désertiques en Australie ; les populations indigènes au Brésil ; les jeunes qu’on aide à prendre leurs responsabilités au Sénégal, etc.

La mission est marquée par la collaboration avec les Laïcs et par le travail avec d’autres congrégations ou associations. Le développement du Laïcat Mariste est pour nos communautés une source de joie et un stimulant. La plupart de nos communautés dites "de mission" sont internationales et interculturelles, souvent insérées, selon le désir de nos fondateurs, "là où personne ne veut aller", sans avoir peur de prendre des risques. En France, les pèlerinages au pays des origines, les réunions internationales de la Famille Mariste, nous offrent l’occasion de découvrir les dimensions mondiales de "l’univers Mariste".

Le Chapitre général de 2015 avait pour thème “Femmes de la Parole, amoureuses de la vie”. C’est dire que notre source d’évangélisation est la Parole de Dieu et qu’elle est au service de la Vie dans tout son déroulé.
Voici une note significative : “Disciples de la Parole, nous sommes appelées à écouter l’histoire de chacun – comme Marie le ferait -, à nous asseoir auprès de ceux qui souffrent, à écouter sans avoir de réponses, à respecter ce qui est partagé…”

Sr Denise Husson - SM

Les Sœurs Missionnaires de la Société de Marie

Etre femme, comme Marie
Etre femme, comme Marie

“L’appel qui les poussa à tout quitter résonne encore en nos cœurs aujourd’hui et ce qui fut leur force pour partir et persévérer ouvre pour nous la voie de l’avenir”.

Comme les Pionnières, nous SMSM, nous nous reconnaissons dans les trois éléments de cette vocation. Nous nous inspirons des attitudes de Marie, la première disciple. Être femme comme Marie, c’est être féconde, promouvoir la vie, se donner sans compter, être capable comme Elle d’une réponse audacieuse tout en gardant une humilité profonde.

Nous sommes actuellement 426 smsm, présentes dans 24 pays et dans les cinq continents. Nous sommes en petites communautés internationales. 150 sœurs ont plus de 80 ans et continuent la mission par la prière “invitées à entrer dans le mystère pascal, elles partagent la mission de la Congrégation”.

Nos engagements sont diversifiés, tenant compte des besoins de l’Église locale, du pays et aussi des dons et de la formation des Sœurs. Les Sœurs s’engagent dans des services : santé, écoles, pastorale, enfants de la rue, réfugiés…
Une page de notre histoire s’ouvre avec le Chapitre Général, qui se tient cette année, à Rome, et dont le thème “Va en hâte avec Marie, sois bonne nouvelle !” nous invite à un renouveau dans la joie de l’Évangile.

Sr Marie José de Préville - SMSM
(Publié dans « Présence Mariste » n°288, juillet 2016)