Échos du noviciat des sœurs maristes au Sénégal : qui est Colin pour moi ?

Trois novices donnent leur témoignage (Présence Mariste N° 261, octobre 2009)

Dans le cadre de la formation au noviciat des Sœurs Maristes de l’Afrique de l’Ouest, les novices sont invitées à découvrir nos origines maristes et à apprendre à s’inspirer de notre spiritualité. Des cours sur nos fondateurs leur sont proposés. Après un temps riche de découvertes sur la personne de Jeanne Marie Chavoin, puis de Jean Claude Colin, elles nous partagent leur vision émerveillée.

Jeanne-Valérie TEKOU
Jeanne-Valérie TEKOU

« Je vois en Jean Claude COLIN, un homme qui tient sa parole, sa promesse, un homme de mémoire, de souvenir, rempli de l’esprit de responsabilité. Instrument entre les mains du Seigneur, il acquiert une grande maîtrise de ses pulsions et passe d’un homme rigoriste à un homme miséricordieux. Sa vie de solitude lui a permis de tout faire pour la gloire de Dieu. Il est aujourd’hui pour moi un modèle de confiance en la miséricorde divine, d’abandon entre les mains de Marie. Il m’a séduit par sa persévérance et sa détermination, sa vie pieuse et pleine de tendresse. »


Antoinette BEYAGI
Antoinette BEYAGI

« Le Vénérable Père Colin est pour moi un modèle et un guide dans ma vie quotidienne et surtout dans mon désir de devenir Mariste. Colin m’inspire par ses qualités, ses vertus et ses défauts. Il est un homme pleinement humain parce qu’il reconnaît et accepte ses qualités et ses défauts. Pleinement spirituel, parce qu’au cours des années, il est conscient que le Seigneur travaille en lui et il se laisse transformer et guider par l’Esprit du Seigneur et l’esprit de Marie. Cette docilité et cette flexibilité à l’Esprit m’inspirent en tant que novice dans cet apprentissage à me laisser former et transformer dans la formation.
Dans notre monde où certaines valeurs humaines telles que le respect de la personne, le sens de la pudeur, etc. sont dépréciées, je garde du Père Colin l’amour des valeurs reçues spécialement le respect pour moi-même et les autres. J’essaye aussi de le communiquer aux enfants à travers la catéchèse. »


Anna NDIAYE
Anna NDIAYE

« Jean Claude Colin, prêtre mariste, fondateur de la Société de Marie, est pour moi un bon compagnon de route dans mon cheminement vers la vie religieuse mariste. Avec lui, je découvre les valeurs telles que sa piété, sa confiance en Dieu, son sens de la reconnaissance et l’oubli de soi, qui l’ont aidé dans son cheminement et que j’essaie de faire miennes. Ainsi, en toute chose et dans ma relation aux autres, j’essaie de donner à Dieu la première place. Je suis touchée par son sens d’ouverture à la grâce de Dieu et d’accueil qui lui a permis de se laisser transformer. S’inspirant de Marie et épousant ses vertus, Colin qui était un enfant scrupuleux, timide, réservé, sensible, développe le sens du détachement, de l’humilité, de l’oubli de soi, de la soumission à la volonté divine pendant sa vie adulte. Il s’est même adapté aux réalités des fidèles pour prêcher. Cela m’invite à être flexible et à accueillir la grâce de Dieu pour me laisser transformer quotidiennement. »

(Publié dans « Présence Mariste » n°261, octobre 2009)

Vos témoignages

  • HOUNGUE ABRAHAM 22 novembre 2010 08:25

    BJR JE VOUS ENCOURAGE ET VOUS SOUTIENT DANS VOTRE MISSION QUE MAMAN MARIE VOUS AIDE A GARDER TOUJOURS BRILLANTE CETTE LAMPE QUELLE A ALLUMEE EN VOUS