La communauté de Saint-Étienne

Une communauté mariste en insertion dans un quartier populaire

[bleu]La communauté de Saint-Étienne s’est installée dans le quartier de La Cotonne en septembre 2008. Nous avons commencé à deux, Jean-Louis et moi-même (Roger), Jean-Paul nous a rejoints en octobre.
Pourquoi La Cotonne et Saint-Etienne ? Il faut remonter à l’assemblée provinciale de 2007 avec la proposition de créer des communautés autour des établissements mais aussi dans les quartiers populaires. Frère Emili Turú aujourd’hui supérieur général était présent en tant que Conseiller Général. Il était un peu à l’origine de cette impulsion.
Jean-Louis travaillait déjà à l’aumônerie d’Honoré d’Urfé. Il a proposé la relance d’une communauté sur Saint-Etienne pour ne pas « partir de rien ». J’avais été interpellé en 2004 par le vicaire provincial pour faire partie d’une communauté de ce type tout en continuant à travailler sur le plateau de Marlhes. Mais à l’époque, il manquait toujours LE troisième Frère…

Les trois frères de la communauté : Jean-Paul, Roger et Jean-Louis
Les trois frères de la communauté : Jean-Paul, Roger et Jean-Louis

Aujourd’hui cette communauté existe. Jean-Louis continue à travailler à l’aumônerie, Jean-Paul et moi-même sommes à la retraite professionnelle mais pas inactifs.

[fond or]UNE ATTENTION AUX JEUNES[/fond or]

Notre mission est d’être au plus près des jeunes avec Jean-Louis, en participant ponctuellement au fonctionnement du « Pôle Jeunes » et à l’aumônerie d’Honoré d’Urfé. Nous prenons notre place dans la pastorale des quartiers populaires de la paroisse et spécialement du secteur de la Cotonne en participant à ce qui existe déjà : aide aux devoirs au Centre d’Animation, présence aux partages d’Évangile, à l’animation de la paroisse en particulier dans l’animation des « Dimanches pour tous ». Il nous arrive aussi d’accueillir des lycéens à notre table.

Vue du quartier de la Cotonne depuis leur appartement
Vue du quartier de la Cotonne depuis leur appartement


Nous vivons le quotidien simplement, dans la « contempl’action » des événements et des personnes. Au niveau mariste, nous sommes sollicités pour divers services : suivi du chantier de Notre-Dame de l’Hermitage, lien avec des équipes maristes au sein des établissements de la Tutelle mariste, maintenance « informatique » des communautés.

[fond or]UN PROJET DE VIE AVEC MARIE[/fond or]

Dans le projet de vie communautaire de cette année nous insistons sur la présence de Marie dans la prière et dans nos relations quotidiennes.
Nous faisons ce que nous pouvons pour « Vivre un temps nouveau » comme Elle : aller à la rencontre de personnes dans ce quartier habité par de nombreux musulmans. Connaître, se laisser reconnaître, se faire connaître ; accueillir et se laisser accueillir ; saluer dans la rue, et ne pas hésiter à passer du temps pour répondre aux questions « curieuses » des gens du quartier, ou des jeunes qui attendent le bus devant le collège. La prière quotidienne est l’occasion de l’action de grâce et de l’intercession pour toutes ces rencontres.

Un moment de convivialité avec des jeunes
Un moment de convivialité avec des jeunes

Les militants chrétiens du quartier ont tenu à notre insertion ici. La petite communauté chrétienne est très active sur ce relais-paroissial. Nous sommes là, avec eux, sans prétention. Veilleurs avec eux sur cette colline qualifiée de « ghetto » par beaucoup de Stéphanois.

Communauté mariste de Saint-Étienne
(Paru dans Présence Mariste N° 264, Juillet 2010)[/bleu]

Vos témoignages

  • Bernard de Verneuil 12 janvier 2011 15:29

    Je salue et souhaite bon travail à la communauté de St Etienne La Cotonne. Je suis père mariste, actuellement en maison de retraite à Paris, proche de mes 90 ans. Je suis stéphanois, très attaché à ma ville natale. Après six années de travail au collège de St Chamond, avec le frère Frappa et d’autres, à la demande de l’évêque de St Etienne, j’ai travaillé à St Etienne : création et activité au Centre Rimbaud, vie à la paroisse Ste Marie avec Emile Granger, présence auprès tant de jeunes largués par le chômage, le racisme, la drogue, etc. J’aurai voulu avoir de l’aide à l’époque, mais la Province des Père marites n’avaient déjà plus assez de forces. Et ensuite je suis parti au Mexique. De savoir que vous relevez le gant me fait du bien. Que Marie vous bénisse. Avec toutes mes amitiés.

    • La communauté de Saint-Étienne 25 janvier 2016 10:41

      bonjour Bernard, Je suis une ancienne élève de Ste Marie à Saint Chamond. Vous étiez déjà agé lorsque vous avez écrit ce message et peut-être celui là ne vous parviendra jamais. Je serai heureuse d’avoir de vos nouvelles. J’ ai maintenant 59 ans, habite à Béziers et je travaille en médiathèque. Peut-être à bientôt de vous lire ou vous avoir au T° ( 0467623939). Amicalement,Marie Hélène Marigny-Varennes