Aimer tout simplement

PM 293 logo « Je ne suis pas partie pour faire des choses extraordinaires mais à travers ces différents services de la vie quotidienne, le Seigneur m’a fait avancer un peu plus sur le chemin de l’amour ». (Présence Mariste n°293, octobre 2017)

Marine MICHALET
Marine MICHALET

Je m’appelle Marine MICHALET. J’ai 26 ans et je suis professeur des écoles. J’ai grandi dans une famille catholique, mais j’ai réellement rencontré le Christ durant mon adolescence. Depuis, je chemine à ses côtés et j’essaie de suivre l’enseignement de Jésus dans ma vie quotidienne.

À 4 ans, j’ai annoncé à mes parents que lorsque je serai grande, je partirais à l’étranger pour m’occuper des enfants. Désir qui ne m’a jamais quitté et qui est revenu plus fortement lorsque j’ai eu 24 ans. J’ai décidé de répondre à cet appel ancré en moi depuis longtemps. J’ai donc pris contact avec la communauté du Chemin Neuf.

Réaliser mon désir de rencontres

Après quelques mois de formation me voilà partie pour Manille, capitale des Philippines, avec un grand désir de rencontres et de service.

Sur place, je vivais dans un foyer d’étudiants. J’ai apprécié ce lieu où j’ai pu rencontrer beaucoup de jeunes Philippins. Ils m’ont partagé leur culture, leur langue, mais surtout leur joie de vivre. Les Philippins sont les champions du sourire !

Découvrir, comprendre et respecter une autre culture
Découvrir, comprendre et respecter une autre culture

Je passais la moitié de mon temps de service au foyer pour des travaux : rénovation, peinture, jardinage,… Étonnant de partir à l’autre bout du monde pour faire cela, non ? Pourtant cette mission m’a aidée à trouver un équilibre avec mes autres missions, souvent plus difficiles. Au foyer, j’accueillais aussi de temps en temps des adolescents vivant en situation précaire. Nous profitions de leur passage pour jouer ensemble, discuter autour d’un thème et partager un goûter. C’était à chaque fois un moment riche de rencontres et d’échanges.

Vivre avec, vivre ensemble

Le reste du temps, j’allais dans un orphelinat tenu par les Missionnaires de la Charité (les Sœurs de Mère Teresa). Au programme : nourrir et laver les enfants malades, faire la classe aux plus grands, mais surtout passer du temps avec eux, apprendre à vivre ensemble, et les aimer tout simplement, ici et maintenant.

Ce fut une mission difficile, car j’ai côtoyé la misère, la maladie, la souffrance, mais c’était une mission tellement belle, tellement remplie de joie et d’espérance. S’il y a vraiment une chose que je retiens, c’est que l’amour est la réponse à tout. J’aime beaucoup cette phrase de mère Teresa :
« On ne peut pas faire de grandes choses – rien que des petites avec un amour immense ».

Et c’est cela qui fait toute la différence !

Avoir un cœur universel
Passer du temps avec les enfants, apprendre à vivre ensemble !
Passer du temps avec les enfants, apprendre à vivre ensemble !

Je ne suis pas partie pour faire des choses extraordinaires mais à travers ces différents services de la vie quotidienne, le Seigneur m’a fait avancer un peu plus sur le chemin de l’amour. Il m’a également conduit dans la confiance et dans l’abandon. Découvrir, comprendre et respecter une autre culture n’est pas toujours évident mais tellement enrichissant.

À travers cette expérience, j’ai touché du doigt ce à quoi le Seigneur m’appelle : avoir un cœur universel, un cœur sans barrière ni frontière, un cœur pour aimer mon prochain.

Je termine avec une dernière citation :
« Nous sommes ici pour être témoin de l’amour et pour célébrer la vie, parce que la vie a été créée à l’image de Dieu. La vie c’est aimer et être aimé ».
Ste Mère Teresa.

Marine MICHALET
(Publié dans « Présence Mariste » n°293, octobre 2017)