Indes : Une leçon de courage …

Tamil Nadu, Indes : le témoignage de Johnson, 17 ans et séropositif. ( Publié dans « Présence Mariste » n°248, juillet 2006).

Selon la revue The Economist du 17-23 avril 2004, au moins 600 000 Indiens vivent avec le sida et plus de 4.500.000 sont séropositifs, c’est-à-dire infectés par le virus de la maladie. Ce nombre place l’Inde au 2e rang pour le nombre de gens infectés après l’Afrique du Sud.

Par contre, 0,9 % des adultes du pays sont séropositifs en comparaison avec 20 % en Afrique du Sud. Il suffit que le taux de l’Inde augmente d’un petit pourcentage pour que des millions de gens en plus soient condamnés à vivre avec le sida, ou plus précisément à en mourir.
Des millions de victimes apparaîtront aussi dans les pays voisins. Johnson a 17 ans et est séropositif. Il est actif dans le projet pastoral Rainbow (Arc-en-ciel), des Frères Maristes à Trichy, dans l’Etat de Tamil Nadu.
Voici son histoire.

Johnson et Frère Lazar, responsable du projet « Rainbow ».

Je m’appelle Johnson et j’appartiens à une famille catholique. Ma sœur aînée a 20 ans et a étudié jusqu’à l’âge de 12 ans. Nos parents sont morts du sida : notre mère il y a trois ans et notre père il y a deux ans.

Nous vivons tous les deux chez notre grand-père paternel âgé de 73 ans et notre grand-mère âgée de 55 ans. Nos parents du côté maternel ont coupé leurs relations avec nous, dès qu’ils ont appris que ma mère était séropositive.

Notre grand-père continue à travailler comme salarié occasionnel et notre grand-mère l’aide. Nos grands-parents s’occupent aussi du frère de mon père qui est handicapé.
Nous leur sommes reconnaissants de bien prendre soin de nous malgré leur âge avancé. Leur bon exemple nous fortifie. Ma sœur et moi n’avons pas pu poursuivre nos études parce que nous sommes pauvres.

J’ai hérité du sida de ma mère à ma naissance. Mon père était conducteur de camions et souvent absent de la maison durant des semaines lorsqu’il se rendait dans le nord-est de l’Inde. Il doit avoir attrapé cette horrible maladie avec des prostituées. Il l’a transmise à ma mère qui était une ménagère innocente et fidèle.

Je n’ai pas peur de dire aux gens que je suis séropositif et que je vis sans problème avec cette maladie depuis 17 ans.
On dit que les enfants malades ne dépassent pas l’âge de 6 ans, mais je suis la preuve vivante du contraire. En réalité, j’ai battu un record grâce à ma volonté et à mon optimisme, même si je connais bien les conséquences de la maladie.
A présent, j’ai des problèmes de vue mais je n’ai pas d’argent pour le traitement. Toutefois, je ne sens jamais que je vais mourir de cette maladie. J’espère même vivre encore de nombreuses années.

Quand j’ai une mauvaise journée, j’essaie de passer du temps avec mes copains. Ils me connaissent et savent au sujet de ma maladie. Ils m’acceptent et je peux facilement entrer en relation avec eux. Ma sœur et moi récitons ensemble le chapelet. Lorsque nous avons terminé, nous discutons parfois de notre situation avec nos grands-parents. Nous sommes heureux de prendre leur avis.

Je crois que vivre une vie satisfaisante est ce qui est le plus important une fois que nos besoins élémentaires sont assurés. Dans la vie, nous avons besoin d’objectifs et de travailler dur pour les atteindre.
Mon but serait d’aider mes grands-parents et ma sœur. Ils m’aident tellement ! Je voudrais que ma sœur fonde une famille heureuse. Puisque je suis séropositif, je voudrais consacrer ma vie à aider ceux qui souffrent du sida.

Je veux dire aux malades de ne pas céder à leurs préoccupations et de rester courageux. Bien des maladies sont curables et les gens disent que le sida le sera aussi un jour. Si on doit faire face au pire, on doit être prêt. D’ici ce moment, il faut continuer à suivre les avis des médecins.

Je rêve d’un monde sans maladie. Je ferais tout pour que tous les gens aient un emploi sauf les malades et les gens âgés. J’encouragerais les gens à pratiquer leur religion par conviction, mais non pas par aveuglement. J’éloignerais les choses qui divisent les gens : les castes, les croyances, le nationalisme, la politique et d’autres sujets de division.

Le projet pastoral Rainbow (Arc-en-ciel),
des Frères Maristes lui apporte son aide.

Le projet Rainbow m’a beaucoup aidé ainsi que d’autres jeunes. Nous aimons nos rencontres mensuelles. Les Frères et le personnel sont de vrais frères et de vraies sœurs pour nous. Ils sont faciles d’approche et toujours prêts à nous aider. Les Frères sont très simples et aimables. Ils nous traitent tous également et nous encouragent à respecter Dieu et à être de bons citoyens de notre pays. Leurs conseils et leurs encouragements nous aident beaucoup.

Les Frères nous disent qu’il y a beaucoup d’autres Frères et Laïcs qui nous assistent par leurs dons, leurs prières et leur soutien.
Je suis reconnaissant envers tous ceux qui nous aident directement ou indirectement, que nous les connaissions ou non.

S’il vous plait, veuillez prier pour moi, ma famille et nous tous du projet Rainbow.

Johnson, 17 ans

Paru dans « Présence Mariste » n°248, juillet 2006.