Champagnat, où es-tu ?

Nos projets réussissent parce que la terre a été bien labourée par ceux qui nous ont précédés, et c’est là que se trouve la présence mariste. (Présence Mariste N° 270, Janvier 2012)

[bleu]

Bernard ROUCHON a été directeur du Collège de Saint-Martin-en-Haut jusqu’à la dernière année scolaire et Muriel MORISSOT, adjointe pour la pastorale au collège Champagnat de l’Arbresle, deux établissements fondés par les Frères Maristes et actuellement sous tutelle diocésaine. Ils s’expriment pour nous sur leur attachement aux valeurs maristes inscrites dans ces établissements.

[rouge]Présence Mariste[/rouge] – Quelle est la place de l’héritage mariste dans vos deux collèges ?

Bernard Rouchon, au service des jeunes avant tout
Bernard Rouchon, au service des jeunes avant tout

Bernard – Il faut d’abord rappeler l’ordre des choses : ce n’est pas formellement l’héritage mariste qui nous guide dans nos projets. C’est notre désir de nous mettre au service des jeunes. Mais nos projets réussissent parce que la terre a été bien labourée par ceux qui nous ont précédés, et c’est là que se trouve la présence mariste.

Muriel – Les Frères maristes sont indirectement restés présents dans nos établissements. Un certain nombre de professeurs, partis depuis peu à la retraite, ont été très liés aux Frères. Ils sont toujours restés très fidèles aux valeurs et les ont bien transmises.

[rouge]Présence Mariste[/rouge] - Mais à quelles valeurs vous référez-vous ? Quelle différence entre un établissement d’héritage mariste, et un autre établissement catholique ?

B – L’accueil de la personne telle qu’elle est, dans sa réalité sociale et dans son rapport avec la culture ! Le jeune qui rencontre des difficultés, comme celui qui marche bien… L’accompagner dans sa recherche du savoir : l’école est le lieu de rencontre du jeune et de la connaissance. L’inspiration de Marcellin Champagnat était bien basée sur la lutte contre l’ignorance.

M – Et le caractère collectif de l’éducation : on n’éduque pas seul ; c’est un travail en équipe. Au niveau des enfants aussi : on ne grandit pas seul.

B - À la réflexion, tous les points du projet éducatif de Saint-Martin sont issus de ces fondamentaux : l’éducation à la gratuité, le lien avec le contexte social, l’attachement à la personne dans son lien avec les autres… J’étais très attaché à cette devise, qui vient peut-être du père Champagnat : « Éduquer d’un seul cœur ! »

M – Nos projets pastoraux, qui refusent le cloisonnement entre la pastorale et le reste de l’activité scolaire, sont directement liés à la tradition mariste : éduquer en enseignant et évangéliser en éduquant… Je me suis toujours trouvée au cœur de l’établissement : la salle des profs, la cour de récréation, les lieux de vie… dans la simplicité ! Voilà aussi un mot essentiellement mariste !

[rouge]Présence Mariste[/rouge] – Qu’attendez-vous des Frères maristes ? Voyez-vous des évolutions possibles vers plus de lien ?

Fidèle aux valeurs maristes, Muriel Morissot accompagne les plus démunis
Fidèle aux valeurs maristes, Muriel Morissot accompagne les plus démunis

M – Avec la Communauté éducative de L’Arbresle, nous avons déjà mis en place des « retraites spirituelles » à N. D. de l’Hermitage… Trois établissements sont pour le moment concernés : on aimerait bien les proposer à plus !

B – On avait aussi imaginé des « semaines au vert », pour des élèves de nos établissements qui auraient besoin d’un break pour se réconcilier avec l’école… Ça ne s’est pas concrétisé ! Il y a du pain sur la planche !

[rouge]Présence Mariste[/rouge] – Merci Bernard et Muriel. On perçoit bien dans vos mots votre constat optimiste et votre appel à plus de liens. Et au-delà de vos personnes, puisque ceux qui vous succèdent sont sur les mêmes longueurs d’onde. À votre tour de faire partie des « laboureurs qui ont bien préparé le terrain »… vous serez présents vous aussi à la récolte.


Propos recueillis par Michel DUCHAMP
(Publié dans Présence Mariste N° 270, Janvier 2012) [/bleu]