Vivre l’éducation dans l’esprit de saint Marcellin

Pour mieux comprendre la tutelle dans les établissements d’éducation maristes (Présence Mariste N° 273, octobre 2012)

À la suite de St Marcellin, les Frères Maristes ont fondé des écoles pour accomplir une tâche d’enseignement, d’éducation, d’évangélisation au service des jeunes, des familles. Aujourd’hui on parle des liens qui existent entre les Frères et les établissements : on parle alors de la Tutelle, c’est-à-dire de l’organisation et de la participation à l’inspiration mariste pour mieux vivre la mission.
Dans la Règle des Frères, nous lisons : « Nous partageons notre spiritualité, notre pédagogie avec les parents, les professeurs laïcs, les membres de la communauté éducative.
Le personnel non-enseignant, par ses services, collabore à notre tâche apostolique ».
(C. 88)

Une mission partagée…
En tant que Frères Maristes, nous voulons transmettre notre tradition, faire en sorte que nous arrivions à une compréhension de l’esprit du Fondateur et de la mission actuelle qui en résulte. Pour cela nous avons un TEXTE de référence, nous engageons les laïcs à se former, et il y a des lieux de ressourcement : Notre Dame de l’Hermitage…

Cette mission est partagée, face aux besoins des enfants, des plus pauvres. S’adapter pour évangéliser… Les jeunes sont confrontés à la question du sens, à l’éducation à l’intériorité ; volonté de donner toute son importance à la dimension spirituelle.

Vivre dans un esprit
Cet esprit est celui de Marcellin Champagnat, porté aujourd’hui encore par les Frères, les communautés éducatives, les laïcs maristes enracinés dans l’esprit mariste. Cet esprit, esprit de famille, est participation. Il invite à une conversion de nos mentalités respectives ; il fait accepter les différences ; il appelle à reconnaître nos diversités dans une ouverture enrichissante.

C’est un esprit d’intérêt, au sens où on s’intéresse aux membres de la famille qui font réseau ensemble et il fait sortir d’une vision restrictive. Il n’y a pas que moi qui œuvre à l’éducation, il y a tous les autres : parents, enseignants, personnels de service… L’esprit mariste est un esprit de solidarité, de communion : confiance réciproque dans le succès, dans les échecs ; partage, évaluation régulière de ce que nous vivons en réseau.

Un ensemble de personnes convaincues
Un ensemble de personnes convaincues

Une mission qui est une volonté
C’est une volonté de la part des Frères de continuer l’œuvre éducative de leur Fondateur. Dans le contexte actuel, les Frères ont besoin de laïcs forts, enracinés dans leur profession, leur vocation. Les laïcs ont besoin de religieux solides dans leurs paroles, leurs prières, leurs engagements… La vocation de chacun étant située dans la croissance.
Cela renvoie à une volonté de la part des laïcs de travailler en vérité, chacun croyant à l’actualité et à la force du charisme du fondateur en développant une conscience d’appartenance à un réseau. Nous vivons une situation de passage de relais aux laïcs, dans un partenariat ouvert, positif, et dans une volonté partagée d’agir ensemble, et en complémentarité.

Travail de toute une équipe !
Travail de toute une équipe !

S’ouvrir à l’espérance…
La mission d’éducation a toute son importance aujourd’hui, elle reste difficile. Il y a là une espérance qui nous habite, c’est-à-dire une espérance qui engage l’avenir. Comme l’a fait Marcellin Champagnat, c’est AVEC foi qu’il faut avancer. Frères AVEC les Laïcs, Laïcs AVEC les Frères : il faut ouvrir des chemins de communion à la même mission. Il y a un appel à la créativité ! Tout cela POUR le service des jeunes, de leurs familles, situés dans la mission qui est celle du Christ.

F. Maurice GOUTAGNY
(Paru dans Présence Mariste N° 273, octobre 2012)