Marlhes : Les convictions d’un enseignant en 2006

Christophe Lemonier est enseignant à Marlhes en 2006 dans l’école unique de Marlhes qui accueille 105 enfants. Ses convictions … (« Présence Mariste » n°249, octobre 2006)

Personne n’imaginerait aujourd’hui se passer de l’école. Pourtant, la dernière loi d’orientation date de 1989 ! Alors, désintérêt, manque de volonté politique, pédagogique ? Que doit apporter l’école aujourd’hui aux enfants, à la société ?

Je suis enseignant depuis six ans dans l’unique école de Marlhes. Nous accueillons environ 150 enfants.
L’équipe est composée de six enseignants titulaires, plus un maître AIS.
J’enseigne dans une classe de cycle 3 (CE2, CM1, CM2).

Travailler ensemble

Nous privilégions les temps d’échange, de confrontation, si riches en argumentation, en respect du point de vue de l’autre. Savoir écouter, savoir s’écouter, se justifier.
Je crois beaucoup à l’interaction, à la confrontation des points de vue, dans un souci majeur et constant : le respect de l’autre.
L’école doit apprendre aux enfants, futurs adultes, à débattre de manière constructive. L’élève doit apprendre à se dire :
« Ce que je dis, ce que je fais, ce n’est pas pour écraser l’autre, pour gagner, c’est pour amener ma pierre à ce que nous construisons ensemble. »

L’enseignant est là pour mettre en place et coordonner des situations d’apprentissage - les plus proches possible de la réalité des élèves - dans lesquelles ceux-ci vont cheminer petit à petit, chacun à son rythme, et dans cette optique de respect des autres.

L’élève : un futur adulte dans une société qui bouge

L’école doit préparer l’enfant à sa vie de "grand", en l’accompagnant sur la route qui le mènera à intégrer la société. Dès la maternelle, l’enfant doit savoir prendre sa place dans un groupe, en respectant les règles du "vivre ensemble" : respecter les pairs, le code, les adultes, leur autorité. L’école primaire est là pour ancrer ces apprentissages. Elle est là aussi pour permettre à l’enfant de développer des stratégies, des attitudes de travail (utilisation d’outils, démarche d’apprentissage, argumentation, justification, mémorisation…), qui lui serviront pour le reste de sa scolarité, évidemment, mais aussi et surtout dans sa vie d’adulte.

Ecole de Marlhes, classe de cycle 3 en 2006

La société évolue, l’école doit suivre : environnement, technologies, échanges internationaux…
Nous ne pouvons plus penser l’enseignement aujourd’hui comme celui d’il y a 20 ou 30 ans ! La réalité est tout autre. L’enfant doit s’ouvrir sur le monde, rencontrer les autres. Les réalités économiques ne sont plus les mêmes non plus. L’école prépare les jeunes à les affronter, en leur permettant de débattre, justifier, synthétiser, confronter…

Enseignants, mutualisons !

Nous ne sommes pas seuls, chacun dans sa classe. Echangeons, travaillons ensemble. Au sein de l’équipe pédagogique, d’abord, mais aussi avec les autres collègues.
Ouvrons nos classes afin d’échanger avec les autres enseignants d’autres écoles. Partageons nos expériences, construisons à plusieurs. Sans oublier d’intégrer tous ceux qui sont partie prenante dans l’éducation des enfants, qu’ils soient parents ou intervenants autres (orthophoniste, orthoptiste, psychologue…).

C’est dans ces conditions, je crois, que les jeunes seront le mieux parés à entrer au sein de la société, au seuil de leur vie adulte.

Christophe LEMONNIER

(Publié dans « Présence Mariste » n°249, octobre 2006)