« Les arts, témoins de l’histoire »

Un spectacle réalisé à St Joseph « Les Maristes », de Marseille, en mai 2003. ( « Présence Mariste » n°238, janvier 2004)

Ce spectacle a été réalisé à St Joseph Les Maristes, de Marseille, en mai 2003. Il a rassemblé environ 800 spectateurs, en trois soirées. Voici la présentation de cette réalisation par M. René Serres, professeur d’EPS, initiateur et artisan principal de ce projet, et les témoignages de collègues.

Cette réalisation a été rendue possible grâce à la collaboration de plusieurs collègues et au soutien total du Chef d’établissement.

"De l’élève créatif à l’élève créateur" : voilà ce qui m’a guidé. L’élève au centre du projet, acteur de son projet, concepteur de son rôle et responsable de ses choix, de son travail, de ses acquisitions, de ses créations, de son interprétation, de sa réussite. Mais aussi démarche collective : faire se rencontrer des élèves de 6e à la Terminale, dans une démarche de création autour d’un projet commun.
Au total, 60 élèves acteurs sur scène et 25 pour l’organisation et l’encadrement.

Ce fut un travail de longue haleine. La préparation s’est faite en plusieurs étapes tout au long de l’année scolaire.

Tout d’abord, choix d’un thème.

Ceux qui ont été retenus : la Grèce antique, le christianisme, le moyen âge et la peste, l’esclavage, la guerre (la Shoa, Hiroshima) ; le sida, les femmes dans le monde, les femmes afghanes ; la révolution des étudiants chinois, le racisme, la violence dans les cités.

Dans une démarche de création, chacun a déterminé le sens qu’il souhaitait donner à « son » œuvre, en devenant compositeur, écrivain, poète ou chorégraphe.

La première partie de la soirée, intitulée « la trace », invitait les spectateurs à déambuler en divers lieux de l’établissement, conçus un peu comme des ateliers, avec exposition d’écrits personnels, de textes littéraires choisis, de photos, de documents historiques relatifs aux différents thèmes retenus.

Temps d’apprivoisement entre les « acteurs » et les visiteurs.

Ensuite un spectacle de 1 h 45, mettant en scène successivement des chanteurs, des danseurs, des grimpeurs-danseurs sur parois verticales, des conteurs et acteurs de théâtre, des musiciens, des artistes peintres, des gymnastes. Tout cela, au moyen d’une scène de 60 m2 cour, et d’un matériel son et lumière professionnel.

Ce fut une aventure extrêmement enrichissante pour les adultes comme pour les élèves.

René SERRES


(Publié dans « Présence Mariste » n°238, janvier 2004)