Quand les collégiens font leur cirque…

Une troupe « le papillon Circus » au sein du collège de l’institution Champagnat d’Issenheim

Après avoir participé à un stage national sur l’enseignement des arts du cirque en milieu scolaire en novembre 1995, Michel MINERY, professeur d’E.P.S., propose d’intégrer cette activité dans la programmation annuelle de l’éducation physique et de la proposer dans le cadre de l’UNSS au Collège qui verra la création d’une troupe baptisée « le Papillon Circus ».

L’OPTION « ARTS DU CIRQUE »

À la rentrée 2001-2002, à l’initiative du Frère Michel Binauld, directeur de l’Institution Champagnat, deux classes de 6e APAC (à projet artistique et culturel) sont crées. Les élèves volontaires bénéficient d’un horaire de six heures d’E.P.S. par semaine dont deux heures spécifiques aux arts du Cirque.
À la rentrée 2002-2003, le Collège comprendra deux classes de 5e à option artistique avec un horaire hebdomadaire de 4 heures d’E.P.S. ainsi qu’une classe de 6e.
À la rentrée suivante, l’option arts du cirque concernera une classe de 4e, une classe de 5e et une classe de 6e.
En 2004-2005, après avoir analysé les trois années d’existence, il est décidé de proposer l’option à tous les élèves du Collège.
Elle est dispensée de 17 h à 18 h le lundi pour les classes de 6e, le mardi pour les 5es et le jeudi pour les 4es et 3es.
Depuis, une centaine d’élèves sont inscrits à chaque rentrée scolaire.

La 1re troupe du Papillon Circus en 1996
La 1re troupe du Papillon Circus en 1996


Le développement de la créativité, du sens esthétique, de l’imagination, mais aussi l’expression gestuelle, l’entraide, la solidarité, la gestion du risque et de la sécurité constituent les principaux objectifs de la discipline. La sensibilisation au spectacle vivant, le développement du sens critique, le jeu d’acteur seront d’autres points forts de cet enseignement.

En juin 2004, nous avons accueilli la compagnie « Si Peu Cirque » en résidence durant trois semaines. Un chapiteau de quatre cent places a été érigé dans l’enceinte de l’Institution et les artistes ont proposé des ateliers de découverte et d’initiation aux collégiens. Tous les élèves de l’Établissement ont assisté au spectacle créé à l’occasion de cette résidence. Un moment d’échanges et d’émotions inoubliable.

Grâce à la dotation financière des classes APAC, des subventions de l’Établissement, de l’APEL, l’investissement matériel va permettre la pratique des différentes disciplines dans des conditions très satisfaisantes. Nous disposons actuellement de deux trapèzes, deux tissus aériens, une quinzaine de monocycles, trois girafes (monocycles de 2 m de haut), 3 paires d’échasses, un fil autonome, une boule d’équilibre et tout le matériel de jonglage (anneaux, balles, foulards, massues, diabolos).
Durant les séances, les élèves pratiquent les disciplines de leur choix, aident et conseillent leurs camarades, respectent le travail de l’autre, assurent la sécurité.

LE PAPILLON CIRCUS

Un grand nombre de ces élèves fait partie de la troupe du Papillon Circus qui intervient dans différentes manifestations et animations locales : fête de la musique, de comité d’entreprise, inaugurations, Téléthon, carnaval, etc. Associés aux collégiens de l’Institution Saint jean de Colmar, ils ont présenté trois comédies musicales mettant leurs compétences au service du récit.
Acteurs du festival du CIRKOMARKSTEIN en 2005, 2006 et 2007 les élèves ont proposé des ateliers d’initiation à l’équilibre et la jonglerie dans un cadre naturel à plus de mille mètres d’altitude. J’en profite pour rendre hommage à tous ces élèves volontaires qui prennent sur leur temps, souvent les week-ends, pour proposer des animations ou présenter leurs talents.

Démonstration au tissu aérien en 2009
Démonstration au tissu aérien en 2009

Les nombreux témoignages d’anciens « papillons » soulignent la richesse des échanges dans la rencontre de l’autre, la fierté d’avoir su se dépasser, l’éclosion d’un talent personnel révélé grâce à la pratique des arts du Cirque.
La valorisation et la reconnaissance de tous les talents de l’enfant l’aideront à s’épanouir davantage encore et s’inscrivent naturellement dans notre rôle d’éducateur.

Michel MINERY
(publié dans Présence Mariste N° 263, avril 2010)


Et le clown sauta si haut si haut
Qu’il creva le plafond de toile
Au son du cor et du tambour
Et, le cœur dévoré d’amour
Alla rouler dans les étoiles.

Portrait de l’artiste en saltimbanque
Jean Starobinski, Genève Skira 1970