Eclats de vie

Projet mini-entreprise : La rencontre de deux univers !

PM 289 logo du numéro Donner aux jeunes l’envie d’entreprendre et une meilleure connaissance de l’entreprise. A Notre Dame des Victoires à Saint-Pourçain, deux enseignants ainsi qu’un éducateur ont pris en charge ce projet avec un investissement extraordinaire. (Présence Mariste n°289, oct. 2016)

Monghal Julien
Monghal Julien

Entreprendre pour apprendre (EPA) est une association portée par les Chambres de Commerce et d’Industrie en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale. L’objectif est de donner l’envie d’entreprendre aux jeunes et une meilleure connaissance de l’entreprise.

Pour Notre Dame des Victoires, deux enseignants ainsi que notre éducateur ont pris en charge ce projet avec un investissement extraordinaire. Ils ont commencé par rechercher le parrain de la structure que nos élèves de 3e allaient créer.

Les jeunes doivent découvrir que les compétences de tous sont nécessaires pour pouvoir travailler ensemble. En effet, toutes les entreprises ont besoin de créatifs, d’administratifs, de gestionnaires, de développeurs, de communicants, de productifs, de commerciaux. Autant de services qui permettent à tous nos jeunes de réaliser la nécessité du travail en commun.

Le parrain doit être un chef d’entreprise ou un cadre dirigeant. Pour l’année 2015-2016, Mme Thévenet co-gérante de l’entreprise de transport Thévenet (logistique, transport routier) a accompagné nos jeunes.

Voici son témoignage :

Journal d’une marraine de junior entreprise

Ce n’est pas sans appréhension que la marraine se rend à la première réunion :

  • Quel sera l’accueil des enfants ?
  • Comment sont-ils encadrés ?
  • Quelle sera leur motivation ?

Le premier sentiment qui transparait est que nous sommes dans deux mondes tellement différents : l’Éducation Nationale d’un côté, l’entreprise de l’autre… la vision de l’entreprise par l’Éducation Nationale reste souvent trop succincte mais finalement cette idée de mini entreprise permet de nous rejoindre et j’ai trouvé assez vite ma place !

Les compétences de tous sont nécessaires pour pouvoir travailler ensemble
Les compétences de tous sont nécessaires pour pouvoir travailler ensemble

Rappeler aux jeunes comment marche une entreprise, qu’il ne s’agit pas seulement de « produire » mais qu’il faut s’organiser pour le faire, et qu’il ne suffit pas d’avoir un produit sur le marché, il faut s’organiser pour le vendre, trouver l’argumentaire, oser affronter les têtes inconnues pour aller le présenter, etc. Il faut aussi que chacun trouve sa place dans cette mini-entreprise…

Tout ce que nous faisons au quotidien dans une PME de 150 personnes se transpose comme par enchantement dans un projet de junior entreprise …

La plus grande satisfaction est de voir tous ces jeunes élèves, au début perdus, pas tous motivés, se prendre au jeu pour la plupart ! Et puis les idées fusent, souvent et c’est normal, sans aller jusqu’au bout de la réflexion car c’est la rencontre de l’insouciance d’un côté et de l’autre peut être d’une trop grande « volonté d’exigence » liée à l’expérience !

Finalement le sentiment de « contrainte » laisse place à un vrai plaisir d’accompagnement de cette équipe cosmopolite et enthousiaste !

Sylvie Thévenet

À l’image de l’engagement des adultes dans ce projet, les jeunes se sont impliqués pleinement ensemble. Ce projet a permis d’établir un climat et une ambiance de travail remarquables où les valeurs de respect, de solidarité et de travail étaient bien présentes.

Ubuntu :

Si tu veux aller vite, vas-y seul ! Si tu veux aller loin, allons-y ensemble !

Julien Monghal, chef d’établissement
(Publié dans « Présence Mariste » n°289, oct 2016)