Silence, on tourne !

Une initiation à la réalisation d’un film (« Présence Mariste » N° 258, Janvier 2009)

Les élèves de 4e du collège Raoul Follereau à Chazelles-sur-Lyon (42) ont réalisé en 2007-2008, dans le cadre des IDD, un court métrage intitulé « Les yeux rouge sang » pour lequel ils ont créé de toute pièce un scénario et une musique originale.
Tous les acteurs, caméramans et technicien, étaient des élèves de ce niveau. Puis le film a été monté par d’autres élèves sur ordinateur, après que la musique ait été composée, jouée et enregistrée, toujours par des élèves.

Genèse du projet

Le point de départ a été une nouvelle fantastique écrite dans le cadre du cours de Français et sélectionnée parmi toutes celles écrites par les élèves du niveau 4e, à la fois pour sa qualité et son adaptabilité au cinéma : nombres de personnages, décors, effets spéciaux…
Puis les élèves se sont répartis en 4 groupes ayant chacun une tâche bien définie.

Les « équipes techniques » en action
Les « équipes techniques » en action

Dans l’équipe « scénario »

Les élèves commencèrent par procéder au découpage technique qui consistait à séparer les différentes parties de l’histoire, en créant pour cela des séquences distinctes, constituées elles-mêmes de plans permettant de rendre compte de tous les points de vue.
Un élève, chargé de dessiner le story-board, permettait de commencer à entrevoir à quoi ressemblerait le film.
Une fois le scénario et les dialogues établis, les élèves du groupe choisirent parmi eux les acteurs qui allaient donner vie à cette histoire. Ils durent, pour cela, rajouter de petits rôles ou des figurants pour que chacun puisse participer.

Moteur !… Action !

Dans le groupe « caméra », seulement 3 élèves sur 20 ont réellement filmé les scènes. Et pourtant, personne n’a chômé, comme l’indique la liste des rôles joués par ce groupe : réalisateur, assistant réalisateur, assistants caméraman, clapman, maquilleuse, coiffeuse, habilleuse, script, photographe de plateau, éclairagistes, décoratrices, accessoiristes…

Ce que les élèves de ce groupe ont retenu, ainsi que les acteurs, c’est qu’au cinéma « on attend tout le temps », car, bien évidemment, tout le monde ne travaille pas en même temps sur un plateau !

Le miracle de l’informatique

Des salles informatiques du collège se transformaient, l’espace de 2 heures tous les 15 jours, en un véritable studio de montage vidéo.
À l’aide d’un logiciel très simple d’utilisation, les élèves « monteurs » de ce groupe, tous experts dans le maniement de la souris, ont découvert la tâche ardue mais non moins intéressante du montage vidéo.
Pour cela, ils disposaient des vidéos brutes tournées par leurs collègues : les rushes. Grâce au script indiquant les scènes à garder, ils purent supprimer tout ce qui devait l’être, et faire un choix entre différents plans, pour donner du rythme au film.

Musique maestro !

Un bon film n’est rien sans une bonne musique de film. Ce fut le cas ici puisque non seulement les élèves du groupe « Musique » ont composé eux-mêmes les thèmes musicaux du film, mais ils ont également permis de donner un réel relief au film.
Pour preuve : pendant la projection publique du film, à ranger, rappelons-le, dans la catégorie « fantastique », la poupée machiavélique de l’histoire a réellement fait peur aux petits enfants présents, certains quittant la salle, tant la musique rendait les scènes réelles !

Le tournage avec actrices et acteurs « en herbe »
Le tournage avec actrices et acteurs « en herbe »

Si c’était à refaire…

Les élèves se sont rendus dans le cadre de ce travail à l’Institut Lumière à Lyon, ainsi qu’au Futuroscope de Poitiers où ils ont eu la chance de visiter une régie : le lieu d’où est projeté le film. Par ailleurs, la chaîne locale TL7 leur a aussi consacré un petit reportage bien ficelé, et une projection publique a eu lieu dans la salle de cinéma de Chazelles-sur-Lyon, sur un véritable grand écran !
Hélas, cette belle initiative n’a pas survécu aux réductions d’horaires de l’Éducation Nationale. Elle restera à jamais un beau mais fugace souvenir…

Olivier RIBEYRON
(paru dans Présence Mariste N° 258, Janvier 2009)