La leçon d’allemand au supermarché

Le Bilinguisme à l’Institution Champagnat d’Issenheim, illustration concrète. (« Présence Mariste » n°241, octobre 2004)

L’Institution Champagnat, implantée au cœur de l’Alsace, se caractérise entre autres par l’instauration des classes bilingues.

Le premier CP bilingue fut ouvert en septembre 1991, financé par le Conseil Général du Haut-Rhin et le Conseil Régional d’Alsace. La « première promotion » a quitté le collège fin juin 2000 et a passé en juin 2003 le double BACCALAUREAT français et allemand.

Comment cela se passe concrètement ?

Le principe est simple : durant tout le cycle primaire, les élèves inscrits librement dans ces classes reçoivent un enseignement en allemand dispensé par des instituteurs, certains de nationalité allemande, dans toutes les matières du programme : lecture, écriture, calcul, disciplines d’éveil, sans préjudice pour le français enseigné comme dans les autres classes.

Au niveau du collège, il en va de même. L’enseignement, selon la matière, se fait en français ou en allemand de façon à garder la parité horaire entre les deux langues. L’objectif est de préparer des jeunes à être parfaitement bilingues, de leur permettre de passer des diplômes spécifiquement allemands et de trouver un emploi à leur goût, aussi bien en Allemagne qu’en Suisse ou en France.

Un autre avantage :
favoriser les échanges interscolaires

Depuis 5 ans, un échange linguistique s’opère entre les classes bilingues du collège Champagnat et les élèves scolarisés à Salzmann Schule de Schnepfenthal, en Thuringe (ex R.D.A.), par un séjour d’une semaine dans chacun des pays.

Ainsi se réalise peu à peu, mais concrètement, l’ambitieux projet d’une Europe sans frontières qui commence par les relations entre les jeunes, et donc par l’Ecole.

Frère Michel BINAULD

Illustration concrète :
la leçon d’allemand au supermarché

un projet d’étude de la langue allemande, Stefan Zeuner, leur professeur, avait bien préparé ses élèves de CM2 à leur sortie au supermarché de Breisach am Rhein, en février dernier. Ils ont étudié au préalable la publicité et regardé des vidéos relatives au monde du supermarché.

Pour Stefan Zeuner, c’était la quatrième édition de l’événement. Frank Bernd, le gérant du "Neukauf, était ravi d’accueillir ces petits Français et de les guider à travers les différents postes à visiter.

Cinq groupes, cinq services…

Chacun des 5 groupes dans lesquels les enfants étaient répartis s’est dirigé vers un service différent. A la boucherie, préparation de brochettes et de cordons bleus ; à la boulangerie, des bretzels. A la caisse, ils ont encaissé les marchandises sélectionnées par un autre groupe pour composer un petit déjeuner équilibré.

Au bureau, ils ont appris à imprimer les étiquettes des marchandises exposées en rayons et le fonctionnement de la télésurveillance sécurité.

D’après Frank Bernd, ce qui les a le plus intéressés, ce fut la consigne des bouteilles vides, un service automatique qui n’existe pas encore en France.

Un accueil chaleureux

Pour le déjeuner, le gérant a offert à tous ses visiteurs français une bonne collation. La conseillère en alimentation a contrôlé les chariots des petits clients et leur a expliqué les bons et les mauvais achats pour le petit déjeuner. Avant de quitter le supermarché, les enfants ont pu poser toutes sortes de questions au personnel.

Pas de difficultés linguistiques particulières pour ces enfants qui suivent des cours bilingues depuis le CP à l’école Champagnat !

(Publié dans « Présence Mariste » n°241, octobre 2004)