Le collège des Frères des Ecoles chrétiennes à Jérusalem

La remarquable implantation d’un collège chrétien à Jérusalem

[bleu]

Sept Portes permettent de franchir les remparts qui entourent la vieille ville de Jérusalem. Si l’on choisit la Porte Neuve – qui n’a de neuf que le nom – l’attention est tout de suite attirée, sur la droite, par une inscription en français : Collège des Frères.

Longeant le dédale des ruelles étroites, dont l’une est la Rue des Frères, le collège des Frères des Écoles chrétiennes surprend par ses bâtiments vastes et imposants. Nous en avons franchi le seuil. Frère Daoud et Frère Albert, l’un et l’autre Palestiniens, originaires de Bethléem et de Jérusalem, nous ont accueilli chaleureusement et ont pris le temps de répondre à toutes nos questions et de satisfaire notre curiosité.

Depuis 135 ans

Le collège se situe à l’angle nord-est du rempart. Il a été fondé en 1876 par des Frères venus d’Egypte. Il prit rapidement de l’extension. Aujourd’hui, il se développe sur deux sites : celui de la vieille ville et celui de Beit Hanina, dans le faubourg nord de la ville de Jérusalem. L’ensemble compte à ce jour 1 390 élèves, Palestiniens chrétiens et musulmans, du jardin d’enfants à la terminale, et 90 enseignants, aidés dans leur mission éducative par 35 auxiliaires. Dans ses 135 ans d’existence, 146 Frères, de 16 nationalités différentes, y ont enseigné, sous la direction, successivement, de 19 Frères. Depuis 2000, l’établissement est progressivement devenu mixte et depuis 2005, la direction est confiée à un Laïc.

Formation de toute la personne

La mission que se fixent Frères et Laïcs est de donner à leurs élèves une solide formation scientifique, culturelle, humaine et spirituelle. On cherche à développer de fortes personnalités, les valeurs démocratiques, l’esprit de tolérance, la solidarité. L’accent est mis sur l’enseignement des mathématiques et des sciences. Mais on étudie aussi les langues : arabe, hébreu, anglais, français. Les activités culturelles occupent une grande place : musique, arts plastiques, cinéma, théâtre, danse et, bien évidemment, le sport.

Vue sur la cour de l'école
Vue sur la cour de l’école


Le collège organise des voyages scolaires, des camps de vacances en été. Autant dire qu’il n’a rien à envier à nos collèges européens. C’est un enseignement qui se veut résolument ancré dans la modernité pour favoriser en chacun le développement de ses meilleures capacités et compétences pour s’épanouir pleinement dans la vie.

Identité chrétienne marquée et respect de tous

L’enseignement religieux est assuré pour les élèves chrétiens comme pour les élèves musulmans, dans le respect des croyances de chacun. C’est ainsi que la classe est interrompue dans l’établissement le vendredi, jour de prière des Musulmans, et le dimanche, jour de prière des Chrétiens. Entre les deux, le samedi, on reprend le chemin du collège. Mais l’établissement affiche clairement son caractère propre : dans toutes les classes et lieux de vie scolaire on voit des crucifix et des portraits de Jean-Baptiste de la Salle.

Magnifique témoignage de confiance en l’avenir et d’espérance

Frère Daoud, Palestinien, membre de la communauté de l'école de la Salle
Frère Daoud, Palestinien, membre de la communauté de l’école de la Salle

Dans cette vieille ville de Jérusalem aux ruelles étroites, aux constructions qui s’entassent les unes sur les autres, aux souks grouillants de monde dans un va-et-vient permanent, le Collège des Frères est surprenant par son dynamisme et sa modernité. Quel magnifique témoignage de confiance en l’avenir et d’espérance.

Bernard FAURIE
Paru dans Présence Mariste N° 267, Avril 2011[/bleu]

Vos témoignages

  • 30 janvier 2012 09:37

    J’ai reçu un message de frère Albert qui se dit agressé alors qu’il est en mission au Mali…Il demande qu’on lui envoie de l,argent… la personne ( soi disant fr Albert ) m’a écrit de votre e-mail. Je suis le Père Jean-marie du Togo qui avait logé avec vous pour un cours d’archéologie il y a un an et demie.