Ouverture

Un havre de paix au cœur d’Alep martyrisée

PM 283 logo descript La guerre civile continue en Syrie. Voilà quelques nouveaux flashes transmis par F. Georges SABÉ qui a été interviewé récemment par Radio-Vatican. (Publié dans Présence Mariste n°283, avril 2015)

Présents dans 80 pays dans le monde, les Frères maristes sont parfois dans des zones de conflits. C’est tout à fait la situation vécue par la communauté d’Alep. « Présence mariste », dans son numéro 280, paru en juillet 2014, a déjà donné la parole au F. Georges SABÉ. La guerre civile continue à augmenter le nombre de morts. Maintenant, l’organisation Daech qui tyrannise l’est de la Syrie et s’étend aussi en Irak, apporte un nouveau motif d’inquiétude et de terreur. Voilà quelques nouveaux flashes transmis par F. Georges SABÉ qui a été interviewé récemment par Radio-Vatican.
F. Georges Sabé
F. Georges Sabé

Comment vit-on à Alep aujourd’hui ?

La ville reste divisée en deux parties. On ne peut pas passer d’une partie à l’autre. Il faut faire un long trajet. Un trajet qui durait cinq ou dix minutes peut maintenant mettre onze ou douze heures parce qu’on passe d’une région à une autre : une région qui est sous le gouvernement et l’autre avec les éléments armés. Il y a des combats à l’extérieur de la ville et il y a des bombes qui tombent à l’intérieur dans certains quartiers.
Avant-hier, il y a eu une bombe dans un quartier chrétien, qui est en train de se vider. Les gens ont fui ce quartier parce qu’il est la cible de plusieurs bombes et plusieurs mortiers qui tombent.
Il y a une lassitude chez les gens. Après trois ans de guerre, les gens ne savent plus comment cela va aboutir ; quand et comment cela va se terminer. En plus de la peur, les gens sont fatigués. Vingt-trois heures sur vingt-quatre, nous n’avons pas de courant électrique. Nous avons passé la semaine passée sans internet. Grâce à Dieu, l’eau est revenue ! C’est un élément positif.

Face à cette situation, beaucoup d’habitants d’Alep choisissent l’exode ?

Malheureusement beaucoup de familles et beaucoup de jeunes quittent presque quotidiennement la ville. Il y a une vraie hémorragie qu’on ne peut pas et qu’on ne réussit pas à arrêter. Cette hémorragie vient aussi de la lassitude des gens puisque les horizons ne sont pas clairs. On ne sait pas où cela va aboutir. Les gens préfèrent partir dans les pays limitrophes, dans la mesure où ils acceptent de les recevoir. Le Liban pose actuellement beaucoup de difficultés pour l’entrée des Syriens, la Jordanie aussi. Il y a des jeunes qui essayent de fuir par des moyens qui ne sont pas très légaux vers la Turquie, la Grèce et les pays de l’Europe. En tout cas, chacun fait de son mieux pour partir. Il y a des immeubles entiers qui se sont vidés. Les gens partent et c’est le plus difficile.

Les Maristes bleus collaborent avec l'organisme des Nations Unies pour les réfugiés
Les Maristes bleus collaborent avec l’organisme des Nations Unies pour les réfugiés

Malgré la guerre, est-ce qu’il y a pas quelques motifs d’espoir ?

Malgré tout cela, je peux vous confirmer qu’il y a beaucoup de signes positifs, de signes normaux d’une vie quotidienne ; les écoles fonctionnent, l’université aussi. Il y a actuellement beaucoup de fruits et de légumes, de denrées alimentaires qui arrivent. L’aide internationale est ralentie et elle est orientée vers d’autres points chauds du globe. Nous passons dans un moment où la Syrie n’est pas en première ligne d’importance et d’intérêt, ni pour les médias mondiaux, ni pour la politique générale.
Nous sommes fatigués. Non pas parce que nous avons peur ou parce que nous sommes menacés. Nous avons résisté pendant trois ans. Nous voudrions résister encore mais à condition d’avoir un horizon un peu plus ouvert qui nous conduise à reprendre la paix. Ce n’est pas par les armes que la solution va se résoudre. Malheureusement, les armes causent beaucoup de blessures dans les familles, chez les gens. Presque chaque semaine, nous avons un enterrement d’une personne qui nous est chère et qui est morte, que ça soit dans les combats ou dans des bombardements d’un côté ou de l’autre.

Est-ce qu’à Alep, il y a aussi la menace de l’État islamique ?

C’est une de nos préoccupations. L’État islamique est aux portes d’Alep. Pour le moment, ils ne bougent pas, ils n’avancent pas. Ils ne sont pas très loin de la ville. La partie de la ville qui est sous contrôle du gouvernement n’est pas menacée directement pour le moment. Mais dans nos têtes, cette menace existe. Il y a une peur intérieure qui fait que tous, nous nous posons la question. Vaut-il mieux partir maintenant ou bien attendre que des événements dramatiques arrivent, nous obligeant à partir, comme ce qui s’est passé à Mossoul ?

D’après une interview de F. Georges Sabé
(Publié dans « Présence Mariste » n°283, avril 2015)