Jeunes en solidarité avec le Sénégal

En 1988, sur invitation de Sœur Fournel, originaire de Tarare, dans le Rhône et résidant dans la communauté des Sœurs de Fatick (Sénégal), une équipe de jeunes du Lycée Notre-Dame de Bel Air, quittait Tarare pour une action humanitaire.

L’aventure continue

Un chantier …

2012 : l’aventure est toujours d’actualité et pour la 24e fois. Un groupe de 15 jeunes de Tarare et des villages voisins est reparti durant les vacances de Pâques en terre africaine pour réaliser trois projets.

Le premier projet a permis aux habitants de Ndack d’avoir une classe de brousse.

Le deuxième projet a été la construction d’une salle de classe au collège St Jean Baptiste de Loul Sessène, collège de la « deuxième chance ».

Enfin, dans le troisième projet, les jeunes ont creusé une tranchée de 200 m pour réaliser une adduction d’eau (quelle joie pour tous de voir l’eau couler !).

Un grand merci à tous ceux qui ont contribué à ces réalisations : la Province de France des Frères Maristes, les écoles de Tarare, Megève, Pélussin, Chamonix (opérations bol de riz, vente de calendriers Champagnat), des entreprises de la région de Tarare…

Ni bras croisés, ni mains vides

Les jeunes ont fabriqué des briques, préparé des coffrages, brassé du mortier, manié la pelle et la pioche… La participation physique aux travaux permet de porter un autre regard sur les situations… N’étant pas venus les mains vides, ils ont pu distribuer, dans une dizaine de villages traversés, fournitures scolaires, vêtements, médicaments ? Le séjour devait permettre de rencontrer la population : visite de Dakar, ville surpeuplée…

Qui demande beaucoup de main d'oeuvre !

L’île de Gorée, mémoire de la traite négrière, une journée d’intégration au collège de Loul Sessène, séance de lutte à mains nues, danses sur la place du village au rythme des tam-tams, deux nuits en village de brousse, repas partagés autour du bol (grand saladier) : les jeunes se sont aperçus que l’on pouvait être heureux avec peu de choses.

On n’en revient pas indemne

Quelques réactions au retour, tout en regardant les photos…

« Nous avons été très bien accueillis par les Sœurs et, lorsque nous sommes arrivés, les enfants du village se sont rassemblés tout autour de nous : cela nous a fait chaud au cœur. Cela a été une expérience très enrichissante ».

« On s’aperçoit que l’on peut vivre très sobrement, sans être victime du progrès technique ».

Le groupe à Ndack

« Lors de ce séjour, certains ont réellement pris conscience de ce qu’est la vie en groupe ».

Les lycéens avouent : "avoir mis plusieurs jours pour se réhabituer à la vie plus, voire trop, stressante de la France !"

D’autres jeunes sont prêts à tenter la même aventure pour 2013 !
Ils n’en sortiront pas indemnes !

F. Michel VIRICEL

(Publié dans « Présence Mariste » n°273, octobre 2012)