La « Maison de l’enfant » de Tires, Portugal

Logo 182 Une maison d’accueil à proximité de la prison accueille des enfants envoyés par le Tribunal de l’Enfance. Ce projet est soutenu par la communauté des Frères de Carcavelos et la Fraternité (Présence Mariste n°282, janvier 2015)

La « Maison de l’Enfant » à Tires, près de Lisbonne, est un centre d’accueil temporaire, pour une douzaine d’enfants de 3 à 10 ans. Elle a été créée en 2001 pour les enfants de femmes détenues à la prison de Tires, et pour des enfants, donc la tutelle a été retirée aux familles en attente d’une décision du tribunal. J’ai apporté mon soutien à cette œuvre pendant trois ans.
F Jack Gonzalez
F Jack Gonzalez

Une histoire d’engagement et de solidarité

C’est le F. Carneiro qui, en 2001, a commencé à accueillir les premiers enfants dans la Maison de Tires à proximité de la prison. Le projet est le résultat d’un accord entre le Gouvernement, la municipalité de Cascais et la Fondation Champagnat au Portugal. Cela a demandé deux ans de négociations et il a fallu restaurer l’ancien bâtiment des gardes de la prison de Tires. Les Frères et les volontaires de la Fondation Champagnat ainsi que des enseignants de l’école mariste de Carcavelos ont travaillé dur pour finaliser l’aménagement du centre.

Carla
Carla

La maison a eu alors 12 places disponibles, mais elles étaient insuffisantes car en 2005, le centre a commencé à accueillir des enfants envoyés par le Tribunal de l’Enfance et, pendant quelques semaines, il a fallu mettre des matelas sur le sol pour loger tout le monde. La situation varie en fonction de la population à la prison. Entre 2001 et 2014, 90 enfants ont été accueillis, formés et accompagnés. La plupart ont pu retourner dans leur famille ; d’autres ont été adoptés et quelques-uns sont allés dans d’autres centres d’accueil.

Une grande famille qui demande affection et travail

Depuis 6 ans, Carla, directrice, est chargée de coordonner et d’encourager une équipe de personnel technique et des volontaires que, jour et nuit, 365 jours par année, accompagnant la vie et la croissance de ces enfants. Au-delà de l’entretien matériel du bâtiment, il faut trouver des écoles pour chaque groupe d’âge, fournir des loisirs adaptés, offrir un accompagnement individualisé et un soutien psychologique aux enfants et aussi aux familles. L’accueil pendant les vacances et les fins de semaine exige beaucoup de créativité, de coordination, d’énergie et d’amour.

Frère Jack et des enfants
Frère Jack et des enfants

On organise une collecte de fonds pour compléter les subventions de la Sécurité sociale, avec une journée portes ouvertes et une vente d’objets et de nourriture. La préoccupation constante et de soutenir les personnes et les institutions qui font une animation de loisirs (art, musique, sports, visites à l’extérieur). On consacre beaucoup de temps à chaque enfant pour soutenir sa croissance intellectuelle, pour lui témoigner beaucoup d’affection afin qu’il puisse grandir dans une atmosphère presque familiale, dans un climat de liberté, de sécurité et d’amour.

Les "Montagne"d’aujourd’hui

Le soutien de cette œuvre est vraiment intégré au projet de vie de la communauté des Frères de Carcavelos et à celui de la Fraternité. Depuis le début, ils ont soutenu ce centre et ils offrent des places gratuites dans l’établissement pour des enfants du centre de Tires. Ils font des collectes pour soutenir cette œuvre. Ils font référence à l’expérience Montagne de Marcellin Champagnat et à l’accueil d’orphelins. Le bicentenaire qui approche nous rappelle cet évènement fondateur. La maison de l’Enfance de Tires est une référence pour tous les maristes qui veulent revivre l’expérience Montagne.

F. Jack González
(Publié dans « Présence Mariste » n°282, janvier 2015)