Une vie saine par le sport

Qu’en pensent un professionnel et un parent ?

Point de vue d’un professionnel

Enfant, je vivais à la campagne et avec les copains ; notre terrain de jeu était la nature : les arbres et les sentiers de la forêt, les grands prés et les étangs de la plaine, le grand air par toutes saisons.

Après ma formation de professeur d’éducation physique et sportive, j’ai eu la joie d’être nommé dans un cadre merveilleux de montagnes proches du Mont Blanc. Durant ces années, j’ai partagé avec les jeunes le goût de la nature, de l’effort gratuit, du dépassement et du sentiment, au bout de l’effort, de plénitude.

Chez les jeunes, j’ai apprécié et j’entretenais particulièrement deux qualités : le respect et le sens de l’autre.

Le respect prenait différents aspects : accepter la règle du jeu sans tricherie, par exemple ne pas contester un passage manqué d’une porte en slalom ; reconnaître la supériorité de l’adversaire et lui serrer la main en fin de partie ; ne pas être “hors piste” interdit même si on se sent très fort ; partager son terrain de jeu avec des personnes moins habituées et en ne les effrayant pas, par “jeu”… Dans des sports individuels (natation, athlétisme, ski,…) j’aimais que l’on encourage le sportif en plein effort solitaire, que l’on sache le consoler ou le féliciter justement. Ces deux “attitudes de base”, je l’ai constaté, en entraînent naturellement d’autres : courage, audace, satisfaction de la réussite, goût de l’effort gratuit, désir de bien faire, dépassement de soi, acceptation de l’échec, beauté du corps ou du geste en mouvement, joie individuelle ou partagée. Aussi le sport, je pense, est une excellente école de vie et un moyen de vivre sa relation avec soi-même et avec les autres en vérité.

Frère André DECULTY

Le sport : moyen de vivre sa relation avec soi-même et avec les autres en vérité
Le sport : moyen de vivre sa relation avec soi-même et avec les autres en vérité

Point de vue d’un parent

Christian est un retraité épanoui aux côtés de son épouse et de ses enfants et petits-enfants. La pratique du sport (athlétisme et cyclisme) a tenu et continue à tenir une grande place dans sa vie familiale et professionnelle.
Bienfaits du sport à tout âge
Bienfaits du sport à tout âge

Les enfants, jusqu’à l’âge de 10-12 ans, font du sport sans le savoir, ils bougent sans arrêt. Je dirais qu’ils courent du matin au soir, ils jouent à cache-cache, aux gendarmes et aux voleurs… Mais cela change petit à petit. Devenus adolescents, ils en arrivent à ne plus faire un pas plus vite que l’autre si ce n’est, à l’école, pendant les leçons de gymnastique obligatoires. C’est à cet âge que les parents les encouragent à faire partie d’un club ou d’une équipe sportive.

De par mon expérience, je peux affirmer que la pratique d’un sport tient ces jeunes hors de la rue surtout si ces clubs les encouragent à faire de la compétition : ce qui est une grande motivation. Bien encadrés et encouragés par les maîtres et les entraîneurs, ces sportifs en herbe adoptent un mode de vie sain qui leur permet d’améliorer leurs performances. Si plus tard, pour des raisons professionnelles ou autres, ils cessent la compétition, ces jeunes gens continuent la pratique du sport parce qu’ils retrouvent leurs copains.

Et les samedis soirs, c’est souvent avec ces mêmes copains et copines qu’ils font des sorties dans un climat sain. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’excès.
La majorité de ces jeunes gardent de bonnes habitudes de vie saine qui peut modérer les abus des plus turbulents.

Christian TENDON
(publié dans Présence mariste n°256 Juin 2008)