« Transmettre la foi », une aventure au long cours !

PM 292 logo Depuis le jour où j’ai donné la vie à mes enfants, ma conception de la transmission de la foi a beaucoup changé ! Le plus beau témoignage est ce que l’on est. (Présence Mariste n°292, juin 2017)

Catherine JEANNIN
Catherine JEANNIN

Assise à côté de moi sur mon banc de prière, un « Prions en Église » du mois précédent sur ses genoux, elle colore les mots d’un évangile qu’elle ne peut pas encore lire, écrit sur le papier quelques signes, avec attention et sérieux, comme mamie !
Elle m’avait demandé ce que je faisais, assise sur ce petit banc devant l’icône du Christ ressuscité, avec mes crayons gras, mon livre sur mes genoux, et mes stylos, à garder le silence et à écrire quelques mots à la suite d’un évangile se colorant tout au long de ce temps de méditation.
À présent, c’est elle qui installe le banc, prépare la bougie, sort le pot de crayons, et m’appelle : « Tu viens mamie, on va prier » !

« Tu viens mamie, on va prier » !

Ma petite-fille a grandi. En ce Noël 2016, c’est elle qui ‘’m’explique’’, avec fierté, l’histoire de Jésus, de la visite de l’ange Gabriel à Marie, de l’âne conduit par Joseph jusqu’à une étable, de la naissance de Jésus. Ensemble auprès de la crèche de la cathédrale, nous allumons une bougie, disons un « Je vous salue Marie » - encore hésitante mais de tout son cœur elle le récite avec sérieux – puis elle choisit de s’éloigner un peu de moi pour aller parler à Jésus, seule, les yeux fermés, sur un banc. Elle revient ensuite vers moi et me dit : « Mamie j’ai dit quatre prières, mais c’est secret ! »

Comment nous y prenons-nous ?

Transmettre la foi ! Depuis le jour où j’ai donné la vie à mes enfants, puis demandé pour elles le baptême, je les ai accompagnées dans la catéchèse, la réception des sacrements, ma conception de la transmission de la foi a beaucoup changé !
Et l’attitude et les mots tout simples de ma petite-fille m’interpellent en profondeur :

  • que transmettons-nous du mystère pascal qui est au centre de notre foi chrétienne ? - - Comment nous y prenons-nous ?
  • Comment les disciples ont-ils appris à prier, à servir, à aimer ?
  • Comment le Christ les a-t-il enseignés, ainsi que les foules venant à Lui ?…
    Les questions se bousculent… Ce que le Christ disait, il le vivait, Il était Parole vivante, Parole incarnée au cœur du monde.

Dieu a changé de visage

Enfant, je n’ai pas entendu que Dieu est Amour, Il était plutôt celui qui punit et est étranger au bonheur de l’homme. Il m’a fallu des années pour que mûrisse ma foi, et c’est bien l’expérience d’une rencontre avec le Ressuscité qui a transformé ma vie, l’a ouverte à la confiance, à l’espérance, à l’humilité et la joie d’être enfant de Dieu, sans cesse appelée à sortir de mes habitudes, certitudes, pour oser un pas-à-pas avec Jésus, éclairée par la Parole, instruite par les évènements et la présence du Seigneur au long des jours et des nuits, nourrie de l’Eucharistie.

Transmettre, plus par la vie que par la parole

Comme Marie, transmettre la foi
Comme Marie, transmettre la foi

Le plus beau témoignage est ce que l’on est.
« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous donnerai le repos.
Prenez sur vous mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes ».

Ces paroles de Jésus en Mt 11, 28-29 sont comme un phare et une eau qui patiemment burinent mon cœur et le transforment.

Alors je comprends que la transmission de la foi est une aventure au long cours : ce que je peux donner, imparfaitement, de l’espérance pascale qui m’habite, sera encore renouvelé, régénéré par la Parole qui me dit que Jésus – Dieu fait homme – vient habiter parmi nous et en nous, pour nous transformer en Lui, afin d’être donné au monde aujourd’hui, là où nous sommes, en commençant par nos plus proches, par nos enfants.

Un dimanche, j’ai vu ma petite-fille s’avancer pour la communion, être bénie par le prêtre et repartir à sa place en sautillant. Joie d’un enfant, d’un amour donné et reçu, du haut de ses 6 ans !

Transmettre la foi, c’est d’abord aimer. Lui, le Seigneur, le premier, nous a aimés (cf. 1 Jn 4, 19).
Transmettre la foi, c’est recevoir de Lui la grâce de redonner cet amour reçu sans retour, c’est essayer d’aimer à mon tour, comme Lui !

Catherine Jeannin
(Publié dans « Présence Mariste » n°292, juin 2017)