Rencontre avec Franziska

PM 285 logo « Je me sens protégée et je pense que Dieu a un projet pour ma vie. Même si on ne comprend pas toujours tout de suite, Dieu sait et il va tout arranger. » (Présence Mariste n°285, octobre 2015)

Il y a quelques semaines, est venu un groupe de professeurs des écoles maristes d’Allemagne, Belgique, Irlande et Écosse a fait un pèlerinage à ND de l’Hermitage. J’ai pris le repas à une table où nous avons pu faire un peu connaissance et j’ai été très surpris de rencontrer Franziska, une jeune enseignante de Cham (Allemagne) qui voulait vraiment inscrire le jeûne dans sa démarche de vie. Alors elle a accepté de partager ses convictions avec les lecteurs de Présence Mariste. Intéressant ! F. Jean Ronzon

PM : Franziska, en quelques mots, quel est ton travail ?

Franziska : Je suis professeur d’allemand et d’histoire au collège des maristes à Cham. De plus l’après-midi, je soutiens des élèves qui ne peuvent pas rentrer à la maison, pour les devoirs.

PM : Ta découverte de l’esprit mariste ?

Franziska  : Je suis très contente d’avoir eu la possibilité de découvrir l’Hermitage. C’était impressionnant pour moi de voir dans quel contexte inhospitalier Marcellin Champagnat a servi les hommes.

PM : Ta vie de jeune est marquée par un engagement chrétien. Qu’est-ce qui t’a amené là ?

Franziska : Je me sens protégée et je pense que Dieu a un projet pour ma vie. Même si on ne comprend pas toujours tout de suite, Dieu sait et il va tout arranger. J’ai été éduquée dans la foi. J’ai grandi à la campagne et j’y habite toujours.

PM : Et ton avenir ?

Franziska : J’aimerais rester à l’école à Cham. Ici je peux m’épanouir et m’engager. En plus il y a l’avantage de rencontrer et d’échanger avec des professeurs d’autres écoles maristes.

PM : Pourquoi fais-tu le jeûne ?

Franziska : Il n’y a pas UNE seule raison pour jeûner.
Pour moi c’est plutôt devenu une évidence. Je veux profiter pleinement et consciemment de ces journées de carême.

Etablissement scolaire de CHAM (Allemagne)
Etablissement scolaire de CHAM (Allemagne)

PM : Comment est-ce que tu pratiques le jeûne ?

Franziska  : Je renonce délibérément à la viande, la charcuterie, aux friandises et à l’alcool (en général, les Allemands mangent habituellement beaucoup plus de viande et de charcuterie que les Français). De toute façon, ce n’est pas un mal de perdre quelques kilos, surtout au printemps. Le corps se régénère et on se sent mieux dans sa peau.
En même temps : cela fait vivre de manière plus intense, plus consciente et plus attentive. Ce n’est pas parce qu’ils traînent juste dans mon appartement ou parce qu’ils sont offerts chez quelqu’un d’autre, que je me sers d’un biscuit ou d’une sucrerie. Le soir je ne bois pas, contrairement à mon habitude, un panaché, pour mieux m’endormir. Lors d’un apéro je renonce aux petites tartines / amuses gueules de charcuterie.

Oui, je peux vivre autrement, et justement ce temps de carême me permet d’apprendre à vivre autrement.
Par ailleurs je veux profiter de ce temps pour me concentrer sur ce qui est essentiel. Et je veux le partager.
Dans le carême je me confronte à mes limites. Les tentations sont grandes :
Pourquoi ne pas boire juste un petit verre entre amis afin de ne pas me marginaliser ?
Pourquoi ne pas au moins goûter le gâteau offert pour ne pas passer pour une impolie ?

Oui, je peux vivre autrement.
Et après coup, on est d’autant plus fier de soi d’avoir tenu le coup.
Oui, le carême m’a appris quelque chose : Je suis aussi à même de prolonger ce renoncement au-delà du carême ; évidemment pas toujours avec la même rigueur. C’est à moi de décider. J’en suis fière.

Pour moi ce rappel de l’essentiel fait aussi partie de ma religion : Je peux vivre la messe plus consciemment, écouter davantage, réfléchir sur ce qui semble si évident ;- ne pas me laisser distraire par des choses secondaires ou même sans importance. C’est ça “la plus-value” du carême pour moi : me concentrer sur l’essentiel en renonçant à l’anodin.

Merci beaucoup Franziska, pour ton témoignage.
(Publié dans « Présence Mariste » n°285, octobre 2015)