Le service des écoles maristes en France

La tutelle mariste : une accentuation du partenariat laïcs-frères en milieu scolaire

DISCERNEMENT

Depuis juin 2007, le Conseil Provincial a entrepris une rénovation du service de la tutelle. Cela s’est fait en lien avec l’Enseignement Catholique et la Province de l’Hermitage afin de préparer un avenir à ce service. Les Frères désirent l’autonomie de ce service. Au cours de l’année scolaire 2007/2008, un dialogue entre tutelle et chefs d’établissements a été engagé.
En avril 2008, le Conseil Provincial a approuvé les orientations suivantes : « Aller vers une structure juridique, différente de la Congrégation mariste, en lien avec la Province, qui assume la tutelle mariste et qui puisse fonctionner dans l’avenir sans la présence directe des Frères dans sa gestion et sa direction, c’est-à-dire qui puisse être dirigée par des Laïcs Maristes ». C’est là une accentuation du partenariat Laïcs Frères.
Ainsi, les établissements actuels ont été répartis en 3 groupes : ceux qui sont reconnus bien intégrés dans la marche de la tutelle ; ceux dont la situation demande à être éclaircie et réorganisée avant de prendre une décision ; ceux dont la tutelle sera remise aux diocèses concernés.

Quelques critères

Plusieurs critères pris en compte par le Conseil provincial pour ces décisions : la capacité d’un établissement à participer activement à la vie du réseau en tenant compte des ressources humaines disponibles, des moyens financiers et de l’éloignement géographique. La participation des personnels de ces établissements aux formations proposées par le réseau de la tutelle. La capacité à financer, à travers une cotisation, ce service de tutelle.

ACCOMPAGNER

Parmi les établissements pouvant participer au nouveau Service de la Tutelle, les situations sont diverses. Ceux qui vivent un questionnement dans le cadre d’une restructuration ou d’une prospective diocésaine dont ils ne sont pas les seuls maîtres.

Lors de la rencontre des APS et des CE de la province, à Francheville (69) en janvier 2009
Lors de la rencontre des APS et des CE de la province, à Francheville (69) en janvier 2009


Ceux qui peuvent déjà participer pleinement au réseau ont été regroupés en 2 régions pour favoriser un soutien et un accompagnement local.

CHEMINS D’AVENIR

Six chantiers prioritaires : la création d’Équipes Locales Maristes pour actualiser la tradition éducative mariste ; la mise en place d’une structure juridique pour le Service de la Tutelle ; l’adaptation de la formation ; la redéfinition de l’accompagnement des œuvres et des personnes ; la refonte du service de la communication et le suivi des régions ; l’organisation du service de la tutelle autour d’un secrétariat et d’un Conseil.
Les établissements impliqués dans une réorganisation ou une restructuration devront donner la priorité au suivi de leur évolution. Ainsi, un accompagnement spécifique, en lien avec les diocèses (DDEC ; UDOGEC) sera poursuivi pour l’ensemble scolaire N. D. de Valbenoîte à St-Étienne, et pour celui de N. D. des Victoires à St-Pourçain-sur-Sioule (03).

Temps de célébration au cours de cette rencontre
Temps de célébration au cours de cette rencontre


Une dévolution de tutelle est décidée, pour les établissements situés à Brive, Caussade, La Valla-en-Gier, Marlhes, Tence et Toulouse.
Ces établissements, près desquels vit encore une communauté, pourront, à leur initiative, se mobiliser pour maintenir une tradition éducative mariste. Comme Frères Maristes, nous savons la pertinence d’une présence d’Église en milieu scolaire et c’est là tout l’enjeu de la réorganisation pour permettre aux laïcs chrétiens et maristes de continuer la mission de saint Marcellin dans l’école.

Propos recueillis par
Frère Maurice GOUTAGNY
(D’après une info officielle donnée fin 2008)

(paru dans Présence Mariste, N° 260, Juillet 2009)