Du nouveau à l’institution Sainte-Marie, de Chagny (71)

Une intéressante réalisation pour cet établissement scolaire

Présence Mariste : Christophe SCHIETSE, vous êtes directeur de l’ensemble scolaire mariste Sainte-Marie, pouvez-vous nous raconter comment PROM’HÔTE, un institut de formation hôtelier se retrouve au « Pensionnat », dans le « Château », à savoir dans une partie des locaux de l’établissement scolaire ?

Christophe Schietse : il y a maintenant plus de deux ans, Michel PICARD, maire de Chagny, m’avait permis de rencontrer M. LEBREC directeur général de la structure IRFHÔTEL. À cette époque Prom’hôte se posait déjà des questions suite au changement de propriétaire du château St Michel qui les accueillait alors sur la commune de Rully. Nos rencontres ne s’étaient bornées qu’à une visite des locaux et une proposition de ma part de mettre à disposition une partie non occupée de nos locaux.
Le 8 décembre 2006, lors du petit cocktail que nous offrons à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception, un adjoint au maire de Chagny présent me glisse à l’oreille que Prom’Hôte envisagerait de déménager de Rully. Je fis donc, par son entremise, passer le message que je pourrais éventuellement faire une nouvelle proposition.
J’avais dans la tête la mise à disposition du château.

P. M. : Outre l’abandon du bâtiment, que cela change-t-il pour l’établissement ?
C. S. : Nous n’avons pas pour mission de former de bons ascètes, la cantine reste où elle est et ce sont les stagiaires de Prom’hôte, sous la houlette d’un formateur spécialisé dans la restauration collective (recruté tout exprès pour ça), qui nous font à manger.

Les élèves de Sainte-Marie prenant leur repas dans la salle rénovée du self
Les élèves de Sainte-Marie prenant leur repas dans la salle rénovée du self

P. M. : Vous avez donc des liens avec Prom’hôte ?
C. S. : En effet, puisqu’il est notre prestataire de service. Je trouve bénéfique que l’activité cantine soit également un endroit où des gens se forment. C’était très important pour les Frères Maristes, toujours propriétaires des locaux, que le château ne change pas de destination et soit toujours dévolu à de la formation. Cela a été un élément déterminant pour la réussite du projet.

P. M. : Cette venue a-elle été facile à organiser ?
C. S. : Ce projet a mobilisé bien du monde pendant un an et demi de tractations et de discussion avec les pouvoirs publics. Les travaux sont d’ailleurs à peine achevés, alors que la cantine fonctionne déjà depuis le 1er septembre dernier. Une prouesse pour Prom’Hôte.

P. M. : Quels avantages, pour votre établissement, outre le fait de changer le prestataire de repas ?
C. S. : Des économies de structure évidentes. Moins de bâtiments, c’est moins de dépenses de fonctionnement. Sainte-Marie a atteint la taille humaine indispensable à la bonne marche du projet éducatif principalement fondé sur l’accompagnement et le soutien personnalisés des élèves. Le fait d’avoir à nos côtés un institut de formation spécialisé dans l’insertion professionnelle de jeunes (et de moins jeunes) qui ont connu ou qui connaissent encore des difficultés donne un peu plus de sens encore à ce que nous vivons avec les jeunes qui nous sont confiés.

Un aperçu des cuisines
Un aperçu des cuisines


Il nous faut tout de même être attentifs à ne pas mélanger non plus les deux structures qui n’accueillent pas les mêmes types de publics et qui n’ont pas la même vocation. Il est d’ailleurs amusant de constater que, finalement, c’est le jour de la fête patronale de notre établissement (le 8 décembre, jour de l’Immaculée Conception) que ce projet a pris son envol. D’aucuns y verront une coïncidence quelconque, mais vous ne m’empêcherez pas d’y voir un signe du ciel, Saint Marcellin Champagnat, et la très Sainte Vierge nous ont sûrement accompagnés dans cette affaire.

Propos recueillis par Frère Michel MOREL
N. B. Pour en savoir plus, chercher : Prom’Hôte - IFITEL
(paru dans Présence Mariste, N° 260, Juillet 2009)