Le projet personnel, un facteur de réussite scolaire !

Visite au cœur de l’Ardèche aux classes de 4e et 3e technologiques du collège mariste Immaculée Conception à Aubenas. (« Présence Mariste » n°197, octobre 1993)

Visite au cœur de l’Ardèche aux classes de 4e et 3’ technologiques du collège mariste Immaculée Conception à Aubenas. La réussite de cette section est fondée sur plusieurs atouts que nous analysons ici.

Une équipe de professeurs

Qui se crée autour du professeur de technologie - professeur principal. Une équipe qui se définit un projet pédagogique garant de la convergence du travail éducatif de chacun, Une équipe qui s’épaule, se présente ensemble devant les élèves. Une équipe qui se réunit toutes les semaines pour faire le point.

Une pédagogie de la relation

Dès la fin de la classe de 5e, l’équipe de professeurs rencontre les élèves destinés à ce cycle technologique - pour leur présenter les règles du jeu - pour favoriser leur engagement et leur motivation. Au cours de chacune des deux années de 4T et 3T des sorties, des randonnées, des classes de neige aident à créer le « groupe ».

Une pédagogie de la réussite

Les élèves qui entrent en 4T ont connu l’échec scolaire, la déception, parfois le découragement. Il est primordial que ces élèves reprennent conscience de leurs capacités. Pas de projet, pas de progrès, sans confiance en soi. Cette réussite est facilitée par un enseignement plus concret - en particulier en technologie par un enseignement fondé sur la vie.

Une pédagogie du projet personnel d’orientation

Tout au cours de ces deux années, les élèves construisent leur projet d’orientation. En 4T - parallèlement à une pédagogie de l’autonomie, de l’expression et de la vie - les élèves s’informent sur les voies professionnelles offertes par le monde économique : trois visites d’entreprise - deux intervenants du monde professionnel dans la classe - des recherches sur les métiers au Centre de Documentation du Collège - en fin d’année scolaire, un stage d’une semaine, suivi d’un travail d’analyse et de réflexion avec les enseignants, qui débouche sur la composition d’un dossier pour assurer la continuité avec la classe de 3e.

En 3T, le projet est déjà bien ciblé, il ne reste plus qu’à le confirmer et à trouver les voies de formation scolaires et professionnelles.

Quel est le bénéfice d’un tel investissement ?

Cette insistance sur le projet personnel dans le programme scolaire n’est pas une perte de temps. Tant s’en faut !

J’y vois deux effets particulièrement bénéfiques : Tout d’abord - pour des élèves qui, après la classe de 3e, vont entrer dans une voie de formation professionnelle en lycée ou par apprentissage - le projet personnel est une condition primordiale de bonne orientation.

Il faut ajouter que la perspective d’un projet de vie - la recherche progressive d’un sens à donner à sa vie - donne aussi un sens au travail scolaire. Le regard sur le monde professionnel ne sert pas seulement à faire des choix d’orientation, il situe le monde scolaire au cœur de la vie et lui donne ainsi une signification. Cette expérience pédagogique montre à l’évidence - qu’en éducation - rien n’est jamais perdu - et que tout enfant est capable de réussir.

Propos recueilli par Michel FATISSON
auprès de Régis Pansier, Nicole Breysse,
Jean-Pierre Gay et Jean Millet.

(Publié dans « Présence Mariste » n°197, octobre 1993)