Éduquer à Karcag

La chute du mur de Berlin a ouvert la voie à une refondation en Hongrie. Les frères maristes sont actuellement à Esztergom et tout récemment à Karcag (Présence Mariste N° 272, juillet 2012)

En se retirant de Gy ?r, les Frères maristes ont fait le choix d’aller vers une nouvelle fondation plus modeste en milieu plus défavorisé. Par l’intermédiaire du diocèse, ils ont reçu la tutelle et la propriété d’une école primaire de la ville, école composée à 90 % d’enfants issus de milieux défavorisés, surtout tziganes.

Une pédagogie du pas à pas

Cette nouvelle communauté éducative mariste comprend 210 enfants de 6 à 16 ans, 29 enseignants et éducateurs, dont 4 Frères et 8 personnels administratifs ou de service. La pédagogie du « pas à pas » est très personnalisée avec la prise en charge de nombreux enfants souffrant de dysfonctionnements divers.

Elève de 6e à l'église de Karcag, pendant la célébration de rentrée scolaire 2011
Elève de 6e à l’église de Karcag, pendant la célébration de rentrée scolaire 2011

_ Le souci est également l’éveil à la foi dans un milieu loin de l’Église et plus attiré par les communautés « évangélistes ». Aussi, petit à petit, par une catéchèse adaptée et par la célébration de quelques fêtes, les enfants et les familles découvrent un monde qu’ils ne rejettent pas. Le deuxième pas sera une catéchèse orientée vers les sacrements : le baptême, la première communion, la confirmation. Mais cela nécessitera un long cheminement, afin que les familles soient aussi parties prenantes de telles démarches.
En plus des ces activités scolaires propres à toute école hongroise, de nombreux programmes périscolaires sont proposés aux enfants surtout l’après-midi et en soirée, ainsi que pendant les vacances scolaires, activités culturelles et éducatives, activités sportives, camps d’été et voyages scolaires dans la mesure des crédits disponibles.

Enfants du CE1 avec Szilvia leur institutrice
Enfants du CE1 avec Szilvia leur institutrice

Moderniser les installations

Dans cette petite école, nous rêvons de moderniser les bâtiments dont toutes les installations de chauffage, d’électricité et d’isolation sont à reprendre à zéro. Nous voulons aussi créer une maternelle, et par ce biais, rejoindre les parents, pour parer au décalage entre l’éducation familiale reçue, et celle donnée par l’école, et enfin créer une structure de formation postscolaire préparatoire aux écoles techniques.

Travail de groupe d'élèves de 7e.
Travail de groupe d’élèves de 7e.

Un travail œcuménique

Cette école, mariste depuis deux ans, en plus des activités scolaires propres à toute école hongroise, s’est très vite engagée aux côtés des Frères pour une formation mariste continue, échelonnée sur trois années. Implantée dans un milieu à majorité protestante, elle a cette particularité d’être œcuménique, avec des enseignants et des personnels à 30 % calvinistes. Mais très vite tous se sont sentis maristes à 100 % et ont tout de suite saisi l’intuition charismatique de Marcellin au service des enfants et des jeunes les plus délaissés.


F. Rémi VÉRICEL
(Paru dans Présence Mariste N° 272, Juillet 2012)


LA HONGRIE 10 millions d’habitants, situé au cœur de l’Europe. Capitale : Budapest (2 millions d’habitants).

Un peuple, les Magyars, arrivés de l’Oural au 9e siècle.
Une langue unique au monde : le hongrois, d’origine finno-ougrienne.
Une monarchie crée en l’an 1 000 par St Etienne, premier roi de Hongrie.
Une histoire douloureuse et tourmentée avec 150 années d’occupation ottomane, des relations conflictuelles au sein de l’Empire austro-hongrois, la réduction des 2/3 de son territoire par le traité de Trianon en 1920, et enfin par 40 années de dictature communiste soviétique.
Actuellement une République qui n’en garde pas moins Marie pour Reine, Marie à qui son premier roi a remis la couronne.