Exercer la bienveillance en classe

Logo 182 "Il est toujours important de se rappeler qu’on ’ attrape plus de mouches avec une cuillerée de miel qu’avec un tonneau de vinaigre ’ même si la bienveillance demande parfois un énorme renoncement à soi-même ! (Présence Mariste n°282, janvier 2015)

Bienveillance, oui ! Mais qu’en est-il concrètement sur le terrain… Nous avons ciblé une dizaine de moments ou de lieux où la bienveillance peut s’exercer dans un établissement scolaire… La liste n’est bien entendu pas exhaustive, comme nous le montreront sur les pages suivantes les expériences réalisées dans nos propres écoles, collèges et lycées.
Michel Duchamp
Michel Duchamp
  • Amnistie des passifs  : chaque élève est une personne nouvelle, différente du reste de sa fratrie : oublier les comparaisons qu’elles soient positives ou négatives, avec le grand frère ou la grande sœur…. Chaque année est aussi une année nouvelle : ne pas fixer un élève sur les ouï-dire négatifs de l’année précédente, et lui laisser la possibilité de repartir sur d’autres bases….
  • Conseils de classe  : faire du conseil de classe un lieu d’accompagnement des élèves, et ne pas le limiter à une séance de constat de leur évolution.
  • Notation et évaluation : évaluer le travail et les progrès de l’élève et non pas l ‘élève lui-même… Faire sienne l’idée qu’une évaluation positive et bienveillante peut être moteur de progrès…
  • La place des élèves, les élèves délégués de classe : l’école est un apprentissage de la vie en société. Les élèves doivent y trouver les conditions d’exercer leur responsabilité et leur sens de l’autre. Le mode d’élection et le rôle des élèves délégués sont l’occasion d’apprendre à pratiquer la démocratie.
  • La pédagogie active : l’élève est acteur de ses apprentissages. Et il est acteur avec les autres… L’enseignement coopératif le met en face de cette responsabilité individuelle et collective…
  • La qualité de vie, le cadre de vie et de travail : être bien à l’école ! C’est la clé de la réussite… Etre bien en classe, mais aussi dans tous les moments et tous les lieux qui font la journée d’un écolier.
  • Orientation : la part du rêve. Laisser les jeunes envisager un avenir qui les motive, même si notre regard d’adulte le voit avec inquiétude…
  • Proposition d’activités de créativité enrichissantes : favoriser les occasions de créer ensemble : journal du collège, radio, chorales, activités sportives, clubs en tout genre …
  • Formation à la bienveillance  : l’école bienveillante, c’est aussi une école de formation à la bienveillance. Bienveillance des élèves entre eux, bienveillance aussi par rapport aux adultes…
  • Evaluation de la bienveillance : repérer les lieux, les temps, les occasions où la bienveillance fait défaut. En analyser les raisons et mettre en place des remédiations

Balance

Qui ne se souvient pas d’une conversation, d’un mot, d’un regard, d’un sourire qui a transformé sa vie ?
Educateurs, nous ne soupçonnons pas toujours le poids de ces petits riens qui façonnent le devenir de nos jeunes… Ils ne nous coûtent rien, ne les épargnons pas !
Gardons-nous bien, à l’inverse des paroles fâcheuses et des vexations gratuites qui, malgré nous, découragent et paralysent.

Michel DUCHAMP

Le poids des mots

Les mots sont étranges.
Quand la poésie dérange,
Ils nous font côtoyer les anges,
Courir la fortune, sauter dans les dunes,
Descendre aux enfers, régner sur la terre.
Ils nous font côtoyer la misère.
 
Sous les ponts, au bord des rivières…
Les mots chantent, les maux tuent.
Les mots pleurent.
Mots d’amour, de folies, de silence ou d’envies,
D’espoir, de prières…
Des cris dans la nuit !
 
Maudits vers, maudits mots d’hiver, mots divers,
Mots d’amour, mots de tous les jours.
Mots de haine, maux qu’on traîne,
Mots d’espoir, cris de victoire…
Lire, dire, plaisir, tout semble nouveau.
Courir, rire, grandir, ensemble,
Tout semble plus beau…
J‘ai ouvert mon cœur miroir de mes souvenirs.
Je vaincrai mes peurs pour croire au bonheur.
Ce que sera demain, je le ferai de mes mains.
Rocco Santoro, Villeurbanne
(Publié dans « Présence Mariste » n°282, janvier 2015)