Laïcs coliniens

« C’est en 1992 que naît l’association « Maristes laïcs ». Tous ont vocation à en être, groupes ou individus, et en particulier les Fraternités Maristes qui gardent par ailleurs leur statut et leur indépendance ». (Présence Mariste N° 267, avril 2011)

[bleu]

Le rêve de Colin

Dans la famille mariste telle que l’avait souhaitée Jean-Claude Colin, tout le monde devait trouver sa place : prêtres, religieux, religieuses et laïcs « ordinaires ». Et il entendait ces derniers comme tous les chrétiens sans distinction de sexe ou d’âge qui, touchés par l’esprit de Marie, souhaiteraient entrer dans « sa » société.

Dès le début, des laïcs hommes et femmes se sont constitués en confréries à double vocation spirituelle et caritative, sous l’égide des Pères Maristes. Puis le Tiers Ordre est né, dans la tradition des grandes familles spirituelles, et la branche laïque a grandi. Au 20e siècle le laïcat s’émancipe et le Tiers Ordre s’organise en association sous le nom de « Fraternités Maristes ».

Le groupe de la formation « Aux sources de l'Avenir » en visite à Fourvière
Le groupe de la formation « Aux sources de l’Avenir » en visite à Fourvière

Une diversité de laïcs

Dans les années 1980, des laïcs diversement engagés dans les collèges, les paroisses, diverses œuvres… constatent que le laïcat de la famille mariste va bien au-delà de ces groupes associés et que la proposition des « Fraternités Maristes » ne saurait répondre à sa diversité.

C’est ainsi que naît en 1992 l’association « Maristes laïcs ». Tous ont vocation à en être, groupes ou individus, et en particulier les Fraternités Maristes qui gardent par ailleurs leur statut et leur indépendance.
L’association Maristes laïcs veille à ce que toutes les réalités soient représentées en son sein, qu’elles soient laïques ou religieuses. Sa coordination (conseil d’administration) est composée de représentants des différents groupes et accueille quatre membres de droit délégués par les provinciaux (ou régionaux) des branches religieuses.
Nous sommes heureux de pouvoir répondre à notre époque au vœu du père Colin d’un laïcat qui serait une branche à part entière, la plus nombreuse, la plus diverse, et en mesure de diffuser le « bon esprit » (de Marie) dans l’Église et dans le monde. Nous nous y efforçons dans la mesure de nos moyens, laïcs d’après le Concile Vatican II reconnus capables et même responsables de contribuer à l’évangélisation du monde au nom de notre baptême.

Pourquoi s’engager comme laïcs ?

Aujourd’hui, ayant gagné en autonomie, nous sommes confrontés à une autre difficulté : celle de faire corps. Car il ne suffit pas d’adhérer à une association (par le paiement d’une cotisation et selon la loi) pour constituer un groupe à vocation spirituelle et missionnaire ! C’est pourquoi nous avons ouvert un chantier de réflexion sur le thème de l’engagement. Pourquoi, pour qui, comment… s’engager. Cette question se pose aujourd’hui dans toutes les familles spirituelles car le contexte social a changé. Ce n’est pas qu’on ne s’engage plus ; on s’engage autrement…

Relais mariste, 90 personnes, parents et enfants en séjour d'été 2010 en Haute-Savoie
Relais mariste, 90 personnes, parents et enfants en séjour d’été 2010 en Haute-Savoie


Enfin, depuis un premier rassemblement en août 2007 à Turin, nous avons constitué une coordination européenne. Français, Anglais, Irlandais, Allemands, Italiens, Espagnols, Hollandais et même Norvégiens se retrouveront en août 2011 (du 21 au 27) à Lyon pour découvrir ensemble les lieux des origines maristes : Le Puy en Velay, l’Hermitage, Fourvière, la Neylière, le Bugey…
Le thème : « Venons puiser à la source et allons… ». Chaque pays complétant la phrase à son gré.

Marie-Claude GRULIER
(Paru dans Présence Mariste N° 267, avril 2011) [/bleu]


Renseignements sur le site www.maristes-france.org
Inscriptions mariepaule.richard chez orange.fr
04 78 59 06 09 ; 06 72 33 02 82
38 avenue de Limbourg - 69110 STE FOY LES LYON