Espagne : en Catalogne, un espace de formation

Une formation pour éducateurs et éducatrices des œuvres maristes de Catalogne.

"Marcel.lí punt i seguit" (traduction : Marcellin, point et… à suivre)

C’est avec ce titre qu’en 1998 débuta un temps de formation pour éducateurs et éducatrices des œuvres maristes de Catalogne. Le titre en lui-même révèle un dynamisme de continuité car, après la rencontre qui dure deux ou trois jours, le participant est invité à continuer au quotidien ce qu’il vient de découvrir.
Actuellement, trois niveaux de formation sont offerts, à parcourir successivement. Les deux premiers se déroulent à Les Avellanes et le 3e, à l’Hermitage.

A l’écoute les uns des autres

Les animateurs de cette démarche de formation sont des Frères et des laïcs. La permanence de quelques membres de l’équipe est assurée afin de faciliter la participation d’un plus grand nombre de laïcs dans l’animation.

Première étape : A la découverte de Marcellin…

Ce fut notre première étape de formation. Nous avons déjà réalisé 22 sessions auxquelles ont participé environ 700 personnes, Frères et laïcs. Ce premier niveau, obligatoire, présente des informations sur Marcellin Champagnat et son projet éducatif et religieux. Ces informations invitent, par ailleurs, à se confronter avec la réalité actuelle. La "convivence" des animateurs est un élément important et les dynamiques de groupes sont le moyen d’intégrer les contenus présentés. Pour cette première étape, il est rare que les personnes soient directement interpellées, et, de toute façon, c’est toujours d’une manière très respectueuse.

L’évaluation faite par les participants a été, jusqu’à présent, très positive.

Deuxième étape : “Un contact qui vient du cœur”…

Cette étape a commencé en 2005, avec deux sessions par an. Jusqu’à présent, environ 200 personnes, éducateurs et éducatrices, y ont participé. L’intitulé de cette seconde étape indique une direction très précise. Aussi bien, la participation relève-t-elle d’un choix personnel. La démarche formative présente des éléments de dynamique de groupe mais elle est centrée sur la dimension personnelle de chaque participant. Toujours dans le plus grand respect de la personne. C’est pourquoi les espaces et temps personnels sont nombreux. D’une manière très discrète et respectueuse se crée peu à peu un climat de célébration de la foi.

L’aventure de la première communauté mariste se poursuit

L’évaluation finale des participants est très positive et se retrouve dans le témoignage suivant d’un participant :
"En parlant avec les professeurs et les éducateurs qui ont participé à Marcel.li punt i seguit, je vois qu’ils sont très contents et qu’ils en tirent grand profit. Quelques-uns disent que c’est la meilleure des activités formatrices à laquelle ils ont participé avec les Maristes, celle où ils ont le plus joui et profité personnellement – après 20 ans de présence dans le collège et après avoir suivi beaucoup d’autres sessions de formation, en Catalogne et ailleurs en Espagne… C’est pourquoi je félicite les personnes qui les préparent et les animent. C’est une activité qui aide vraiment les participants".

Troisième étape : “Aller au cœur de la famille”…

En juillet 2005, la première session s’est tenue à l’Hermitage de Saint-Chamond. Elle commence au début des vacances d’été et dure cinq jours. Il va sans dire que le choix d’y participer est personnel. L’objectif est d’offrir la possibilité d’une croissance de la personne en tant qu’éducateur et comme croyant, à l’intérieur du charisme de saint Marcellin.

Cette session a lieu dans notre maison de l’Hermitage, là où vécut Marcellin, ce qui facilite la découverte des racines de notre cheminement mariste ainsi que celle des Frères qui ont été à l’origine de la Société des Frères.

Comme prolongement à cette troisième rencontre, les participants se voient offrir la possibilité de suivre l’un des "Itinéraires de formation" proposés par la Province.

Les participants aux deux sessions qui ont eu lieu à l’Hermitage ont été pleinement satisfaits.

Frère Benito ARBUÈS

(Publié dans « Présence Mariste » n°250, janvier 2007)