Échos d’une retraite vécue par des laïcs et des frères

Deux participants expriment ce qu’ils ont vécu. (« Présence Mariste » N° 258, janvier 2009)

Cette retraite s’est déroulée, du 5 au 11 août 2008, près de Poitiers à Bonneuil-Matours (86-Vienne) chez des sœurs augustines, dans un cadre merveilleux en pleine nature.

Vivre une retraite mariste est toujours une expérience constituante dans la vie d’un laïc mariste. J’avais eu la chance l’an dernier d’en vivre une avec la communauté La Valla de Mulhouse à laquelle j’appartiens en tant que laïc engagé.
Avec quelques laïcs, dont 5 femmes, j’ai eu la chance de vivre cette retraite annuelle organisée par les Frères.
« L’appel », tel était le thème de la retraite que nous avons décliné, jour après jour, sous plusieurs aspects dont l’appel à la fraternité et à bâtir un projet de vie.

La beauté de la nature pour guider notre prière
La beauté de la nature pour guider notre prière


Nous étions appelés aussi à vivre nos journées de retraite en silence. Mais je ne l’ai pas vécu comme un silence de rigueur qui pourrait isoler, mais plutôt comme un silence rempli de présence qui rapproche et pousse à une plus grande attention aux autres, par exemple pendant le petit déjeuner et le repas de midi, pris en silence…
Nous avons vécu aussi des moments forts, dont cette découverte des psaumes à travers des gravures, temps exceptionnel et intense. Un bilan donc extrêmement positif !
Pour terminer, je voudrais engager tous les laïcs s’ils ont l’occasion de partager une telle retraite de le faire sans hésitation. C’est vraiment un temps fort de l’année mariste qui est ainsi mis à notre disposition !

Yves MOULIN
(Communauté La Valla – Mulhouse)

Le « Notre Père » prié en arabe, vietnamien, hongrois, grec, ukrainien, italien, catalan et… français a mis en valeur la variété des participants. Frères et laïcs ont vécu ces journées dans l’ambiance bien mariste de chez nous.
Un temps de pause, de réflexion, de prière…
Un temps de partage et de soutien mutuel, de fraternité.
Chacun s’est vite senti à l’aise. Le cadre de verdure et de calme de cette grande propriété, les pavillons dispersés, facilitaient le silence ambiant.
L’animation souple de l’équipe de préparation a facilité la vie journalière : quelques textes pour l’intelligence et le cœur, des compositions florales pour le plaisir des yeux, des mélodies accompagnées à la guitare et à la flûte, des temps de silence et de contemplation ouverts par la cithare…
Des après-midi d’ateliers permettaient à chacun de vivre la convivialité, invitaient à mettre en valeur ses dons pour le travail manuel, la composition, l’invention, à les partager avec d’autres. Au cours des célébrations, c’est avec une grande simplicité et beaucoup de liberté et de spontanéité que chacun, Frère ou laïc, a pu s’exprimer, dire sa foi et ses sentiments, partager un peu de sa vie.

Lors de l'apéritif du dernier jour avec les sœurs augustines
Lors de l’apéritif du dernier jour avec les sœurs augustines


Les religieuses nous ont ouvert largement les portes de la chapelle et on a prié avec elles. Cette fraternité des cœurs s’est montrée bien vivante et chaleureuse lors de l’apéritif du dernier jour.
C’était une grande joie de vivre ensemble ce temps qui donne à notre vie et à nos engagements d’aujourd’hui tout leur sens.

Frère Jean Marie GUYOT
(Pontcharra sur Turdine)

(Paru dans Présence Mariste N° 258, janvier 2009)