Musée Jean-Claude COLIN

Quelques points de repère de la vie du Père Jean-Claude Colin, fondateur des Pères maristes. Le musée qui lui est consacré. (Présence mariste N° 271, avril 2012)

L’histoire des Frères Maristes est très liée à celle des Pères Maristes et à Jean-Claude Colin, leur Fondateur.
Croix de St Bonnet, sur l'emplacement de la maison natale du Père Colin
Croix de St Bonnet, sur l’emplacement de la maison natale du Père Colin

[rouge]Des origines modestes[/rouge]
Jean Claude Colin est né au hameau Barbery à Saint-Bonnet-le-Troncy (Rhône), le 7 août 1790, dans une famille de tisserands-cultivateurs qui eut 8 enfants. Ses parents, épuisés par le travail et les sévices subis par les chrétiens sous la Terreur, décèdent tous deux en 1795. Les enfants sont recueillis par un oncle dans une vaste demeure, au bourg de Saint-Bonnet. Jean-Claude vit là de 4 à 14 ans. Cette maison est devenue le « Musée Colin ».

En 1804, Jean-Claude entre au petit séminaire de Saint Jodard, puis à Alix en 1809, à Verrières en 1812 et au grand séminaire à Lyon en 1813. Il a pour condisciples Marcellin Champagnat et Jean-Marie Vianney, le Curé d’Ars.

Entrée du musée Jean-Claude Colin
Entrée du musée Jean-Claude Colin

[rouge]Un projet en commun avec Marcellin[/rouge]
Le 22 juillet 1816, il est ordonné et, le 23, à Fourvière, avec 11 autres prêtres (dont Champagnat et Vianney) il se consacre à Marie. De 1816 à 1825, vicaire à Cerdon (Ain) où son frère aîné, Pierre, est Curé, il élabore les règles de la Société de Marie (Pères Maristes) qu’il veut fonder.
En 1822, il écrit au Pape Pie VII pour présenter son projet. Il renouvelle sa demande au cours d’un voyage à Rome en août 1833. En janvier 1836, la mission en Océanie est confiée à la Société de Marie par le Pape Grégoire XVI. Le 24 décembre, huit Missionnaires quittent le Havre pour l’Océanie. Jean Claude Colin reste en France.

[rouge]Supérieur de la Société de Marie[/rouge]
Nommé Supérieur Général des Pères Maristes le 24 septembre 1836, il exerce cette fonction jusqu’en 1854. Il se retire alors à La Neylière, à Pomeys (Rhône). Devenu presque aveugle, il dicte à un Frère les « Constitutions » de la Société. En 1870, le Chapitre adopte ce texte et le soumet à Rome qui l’approuve en février 1873. Le 15 novembre 1875, il décède à l’âge de 85 ans. Son corps repose à La Neylière.

[rouge]Un musée[/rouge]
En 1984, des habitants de Saint-Bonnet de l’Association Art Culture et Amitié, en accord avec la municipalité, créent un musée à la mémoire de Jean Claude Colin qui sera inauguré en 1986 (ouvert de mai à septembre, les dimanches et jours fériés, de 15 à 18 heures et sur rendez-vous, en semaine ; contact : 04.74.02.01.17).

Dans le musée, documents sur la vie et l'œuvre du Père Colin
Dans le musée, documents sur la vie et l’œuvre du Père Colin


Deux salles du Musée sont consacrées au Père Colin. L’une rappelle la vie et l’œuvre du Fondateur, l’autre présente Wallis et Futuna, les îles d’Océanie évangélisées par les Maristes, où Saint Pierre Chanel fut martyrisé. Deux salles au rez-de-chaussée et à l’entresol présentent la vie courante d’hier et quelques métiers d’autrefois à Saint-Bonnet.
À l’étage, réservé aux expositions temporaires de peinture, photographie et artisanat, on peut découvrir en ce moment une riche exposition sur les Maquis de l’Azergues durant la Seconde Guerre Mondiale.


(Sincères remerciements à Mme Auberger et à M. et Mme Chaume pour la disponibilité avec laquelle ils nous ont donné accès au Musée et pour les précieux renseignements qu’ils nous ont fournis).


Michel CATHELAND
(Publié dans Présence Mariste N° 271, avril 2012)