Des projets soutenus par la FMSI

Des œuvres maristes au service des enfants

École de cirque Macramé : Santiago, Chili

Le lundi 3 janvier 2011 a débuté « l’École de Cirque Macramé ». Cette activité est un espace à caractère socio-récréatif. Les initiateurs promeuvent non seulement la connaissance de la Convention des Droits de l’Enfant, mais ils souhaitent contribuer à ce que les enfants et les jeunes du secteur El Castillo, commune de La Pintada, à Santiago du Chili, aient accès à des espaces récréatifs et participatifs.

Les hauts indices de violence et l’augmentation du trafic de drogue qui touchent ce secteur (outre la marginalisation géographique, économique et sociale dont souffrent tous ses habitants depuis sa fondation) effraient fortement et les enfants et leurs familles.

L'école du cirque s'adresse aux enfants défavorisés
L’école du cirque s’adresse aux enfants défavorisés

Beaucoup ont choisi de se cantonner chez eux vu le manque de mesures communales ou gouvernementales appropriées. En ce sens, il est essentiel d’offrir des propositions attirantes et durables qui motivent les enfants à jouer en dehors de leurs maisons, avec d’autres enfants, tout en garantissant des espaces sûrs et sains pour leur bien-être.

Les six animateurs des ateliers, accompagnés de dix-sept autres volontaires, ont fait une large démonstration de quelques disciplines, parmi lesquelles : acrobaties en hauteur (trapèze et toile) et au sol, jongleries avec massues, diabolos, « golos », plats chinois et drapeaux, et aussi des ateliers de danse arabe, saut à la corde et échasses.

L’École de Cirque est un projet mis en œuvre par une communauté de volontaires maristes qui comptent sur le soutien de la FMSI.

Reconstruction de l’école Bitonga au Congo

Chers amis,
Recevez mes salutations du Congo !

Je viens vous remercier au nom de la communauté pour tous les efforts qui ont été faits afin que notre rêve devienne réalité. Dès réception de votre réponse positive, nous avons commencé la construction. Nous avons tout d’abord renforcé la toiture de l’école parce qu’elle a été endommagée par le vent. Nous avons appelé un charpentier et acheté d’énormes poutres en bois et des planches. Nous essayons de faire tout notre possible, maintenant que c’est la saison sèche, car il est vraiment difficile de continuer à travailler durant la saison des pluies. Pendant la période des travaux, les familles ont mis leurs maisons à disposition. Quatre classes de garçons et de filles suivent les cours là-bas, tandis que d’autres les font à l’extérieur, sous les arbres.

Trop d'enfants ne fréquentent pas l'école
Trop d’enfants ne fréquentent pas l’école

Les travaux ont commencé le 14 février 2011 et se poursuivront sans retard. Il y a eu un problème : les briques fabriquées par des gens étaient de tailles différentes et ne pouvaient pas toujours être utilisées ensemble. Nous avons donc prévu d’autres briques de mêmes dimensions. Cela impliquera une plus grande dépense, mais les gens sont si déterminés à construire l’école que la production de briques a déjà commencé. Tous s’y mettent : certains transportent les matériaux sur la tête, d’autres apportent le sable, d’autres vont chercher de l’eau pour faire des briques.

J’ai parlé du transport des sacs de ciment avec le chef du village, qui a tout de suite demandé à la communauté de nous aider à les transporter. Les gens ont répondu avec empressement. Je crois qu’avec l’aide de Dieu tout finira bien, malgré les difficultés. Les Frères sont très heureux de tout ce que nous faisons avec et pour les enfants de Bitonga.

Merci beaucoup à vous tous.

F. Émile MOTANDA (Communauté de Bobandana)
(Paru dans Présence Mariste N° 269, octobre 2011)