Cameroun : Le 25e anniversaire de « Jeunes du Monde »

Paul-André Lavoie, Mariste canadien, en résidence à la rue Dareau, à Paris, est resté de nombreuses années, missionnaire au Cameroun. Il y est retourné récemment et fait part de ses impressions.

Après huit ans d’absence, je suis retourné au Cameroun pour le 25e anniversaire des "Jeunes du Monde" , mouvement que j’ai fondé dans ce pays en 1972. Partout l’accueil fut chaleureux et sincère. Le mot de bienvenue de Prosper Oloma, responsable des secteurs "Jeunes du Monde" de Yaoundé dont je cite un extrait en dit long :
« Vous avez défié les distances, transcendé les préventions et concilié les différences pour semer la graine ; 25 ans après, vous avez la possibilité de voir si la graine a germé et si elle a produit des fruits ! C’est tout à fait légitime ! »

Groupe « Jeunes du Monde » du collège Bullier
où fut fondé le mouvement en 1972

En effet, il y a de quoi être fier et rendre gloire à Dieu : plus de 5 000 jeunes font partie du mouvement et sont présents dans dix-sept diocèses du Cameroun.

Les jeunes se prennent en main

J’ai visité plusieurs groupes dans les diocèses de Yaoundé, d’Esaka, d’Obala. La session avec le Bureau National et celle avec les bureaux diocésains m’ont permis de toucher du doigt les réalisations des jeunes, leur engagement missionnaire et de constater les problèmes auxquels ils sont confrontés.

Dans le vaste diocèse de Bertoua, il y a des jeunes qui, faute de moyens, parcourent 146 km de Lomié à Bertoua (trois jours) pour aller assister à une session "Jeunes du Monde" et cela à pied. D’autre font, à pied, 75 km, de Nguelemendouga à Bertoua pour le même motif.

Un "Jeune du Monde" , André N’Dongo du village d’Egbousi, atteint d’un cancer à la tête, disait à Sœur Monique Robic :
« Vous allez fêter, mais ma mission à moi est ailleurs maintenant. Le mouvement J.M. est le mouvement le plus spirituel que j’ai rencontré. A travers le mouvement J.M. j’ai été saisi par le Christ. Je souhaite que tous les "Jeunes du Monde" soient saisis par le Christ. Quand je vois l’exemple de ceux qui ont souffert avec le Christ, je suis parfois dans la joie avec ma souffrance. »

II partage sa prière avec un groupe :
« Seigneur, je souffre beaucoup dans mon corps. Je mets ma souffrance dans la tienne. Ma souffrance est atroce et elle est longue. A ma mort sois mon avocat auprès du Père comme j’ai toujours été ton avocat auprès de mes Frères. »

André est sur la voie tracée par sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et Robert Naoussi.

Mouvement d’Eglise

C’est une grande consolation pour moi de voir que les jeunes se sont pris en main et que le mouvement continue de progresser. De ces groupes, de nombreuses vocations, par centaines, sont sorties : prêtres, religieux, religieuses, novices, grands séminaristes… L’entrevue avec Mgr Jean Zoa, archevêque de Yaoundé, fut des plus agréables. Il sait faire confiance aux laïcs et encourage toutes les bonnes volontés dans la recherche du bien et dans l’engagement en Eglise. Il a confiance aux jeunes et il a toujours encouragé le mouvement "Jeunesse du Monde" .

La conférence épiscopale du Cameroun a approuvé le mouvement en 1988, comme mouvement missionnaire d’action catholique, au même titre que les autres mouvements ; et le 1er août 1996, un décret présidentiel a approuvé le mouvement.

J’ai donné plusieurs conférences durant ma visite : au Grand Séminaire de Yaoundé, au Grand Séminaire d’Otelé, aux Novices des Maristes et des Clarétains, aux élèves des Collèges de Stoll et de Bullier, et de nombreux groupes de jeunes rencontrés.

En conclusion, je fus l’instrument choisi par Dieu pour fonder les "Jeunes du Monde" au Cameroun et ailleurs en Afrique. J’ai planté, aujourd’hui un grand arbre s’élève et porte des fruits. A Dieu, tout honneur et toute gloire !

Frère Paul André LAVOIE

Paru dans « Présence Mariste » n°217, octobre 98

Vos témoignages

  • 1er décembre 2015 15:36

    le cœur me bat ,ma force m’abandonne,et la lumière même de mes yeux,amis et compagnons s’écarte de mes plaie mais la jeunesse du monde est présente a mes cotes.que dire au tout premier animateur de la « jeunesse du monde » dans mon pays le Cameroun,juste une conciliation entre la premier jeune du monde vivant et ceux de la nouvelle génération montante que nous sommes.

  • Jean Parfait ASSOUMOU 18 mai 2011 00:31

    je suis heureux aujourd’hui de lire ce message très important pour nous militants de l’heure, mais nous aussi voulons tout au moins en discuter avec le Fr LAVOIE

    • Cameroun : Le 25e anniversaire de « Jeunes du Monde » 17 mai 2012 19:32, par Jean Gilbert BANACK NGUEDI

      Intéressant ce message lorsque nous Jeunes du Monde le lisons 40 ans après. Les témoignages sont pénétrant et porteurs d’interpellation. Fr P A LAVOIE, vous avez fondé toute une future congrégation religieuse qui fera beaucoup de bien à tous ceux qui désespèrent ou qui sont simplement inconscients. Fr Paul A L, nous voulons vous retrouver pour la suite de l’œuvre que vous avez commencé en 1972 mieux retrouvez nous à jmcameroun chez yahoo.fr