Frères Maristes au Malawi

Les Frères Maristes canadiens sont arrivés au Malawi en 1946. Les défis à relever par les Frères Maristes au Malawi. ( « Présence Mariste » n°212, juin 1997)

Pour découvrir le Malawi

Le Malawi se trouve au sud-est de l’Afrique, entre la Tanzanie au nord, la Zambie à l’ouest et le Mozambique au sud et à l’est. Il a une superficie de 122 500 km2 dont 24 500 km2 pour le lac Malawi. C’est un pays essentiellement agricole. Il y a très peu de minerais. Il est marqué par une végétation de savane et un climat tropical.

De jeunes chrétiens, fiers de leur culture

Jusqu’en 1964, il était une colonie de la Grande-Bretagne et il portait le nom de Nyassaland. Il y a cinq tribus principales et une population relativement nombreuse. On compte environ 10 000 000 d’habitants. Il y a environ 30 % de catholiques dans le pays. L’anglais et le chichewa sont les langues officielles. Politiquement, le pays est assez calme et un gouvernement démocratique s’est instauré le 17 mai 1994. Le Malawi appartient aux pays sous-développés et a un revenu de 230 dollars US par habitant.

La fondation et les hommes

Les Frères Maristes canadiens sont arrivés au Malawi en 1946 à l’invitation de l’évêque canadien de Likuni. En 1996, ils ont donc célébré les 50 ans de leur arrivée. Leur apostolat a commencé par une petite école primaire à la mission de Mtendere où, maintenant, il y a trois communautés de Frères. Leur travail porte principalement sur l’enseignement dans les écoles qui sont au nombre de six actuellement.
Il y a aussi une maison de formation pour les candidats à la vie mariste. En ce moment, le Malawi/Zambie est un district de l’Institut avec quarante-cinq Frères malawiens, dix Frères canadiens et un Frère mexicain. Il y a une augmentation moyenne de deux Frères par an.

Le Système éducatif et le travail des Frères

Le système d’éducation au Malawi est celui de 8-4-4, c’est-à-dire, huit ans d’école primaire, quatre ans d’école secondaire et quatre ans pour les études universitaires. Il était très difficile pour les Frères venant de l’étranger d’enseigner dans le primaire. D’autre part, ils ont choisi de ne pas enseigner au niveau universitaire. Ils enseignent donc au niveau secondaire dans des établissements scolaires qui accueillent de 320 à 500 élèves.

L’admission des élèves est préparée par le gouvernement, qui ne prend pas en considération la religion des candidats. C’est pourquoi le pourcentage des élèves catholiques dans les écoles des Frères est de 25 % à 30 % sauf pour le Juvénat où les élèves sont tous catholiques. Tous les élèves sont pensionnaires comme dans beaucoup d’autres écoles du pays. Le gouvernement envoie et paie tous les professeurs.

Dans une école mariste du Malawi

Les Frères ont en charge l’administration de quatre écoles, aidés par des laïcs catholiques qui sont directeurs ou sous-directeurs. Des laïcs ont en charge une école qui se trouve en Zambie. Dans les cinq écoles, les Frères sont administrateurs mais les diocèses sont les propriétaires des bâtiments. Dans la sixième école, les Frères sont seulement professeurs.

Les défis à relever par les Frères

Parmi les défis des Frères Maristes au Malawi, j’en cite deux que je trouve très importants. Le premier, c’est de donner une formation solide aux Frères. Chaque jeune Frère, après son Noviciat, effectue trois ans d’études universitaires à Nairobi (Kenya) pour parfaire sa formation religieuse. De plus, il devra acquérir une formation professionnelle dans le pays lui-même. Celle-ci doit leur permettre de vivre avec fierté et persévérance dans leur culture.
Le deuxième défi est de chercher d’autres façons de servir l’Eglise du Malawi, toujours dans le domaine de l’éducation. Une réflexion approfondie est en cours…

Frère Lawrence NDAWALA

(Publié dans « Présence Mariste » n°212,juin 1997)